ETHNOLOGIEEthnologie générale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La régulation sociale

Éducation et sanctions

Chaque individu, dans une société, se comporte selon un ensemble de règles de conduite ; c'est ce qu'on appelle l'ordre social. On s'y conforme par volonté réfléchie ou par conditionnement psychologique sans choix conscient ; ou bien encore, on y est incité par des mobiles positifs ou négatifs. La régulation sociale est donc faite à la fois de l'éducation des membres et d'un système de récompenses et de punitions (sanctions), qui engendrent chez les individus un comportement conforme aux normes.

En dehors des sociétés civilisées et alphabétisées, il n'existe guère d'éducation organisée. Les enfants apprennent par imitation et participation aux activités, le tout assorti d'éloges et de réprimandes. Le cas échéant, les rites initiatiques donnent plus de poids aux principes moraux, par le truchement du symbolisme et d'une formation explicite. La solennité de l'événement peut être relevée par des ordalies, en particulier de douloureuses circoncisions ou scarifications.

Dans telle société primitive, ce sont des personnes déléguées par la communauté qui appliquent la sanction coutumière selon une procédure traditionnelle. Mais, plus souvent, il n'y a pas de règle en matière de sanction : réaction spontanée d'individus ou bien peine infligée par le groupe, telle la chanson satirique ou l'ostracisme systématique. Dans une communauté restreinte, de telles sanctions sont quelquefois très dures : le manquement aux us et coutumes entraîne, en plus des conséquences matérielles, perte de l'estime et du statut social. La sanction coutumière elle-même ne nécessite pas un jugement : elle relève du chef, d'une société secrète, d'un corps professionnel ou d'un haut personnage religieux, qui n'ont pas à produire de preuves explicites ou à faire état de la loi.

L'individu se gardera souvent de toute infraction parce qu'il en redoute les conséquences en dehors même de toute intervention humaine : l'acte est tabou. Cependant, l'expression symbolique d'une profonde désapprobation sociale peut avoir plus d'effet que la croyance en des suites désastreuses. Plus généralement, la punition divine intervient, affirme-t-on, après une faute morale ou rituelle (péché) ; la société peut aussi punir directement, surtout si son bien-être est considéré comme mis en danger. Certains péchés doivent être confessés, d'après les études de R. F. Fortune sur les Manus des îles de l'Amirauté, ou bien exigent un sacrifice de réconciliation, comme l'ont montré Evans-Pritchard et Middleton pour des groupes d'Afrique orientale. Les règles morales d'une communauté sont d'ordinaire étayées par sa cosmologie, ses mythes et ses dogmes religieux.

Intervention du droit

La régulation sociale est ainsi un élément du système social, une conséquence indirecte des relations familiales, économiques, politiques et religieuses. Seul le domaine juridique en représente l'institution propre. Thurnwald et Radcliffe-Brown ont proposé de restreindre l'emploi du mot « droit » aux sociétés qui disposent de tribunaux, sous quelque forme que ce soit, et d'une force organisée pour exécuter les décisions. Selon cette définition, bien des sociétés n'ont pas de « droit ». Malinowski, pour sa part, y voyait l'ensemble des coutumes contraignantes d'une société, tandis que Lowie, K. N. Llewellyn et E. A. Hoebel l'envisageaient comme la réaction d'une personne à la violation d'une norme avec approbation ou sanction de la communauté. Mais, a souligné Schapera, même si une définition aussi large était adoptée pour inclure tous les usages contraignants, il resterait à examiner à part les procédures judiciaires formelles.

Le droit primitif comprend à la fois la sanction publique des actes mettant en danger la société, ce qui correspond au droit criminel moderne, et le règlement des querelles privées, c'est-à-dire le droit civil actuel. Le premier type est rare, souvent restreint à de graves infractions rituelles, spécialement l'inceste, et à la magie noire ou la sorcellerie. D'autre part, la notion de querelles privées recouvre beaucoup de choses, qui, en Occident, relèvent des affaires criminelles, comme l'homicide et le vol.

Il est rare de trouver une législation proprement dite, exception faite des développements récents en cette matière qu'a repérés Schapera [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ETHNOLOGIE  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daryll FORDE, 
  • Patrick MENGET
  •  • 2 777 mots

Encouragés par le succès des théories évolutionnistes en biologie, la plupart des premiers ethnologues ont tenté de retracer l'évolution sociale et culturelle de l'humanité. Ils étaient gênés par le caractère fragmentaire et restreint du matériel dont ils disposaient, mais, surtout, ils interprétaient souvent de manière erronée les p […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

L'histoire de l'ethnologie est une tâche qui intéresse un nombre croissant d'ethnologues et d'historiens des sciences depuis les années 1960. Ce n'est pas tant, comme on l'a avancé avec quelque légèreté, que la raréfaction des objets traditionnels de l'ethnographie et les doutes épistémologiques sur le statut de la discipline aient amené un nombre croissant d'ethnologues à se pencher sur l'histoir […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Chaque science possède, en fait, deux principales sphères d'activité superposées : travaux expérimentaux ou documentaires, d'une part, travaux comparatifs et analytiques, d'autre part, se fondant sur les premiers. Il en est ainsi pour les sciences exactes et naturelles comme pour la philosophie et les sciences humaines. L' […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

L'anthropologie religieuse tente de cerner la dimension religieuse de l'homme, en tant qu'universelle et inhérente à tout homme (même si cette dimension, dans notre société sécularisée, invente, pour se manifester, de nouveaux signifiants, apparemment non religieux). Mais, l'expérience vécue du sacré se traduit, ch […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Le termeethnoarchaeology apparaît pour la première fois en 1900, dans un rapport rédigé par l'archéologue, anthropologue et naturaliste américain, Jesse Walter Fewkes, directeur du Bureau de l'ethnologie de la Smithsonian Institution. Celui-ci estimait que la connaissance des sociétés indiennes du sud-ouest des États-Unis constituait […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique

  • Écrit par 
  • Lucien STÉPHAN
  •  • 3 075 mots

Le terme « ethno-esthétique », emprunté à J. Delange, désigne un ensemble d'études consacrées aux arts dits primitifs, ethniques, traditionnels ou tribaux. Il semble composé afin d'exprimer la double idée d'une interdiscipline à dominante esthétique et préféré à « ethnologie de l'art », qui désigne une spécialisation de l'ethnologie. Par provision, l'ethn […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 977 mots
  •  • 3 médias

L'ethnomusicologie étudie la musique des divers groupes ethniques et communautés culturelles du monde entier. Oscillant, au cours de son histoire, entre l'analyse scientifique des systèmes musicaux et la description ethnographique des contextes socioculturels dans lesquels se situent ces musiques, l'ethnomusicologie est non seulement une branche de la […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnosciences

  • Écrit par 
  • Jacques BARRAU
  •  • 3 706 mots
  •  • 2 médias

Dans l'ouvrage publié en 1983, Le Regard éloigné, Claude Lévi-Strauss remarque que, en matière de connaissance des faits de culture et de société, « une étroite collaboration entre les sciences humaines et les sciences naturelles permettra seule de récuser un dualisme métaphysique dép […] Lire la suite

AFRICAINS CINÉMAS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 132 mots

L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels moyens donner au cinéma. Problème technique mais avant tout problème politique : celui de la possibilité de pro […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Nommer, classer »  : […] Que veut-on différencier lorsqu'on parle d'anthropologie sociale, d'anthropologie culturelle, d'anthropologie physique, d'ethnologie ? Ces divers vocables engendrent la confusion, car ils reflètent une discrimination entre les domaines géographique, historique, problématique. Dans le monde anglo-saxon, l'anthropologie rassemble sous son titre à la fois l'anthropologie physique – l'étude comparée d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond William FIRTH, « ETHNOLOGIE - Ethnologie générale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/