COLOGNE ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les antécédents de l'école de Cologne sont à rechercher dans la peinture romane, mais aussi dans l'orfèvrerie et dans le vitrail produits dans la région située entre Rhin et Meuse. Elle ne prend cependant sa physionomie véritable qu'à l'orée du xive siècle, au moment où Cologne, ville archiépiscopale de la Hanse, riche de ses 40 000 habitants et de son négoce, tire le plus vaste parti de sa situation sur le Rhin.

Le chœur du dôme venait d'être achevé ; il montre des réminiscences de la cathédrale d'Amiens et de celle de Strasbourg, et jusqu'aux approches de la Renaissance, la peinture colonaise se soumettra à l'économie de l'architecture gothique. Dotée d'innombrables églises et de couvents, placée sur les bords de cette Pfaffengasse, ou route des Clercs, que fut le fleuve, Cologne se nourrit aux sources de la mystique. Sa peinture demeurera longtemps et profondément imprégnée.

La peinture murale, exécutée, vers 1322, au-dessus des stalles du chœur du Dôme constitue la plus ancienne œuvre conservée. Un dispositif d'arcatures finement moulurées et couronnées de baldaquins où alternent toitures en bâtière et en pyramide abrite des théories d'évêques, de rois, d'empereurs auxquelles se superposent des scènes de la vie de la Vierge, des saints, des apôtres, du pape Sylvestre, de l'empereur Constantin et de sainte Hélène. Les personnages étirés, au drapé souple, témoins de ce lyrisme élégant qui caractérise également les statues d'apôtres dressées aux piliers du chœur ne montrent rien du goût pour l'expression que l'art flamand suscitera au cours du siècle suivant.

Le retable du couvent de Sainte-Claire (aujourd'hui au dôme) participe, près d'un demi-siècle plus tard, de cette même inspiration formelle et spirituelle : registres superposés de saints et de scènes de la vie du Christ, sur des fonds d'ornements floraux, disposés en quinconce comme dans le vitrail. Au même moment, vers 1360, l'hôtel de ville offrait l'ensemble de la « salle de la Hanse », de conception analogue, où des arcatures peintes abritaient des alignements de sages de l'Antiquité, de scènes de genre et de drôleries (il n'en reste que des fragments).

Jusqu'à la venue de Stephan Lochner au début du xve siècle, la peinture colonaise se refuse à accueillir, comme le fit maître Bertram de Hambourg, les formes et les modes d'expression de l'école de Bohême. Tout en maintenant cet esprit d'élégance dépouillée et cet environnement architectural qui impose son principe d'abstraction, l'art colonais de la première moitié du xve siècle bénéficie des recherches qui, dans les Pays-Bas des Van Eyck comme dans la Provence du Maître de la Pietà d'Avignon et dans le Rhin supérieur de Conrad Witz, tendent à maîtriser l'espace et à conférer aux êtres et aux choses une corporéité nouvelle.

La Pêche miraculeuse, K. Witz

Diaporama : La Pêche miraculeuse, K. Witz

Konrad Witz, La Pêche miraculeuse, face extérieure d'un volet du Retable de saint Pierre. 1444. Peinture sur bois. Musée d'Art et d'Histoire, Genève. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Cologne de ce temps est dominée par la personnalité de Stephan Lochner (1410 env.-1451) qui, originaire de Meersburg près de Constance et formé en haute Rhénanie, s'établit dans cette ville pour la dernière décennie de sa vie. De Fra Angelico il a l'imagerie colorée, du Maître du Paradiesgärtlein de Francfort, haut-rhénan comme lui, la suavité rêveuse et poétique, mais bien que sa touche soit moelleuse, il adopte les draperies brisées, cet héritage flamand qui l'apparente aux Limbourg et au Maître de Flémalle. Rares, ses œuvres les plus remarquables sont : le Triptyque de L'Adoration des mages (dôme), pour la chapelle du Conseil, la Vierge au buisson de roses (Wallraf-Richartz Museum, Cologne) et, réparti aujourd'hui entre les villes de Cologne, de Francfort et de Munich, le Retable du Jugement dernier.

Moins que Lochner assurément le Maître de la Vie de Marie (1460-1480/90) se dégage de la tradition d'élégance qui favorise l'allongement des figures et l'esprit ascétique conforme à l'architecture de l'époque. Mais il accuse plus que lui l'influence de l'art flamand, celui, en particulier, d'un Dirk Bouts et d'un Rogier van der Weyden. Lyrisme colonais et réalisme flamand se manifestent dans le Retable de la Vie de la Vierge que se répartissent les musées de Munich [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : conservateur en chef du département des Sculptures au musée du Louvre

Classification

Autres références

«  COLOGNE ÉCOLE DE  » est également traité dans :

LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 570 mots

Peintre allemand né à Meersburg, Stephan Lochner s'établit à Cologne en 1442 au plus tard, date à laquelle il achète une maison dans la ville. Il est membre du conseil de la Corporation des peintres en 1447 et 1450. Pendant la décennie où sa présence est attestée à Cologne, il fut sans doute le peintre le plus en vue de la riche cité marchande sur le Rhin. C'est à lui qu'est commandé le grand trip […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor BEYER, « COLOGNE ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-cologne/