GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage De la folie (1820, rééd., Paris, 1972), le domaine de la psychiatrie en l'isolant soigneusement de celui du trouble mental consécutif à des affections organiques, ou « délire aigu » symptomatique. Reprenant la classification nosographique de Pinel, il y apporte davantage de clarté et de précision, en cherchant à distinguer dans la folie, non pas des entités morbides spécifiques, mais plutôt des groupements de symptômes, des syndromes cliniques caractéristiques et facilement reconnaissables les uns par rapport aux autres. Ce sont : l'idiotie, ou insuffisance congénitale du développement intellectuel ; la manie, ou délire général avec excitation ; la monomanie, ou délire partiel, dont l'une des formes est le délire triste, appelé « lypémanie » par Esquirol, mélancolie par tous les auteurs antérieurs ; la démence, ou affaiblissement intellectuel progressif acquis ; la « stupidité » (« idiotisme » de Pinel, « démence aiguë » d'Esquirol), qu'il décrit avec beaucoup de finesse clinique et qui deviendra la « confusion mentale primitive » de Chaslin.

Georget apporte aussi à la psychiatrie judiciaire débutante une contribution méthodologique et clinique importante (Discussion médico-légale sur la folie, 1826). Dans plusieurs études médico-légales sur la criminalité et la liberté morale, il montre bien les limites d'une expertise psychiatrique un peu trop sûre d'elle alors que ses bases scientifiques sont bien fragiles. Il met en garde le public contre le recours à l'internement abusif : « La séquestration des aliénés, telle qu'elle existe aujourd'hui, écrit-il en 1826, pourrait avoir pour un gouvernement despotique de graves inconvénients. »

Très préoccupé par le traitement moral qu'il essaie d'améliorer à la Salpêtrière, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif, n'hésitant pas à créer des groupes thérapeutiques avec les malades, il est un des rares, lors de la discussion du rapport de Husson à l'Académie de médecine sur le magnétisme animal, à demander qu'on étudie les phénomènes sans préjugés et en acceptant de croire « que la nature a encore des secrets » qu'on ne peut pour l'instant expliquer. Car il pressent qu'il y a dans l'héritage de Mesmer des possibilités thérapeutiques exceptionnelles.

—  Jacques POSTEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)  » est également traité dans :

PINEL PHILIPPE (1745-1826)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 581 mots

Aliéniste français à qui est attribuée la « libération », sous la Révolution, des malades à l'intérieur des asiles. Après des études classiques au collège de Lavaur (Tarn) puis ecclésiastiques au collège de l'Esquille à Toulouse, Pinel quitte la soutane pour préparer dans cette ville son doctorat de médecine, auquel il est reçu en 1773. L'année […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-pinel/#i_43952

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « L'époque de l'aliénation mentale »  : […] depuis les coups portés sur la tête, jusqu'à l'éducation trop sévère ou, au contraire, trop relâchée. Étienne Jean Georget (1795-1828) insistera sur l'effet des atteintes de l'encéphale et Antoine Laurent Jesse Bayle (1799-1858) repérera, en 1822, à l'intérieur du domaine de l'aliénation mentale, un aspect particulier évoluant en trois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_43952

Pour citer l’article

Jacques POSTEL, « GEORGET ÉTIENNE JEAN - (1795-1828) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-jean-georget/