MARCEL GABRIEL (1889-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gabriel Marcel s'inscrivit très tôt, et de façon originale, dans le mouvement qui s'opposait aux idéalismes et rationalismes régnant dans l'Université du début du siècle. Attentif à l'existence concrète, toujours soucieux de soutenir l'intuition qu'il a d'une expérience s'étendant à tous les domaines de la vie intérieure, il demeurera fidèle à une ligne de pensée qu'on a pu dire, contre son gré, existentialiste, et qu'il vaudrait mieux dire personnaliste.

Existence et mystère

Né à Paris, agrégé de philosophie à vingt et un ans, membre de l'Institut, Gabriel Marcel renonça en 1923 à l'enseignement pour faire œuvre de philosophe et de dramaturge. Construite autour de quelques thèmes qui situent et explicitent une thèse centrale, cette œuvre s'assortit avec les années d'un commentaire perpétuel où les intuitions premières sont sans cesse reprises, éclairées et souvent approfondies.

L'affirmation centrale est que l'existence se donne à l'expérience unique de chaque conscience comme inépuisable et, à la limite, inexprimable. Elle englobe l'homme, qui s'y surprend engagé et qui découvre du même coup qu'il ne la saurait objectiver totalement, ni la réduire en concepts sans se méprendre sur elle, sur autrui, sur lui-même. L'existence ne se réduit pas à la pensée de l'existence. Tel est le fondement de la distinction fameuse du mystérieux et du problématique : « Le problème est quelque chose qui barre la route. Il est tout entier devant moi. Au contraire, le mystère est quelque chose où je me trouve engagé, dont l'essence est, par conséquent, de n'être pas tout entier devant moi » (Être et Avoir). Irréductible, transcendant par définition toute technique concevable, l'existence est de l'ordre du mystérieux. C'est dire que l'être prime la connaissance (Position et approches concrètes du mystère ontologique). Le danger serait même que le mystè [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARCEL GABRIEL (1889-1973)  » est également traité dans :

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Gabriel Marcel »  : […] Le même retour à l'ontologie, opéré par Heidegger à partir de la phénoménologie, est effectué par Gabriel Marcel à partir de descriptions de caractère beaucoup plus existentiel ; le pacte, en effet, est ici entre être et existence plutôt qu'entre être et phénomène ; par existence, il faut entendre, comme chez Kierkegaard, le surgissement concret de l'individu humain, considéré à la fois dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_36307

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « La mort en contestation »  : […] Les philosophies ouvertes sur un au-delà de la mort ne prétendent pas expérimenter le non-être, mais, comme le souhaitait Spinoza, entreprendre une méditation sur la vie. C'est en approfondissant la vie elle-même qu'elles débouchent sur un « chiffre silencieux » avec Jaspers ou sur une espérance avec Marcel. Passant de l'existence à l'être, par un dessaisissement du temps, elles se recueillent en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_36307

PERSONNALISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 2 383 mots

Dans le chapitre « De Max Scheler à Gabriel Marcel »  : […] Influencé par Nietzsche, Dilthey, Bergson et surtout Husserl, Max Scheler (1873-1928) appliqua les méthodes de la phénoménologie aux domaines de la valeur et du sentiment : repentir, pudeur, ressentiment, sympathie... Soucieux d'une anthropologie exhaustive, il a tôt reconnu la valeur non seulement des personnes singulières, mais aussi de ces personnes communes ( Gesamtpersonen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalisme/#i_36307

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance intériorisée »  : […] Le mouvement des idées et des sociétés n'a pourtant pas permis à cette haute conscience de se maintenir. La transcendance, comme un refoulé, a tenté d'opérer un retour et de se frayer à nouveau un chemin à travers les conceptions les plus neuves et les plus existentielles de l'immanence. L'exemple de Schopenhauer est à cet égard fort instructif puisque, soucieux de construire une vision du monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_36307

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « La réhabilitation philosophique et liturgique du mystère »  : […] Cependant, plusieurs tentatives ont été faites pour redonner au terme la plénitude de sens que des siècles de scolastique lui avaient fait perdre, et pour le revivifier au contact des sources bibliques et patristiques. La première tentative est née chez les philosophes. On peut en déceler l'amorce chez Pascal. La transmission du péché originel, qui est, selon lui, « le mystère le plus éloigné de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/#i_36307

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien JERPHAGNON, « MARCEL GABRIEL - (1889-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-marcel/