MOUNIER EMMANUEL (1905-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Emmanuel Mounier a donné le nom de «  personnalisme communautaire » au mouvement de pensée groupé autour de la revue Esprit qu'il avait fondée en octobre 1932, à l'âge de vingt-sept ans, et qu'il dirigea jusqu'à sa mort. L'influence qu'il a exercée, au-delà de son équipe, et qui se prolonge aujourd'hui, est due à l'alliance d'une pensée à la fois vigoureuse et ample avec une personnalité rayonnante. Les uns voient en lui le modèle du chrétien « engagé », d'autres le précurseur d'une nouvelle civilisation, cependant qu'on reproche parfois au personnalisme – dont il se refusa à faire un système – de n'être pas une « philosophie », au sens rigoureux du mot, mais plutôt la synthèse généreuse des thèmes révolutionnaires non marxistes qui apparaissent dans les années trente.

La contestation des années trente

La vie d'Emmanuel Mounier commence par des ruptures. Renonçant à la médecine pour la philosophie, il suit à Grenoble, sa ville natale, les cours du bergsonien Jacques Chevalier, puis vient à Paris où, en 1928, il est reçu à l'agrégation. Influencé par Jacques Maritain et par Nicolas Berdiaeff, il est bientôt « saisi » par la pensée de Charles Péguy auquel il consacre son premier essai (La Pensée de Charles Péguy, 1931). À l'instar de Péguy, il quitte « la sale machine universitaire » et décide de fonder une revue qui soit l'organe d'un mouvement de pensée visant à une rénovation totale de la civilisation.

La crise économique qui, partie de Wall Street, secoue alors l'Europe, lui apparaît comme le symptôme d'une autre crise, spirituelle et philosophique. Convaincu que le monde occidental va à la catastrophe, Mounier veut procéder à une révision radicale de ses valeurs et de ses principes. Le monde bourgeois lui répugne : avilissement par la possession, isolement et oppression des hommes dans une société où les vrais besoins sont sacrifiés. Contre ce monde, le marxisme incarne la révolte des pauvres, mais il ne peut le contredire vraiment, car il a subi l'empreinte de son enne [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOUNIER EMMANUEL (1905-1950)  » est également traité dans :

DOMENACH JEAN-MARIE (1922-1997)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 960 mots

Collaborateur de Mounier jusqu'à la mort de ce dernier, en 1950, Domenach entre à Esprit en 1946 comme secrétaire de rédaction. Il en sera le directeur de 1957 à 1976. La livraison de novembre 1957, qui inaugure une nouvelle série, présente, dans le droit-fil du rapport de Mounier à Font-Romeu en 1932, les objectifs qui n'ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-domenach/#i_33884

IZARD GEORGES (1903-1973)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 652 mots

Né à Abeilhan (Hérault), Georges Izard, ses études de droit terminées, s'inscrit au barreau de Paris en 1932. À cette époque, il fonde, avec Emmanuel Mounier, la revue Esprit, dont il assure la rédaction en chef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-izard/#i_33884

PERSONNALISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 2 383 mots

Dans le chapitre « Emmanuel Mounier et Maurice Nédoncelle »  : […] Particulièrement sensible à la dimension communautaire de la vie personnelle, Emmanuel Mounier (1905-1950) appliqua son génie laborieux aux problèmes psychologiques, sociaux et politiques des relations humaines. Le christianisme infléchit sa conviction socialiste dans le sens d'un respect authentique des subjectivités, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalisme/#i_33884

Pour citer l’article

Jean-Marie DOMENACH, « MOUNIER EMMANUEL - (1905-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-mounier/