DELBRÜCK MAX (1906-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien et généticien américain d'origine allemande. Après avoir soutenu une thèse de physique théorique en 1930 à l'université de Göttingen, Max Delbrück travaille en Allemagne et au Danemark sous la direction de Max Born et Niels Bohr. Ce n'est qu'après son émigration aux États-Unis, pour des raisons politiques, en 1937, qu'il s'intéresse à la génétique. Il est professeur au Caltech (California Institute of Technology) à partir de 1947.

La démarche intellectuelle de Delbrück est assez proche de celle du grand physicien Schrödinger, l'un des fondateurs de la mécanique quantique, dont le livre Qu'est-ce que la vie ? (What Is Life ? 1944) exerça une influence profonde sur de nombreux physiciens qui devaient ultérieurement s'intéresser à la biologie. Comme Schrödinger, qui d'ailleurs cite la théorie de la mutation de Delbrück (selon laquelle les états isomères alternés d'un gène correspondent à différents niveaux d'énergie quantique), Delbrück pose en principe que les phénomènes biologiques peuvent être expliqués en termes rationnels, mais il estime que des principes de pensée nouveaux peuvent être découverts par l'intermédiaire de l'interprétation des mécanismes biologiques fondamentaux ; l'approche doit utiliser les données fondamentales de la physique théorique, car si des lois nouvelles sont dégagées, elles devront être en harmonie avec les principes déjà établis.

Cette attitude, totalement étrangère à tout vitalisme, eut un retentissement profond. L'idée que les principes de la physique restaient à découvrir avait de quoi tenter les théoriciens. Une véritable école de pensée se formera bientôt, vers 1940, autour de Delbrück, Luria et Hershey, dans ce qu'il est convenu d'appeler le phage group (groupe du phage), dont les travaux marquent la confrontation d'une certaine méthode de pensée avec un fait biologique précis : le cycle vital des bactériophages. Ensemble mouvant de chercheurs de tous horizons, ce groupe sera bientôt alimenté par le « cours du phage » de Cold Spring Harbor (le premier de ces cours est organisé par Delbrück en 1945). Cold Spring Harbor et Caltech ne tarderont pas à être surnommés « La Mecque » et « la médina » de la génétique moléculaire, tandis que Delbrück lui-même sera baptisé le « pape de la génétique virale ». Toujours au début des années 1940, Delbrück aborde avec Luria le problème des mutations chez la bactérie unicellulaire Escherichia coli et démontre que la mutation a un caractère spontané, imprévisible et accidentel. Cette découverte va transformer l'univers de la génétique et favoriser le développement de la génétique moléculaire.

Un peu plus tard, avec Hershey et Bailey, il découvre le phénomène de recombinaison chez les bactériophages. Vers 1950, estimant que l'analyse des bactériophages ne posera plus de problèmes théoriques importants, Delbrück se penche sur l'étude du système nerveux, y cherchant peut-être ces principes de pensée nouveaux qu'il avait contribué à mettre au jour chez les bactériophages. Le prix Nobel de médecine lui est attribué en octobre 1969, ainsi qu'à ses collègues Alfred Hershey et Salvador Luria, pour « leurs découvertes sur le mécanisme de la réplication génétique des virus ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DELBRÜCK MAX (1906-1981)  » est également traité dans :

HERSHEY ALFRED DAY (1908-1997)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 283 mots

Microbiologiste américain né en 1908 à Owosso (Michigan). Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1969 avec Max Delbrück et Salvador Luria pour leurs découvertes concernant la structure génétique des virus et leur mode de réplication. Après son doctorat (1934), Hershey enseigne la médecine à l'université de Washington (1938-1946) puis entre au département de génétique de l'institut Carnegie (1947 […] Lire la suite

LURIA SALVADOR (1912-1991)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

Bactériologiste et généticien américain, d'origine italienne. Docteur en médecine en 1935, Luria complète sa formation par des études de mathématiques et de physique. Il s'intéresse ensuite à la radiographie des bactéries et des virus. En 1938, il travaille à l'Institut du radium, à Paris, ainsi qu'à l'Institut Pasteur avec E. Wollman. En 1940, il part pour l'université Columbia, aux États-Unis, r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierrette KOURILSKY, « DELBRÜCK MAX - (1906-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/max-delbruck/