ART BRUT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art des « fous », ancêtre de l'art brut, a connu un bouleversement, dans son acception et son impact, que ses premières manifestations n'auguraient pas. Si l'expression du trouble mental a d'abord suscité un intérêt médical, celui-ci n'a ensuite cessé d'évoluer, notamment vers ses aspects sociologique et artistique. La figure de l'artiste brut a, elle aussi, connu une série de métamorphoses : l'étude du cas d'exception va peu à peu s'estomper au profit d'un nouveau portrait du révolté. Ainsi Michel Thévoz, dans l'ouvrage de référence dans lequel il analyse les relations entre « art brut, psychose et médiumnité », présente-t-il les auteurs d'art brut comme « des marginaux réfractaires au dressage éducatif et au conditionnement culturel, retranchés dans une position d'esprit rebelle à toute norme et à toute valeur collective ». Dans le droit fil des positions de Jean Dubuffet – véritable inventeur de l'art brut – à qui il succéda à la tête du musée d'Art brut de Lausanne, il ajoute d'ailleurs : « Ils ne veulent rien recevoir de la culture et ils ne veulent rien lui donner. Ils n'aspirent pas à communiquer, en tout cas pas selon les procédures marchandes et publicitaires propres au système de diffusion de l'art. Ce sont à tous égards des refuseurs et des autistes. » Les deux bouts de la chaîne, le maillon social et le maillon médical, se trouvent de la sorte raccrochés, situant l'artiste brut entre résistance et marginalité. Ce nœud de contradictions participe pour beaucoup à l'aura de l'œuvre « brute » et la distingue sans conteste de l'œuvre primitive comme de l'œuvre naïve. Le Douanier Rousseau exprime une vision du monde qui, en produisant une imagerie idiosyncrasique, ne remet pas en cause les fondements de l'idéologie dominante. Cela n'a rien de comparable avec la montée en puissance d'une perception empathique à l'égard d'individus à part. D'abord observés comme des déclassés, réduits au statut d'aliénés, craints comme les anciens pestiférés, les fous vont connaître une évolu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ART BRUT  » est également traité dans :

ART BRUT JAPONAIS II (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 091 mots
  •  • 1 média

En présentantArt brut japonais II (8 septembre 2018 - 10 mars 2019), la Halle Saint-Pierre reste fidèle à sa prédilection pour les arts singuliers. Pluriel par son inspiration, les techniques et les supports matériels utilisés, l’art brut, initialement opposé aux beaux-arts depuis l’invention du co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-brut-japonais-ii-exposition/#i_4092

ALOÏSE ALOÏSE CORBAZ dite (1886-1964)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 972 mots

Aloïse Corbaz est aujourd'hui connue sous son seul prénom, pour être devenue l'une des artistes majeures de la Collection de l'art brut fondée par Jean Dubuffet. Née le 28 juin 1886 à Lausanne, Aloïse Corbaz est la fille de François Corbaz, employé des Postes suisses et agriculteur, et de Julie Vivian. Inscrite à l'école secondaire de Lausanne, elle obtient son certificat d'études en 1904. Puis e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aloise-aloise/#i_4092

CHAISSAC GASTON (1910-1964)

  • Écrit par 
  • Dominique ALLAN MICHAUD
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « Totems et visages »  : […] Il est arrivé à Chaissac de rêver de Picasso. Un songe difficile à concilier avec l'art brut défini par Dubuffet comme exécuté « par des personnes indemnes de culture artistique », auquel on a longtemps rattaché son ami vendéen. Il est vrai que Chaissac aura évolué depuis ses débuts. Il n'a pas échappé au genre « dessin d'enfant », il a aussi copié des cartes postales... Longtemps il a cherché sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-chaissac/#i_4092

CHAISSAC-DUBUFFET (expositions et livre)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 023 mots

Dans le chapitre « Des échanges épistolaires »  : […] Gaston Chaissac écrivait beaucoup. On lui répondait peu. Cependant, l’un de ses interlocuteurs, Jean Paulhan, – directeur de la Nouvelle Revue f rançaise  – joue les passeurs, et le met en contact en 1946 avec Jean Dubuffet, alors en quête d’un art hors normes, qu’il qualifiera d’« art brut ». Chaissac, qui se voit en « peintre rustique moderne », donne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaissac-dubuffet/#i_4092

DUBUFFET JEAN (1901-1985)

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 2 700 mots

Dans le chapitre « Refus et subversion de la culture  »  : […] Farouchement opposé à l'art officiel, celui des institutions et des galeries parisiennes qui classent, fixent et hiérarchisent la création, Dubuffet prône le principe de « mouvance », une perpétuelle modification du regard. Si, dans les années 1930, il se passionne pour les hiéroglyphes égyptiens, les idéogrammes chinois ou les « calligraphies » romanes, une décennie plus tard, lors de ses trois s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-dubuffet/#i_4092

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Essai de typologie »  : […] Un catalogue de ces fous littéraires, ainsi que quelques extraits de textes, ont été publiés depuis par André Blavier. Trois critères permettent de délimiter la catégorie, dont le représentant le plus célèbre est Jean-Pierre Brisset : ces auteurs ont publié leurs œuvres (en général à compte d'auteur) ; ils cherchent à communiquer leurs conceptions et donc à persuader le lecteur ; ils n'y sont pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_4092

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « Un art autre ? »  : […] À en croire Jean Paulhan, le terme aurait été introduit, en 1951, dans le lexique de la critique, par Michel Tapié, à propos de dessins de Camille Bryen qui lui paraissaient « transcender l'informel » : ce même Michel Tapié qui devait bientôt se faire le propagandiste d'un « art autre », un art qu'il voulait ordonné à d'autres valeurs, répondant à une autre définition, obéissant à une autre logiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_4092

NAÏF ART

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 2 887 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naïveté et ses frontières »  : […] Chez tous ces artistes, en effet, le mécanisme de l'inspiration se déroule d'une manière qui évoque l'automatisme des peintres médiumniques : la toile se peint entre leurs mains (ou le rocher se sculpte ) comme s'ils étaient de simples intermédiaires, d'humbles instruments des « esprits ». Ce qui les sépare des peintres-médiums, c'est que chez ceux-ci l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-naif/#i_4092

PROSPECTUS ET TOUS ÉCRITS SUIVANTS, Jean Dubuffet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 059 mots

Dans le chapitre « « L'homme du commun » et l'invention de l'art brut »  : […] Dans un élan iconoclaste, Jean Dubuffet condamne toute la production artistique qui lui est antérieure, notamment les avant-gardes. Les quatre-vingt-deux textes de « Notes pour les fins-lettrés » (1946, vol. 1) cristallisent son entreprise de destruction de la création artistique passée mais aussi contemporaine. La tradition picturale mise à la trappe, Dubuffet prône la spontanéité du geste, le ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prospectus-et-tous-ecrits-suivants/#i_4092

WÖLFLI ADOLF (1864-1930)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 584 mots

Interné pour schizophrénie à l'âge de trente et un ans, Adolf Wölfli adopte spontanément un mode d'expression situé en dehors de toute production contemporaine ou filiation artistique, associant au dessin le récit en prose, la poésie et la musique. Né en 1864 à Bowil, en Suisse, dans une famille démunie qui compte sept enfants, orphelin à l'âge de huit ans, il travaille comme employé de ferme dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-wolfli/#i_4092

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert DAMISCH, Hervé GAUVILLE, « ART BRUT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-brut/