FOUS LITTÉRAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si la tradition a consacré l'expression « fou littéraire », c'est parce que celle-ci ressemble fort à une alliance de mots. Comment, en effet, peut-on nommer en même temps l'usage le plus complexe et le plus personnel du langage, et une affection dont le symptôme déterminant est un dérèglement de la fonction langagière qui peut aller soit vers le délire et la « salade de mots », soit vers l'accumulation de formules pauvres et stéréotypées ? Mais cette question n'est pas innocente, elle est porteuse du double mythe suivant lequel l'écrivain est parfaitement maître de sa parole et le fou un sot ou un débile. L'expression offre l'avantage de dénoncer les limites de ce mythe en indiquant l'existence de textes frontières, produits par des esprits considérés comme fous, et qui ont néanmoins valeur littéraire. Ce qui ne veut pas dire qu'elle ne suscite pas elle-même son propre mythe, image inverse du précédent, selon lequel le génie et la folie ont une frontière commune, l'écrivain étant trop habile à manier les mots pour les maîtriser totalement, et le fou toujours un peu inspiré. Nos sociétés connaissent bien ce mythe-là sous ses versions romantique et/ou psychanalytique. Cependant, si l'expression perdure, c'est aussi parce qu'elle contient un fond de vérité : elle nous dit que la folie est bien d'abord désordre de langage, et que le fou et le littérateur, chacun à sa façon, cherchent à résoudre la contradiction qui affecte tout utilisateur de la langue : « c'est moi qui parle la langue », et « c'est la langue qui parle à travers moi ». Le premier pôle caractérise le fonctionnement quotidien du langage ; le second est celui que dans leur écriture les fous littéraires, qu'ils en aient conscience ou non, privilégient.

Définitions

Entendue au sens strict, l'expression désigne les auteurs qui firent l'objet des recherches de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOUS LITTÉRAIRES  » est également traité dans :

ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Paule THÉVENIN
  •  • 3 394 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le témoin de soi-même »  : […] Le jeune homme qui arrive à Paris se sent poète, se veut poète ; il sait dessiner et regarde la peinture d'un œil averti ; il est très beau et désire aussi être comédien. Dès lors, la vie d'Antonin Artaud est si étroitement mêlée à son œuvre que l'on pourrait presque dire qu'il écrit son œuvre avec sa vie, qu'il suffit de lire ses écrits pour conna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-artaud/#i_94438

BLAVIER ANDRÉ (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 660 mots

Né le 23 octobre 1922 à Hodimont (Belgique), André Blavier commence à se passionner pour les « fous littéraires » alors qu'il est jeune bibliothécaire à Verviers. Il va rassembler ce qui deviendra une des plus belles bibliothèques consacrées non seulement à ce thème, mais aussi au surréalisme et à Raymond Queneau. Car sa rencontre avec l'auteur du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-blavier/#i_94438

BURROUGHS WILLIAM (1914-1997)

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 1 917 mots
  •  • 1 média

Un thème, l'exploration de la drogue, et un procédé formel, le cut-up , suffisent généralement à caractériser ce qui ne recouvre en réalité qu'une partie de l'œuvre de W. S. Burroughs . Du Festin nu aux Cités de la nuit écarlate , en passant par la Révolution électronique , la fiction expérimentale mise en place par l'écrivain possède en réalité b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-burroughs/#i_94438

CAMPANA DINO (1885-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 107 mots

Dino Campana est né le 20 août 1885 à Marradi, entre Florence et Ravenne. Enfant turbulent et brutal – en particulier avec sa mère –, fugueur, emprisonné une première fois à dix-huit ans, puis périodiquement admis dans divers hôpitaux psychiatriques entre deux voyages ou vagabondages et des études de chimie qui, de son propre aveu, ne lui convenaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dino-campana/#i_94438

LOCUS SOLUS, Raymond Roussel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 926 mots

On connaît l'expression forgée par André Breton pour désigner Raymond Roussel (1877-1933) dans son Anthologie de l'humour noir  : « le plus grand magnétiseur des temps modernes ». De Desnos à Leiris, de Jean Ferry à Michel Foucault, l'œuvre de Roussel a été constamment scrutée par les esthétiques parfois les plus opposées. Aussi Patrick Besnier et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/locus-solus/#i_94438

WÖLFLI ADOLF (1864-1930)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 584 mots

Interné pour schizophrénie à l'âge de trente et un ans, Adolf Wölfli adopte spontanément un mode d'expression situé en dehors de toute production contemporaine ou filiation artistique, associant au dessin le récit en prose, la poésie et la musique. Né en 1864 à Bowil, en Suisse, dans une famille démunie qui compte sept enfants, orphelin à l'âge de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-wolfli/#i_94438

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques LECERCLE, « FOUS LITTÉRAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/