LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre allemand né à Meersburg, Stephan Lochner s'établit à Cologne en 1442 au plus tard, date à laquelle il achète une maison dans la ville. Il est membre du conseil de la Corporation des peintres en 1447 et 1450. Pendant la décennie où sa présence est attestée à Cologne, il fut sans doute le peintre le plus en vue de la riche cité marchande sur le Rhin. C'est à lui qu'est commandé le grand triptyque de L'Adoration des rois, destiné à orner la chapelle du conseil de la ville (cathédrale de Cologne). Parmi ses autres œuvres conservées, la plus importante est le Retable du Jugement dernier, provenant de l'église Saint-Laurent (panneau central au Wallraf-Richartz-Museum, Cologne ; faces intérieures des volets représentant le martyre des apôtres, à l'institut Staedel de Francfort ; faces extérieures avec des saints, à la pinacothèque de Munich) ; citons également la célèbre Vierge au buisson de roses (Wallraf-Richartz-Museum, Cologne), la petite Nativité (pinacothèque, Munich), la Présentation au Temple (Landesmuseum, Darmstadt).

La chronologie relative des œuvres exécutées entre 1442 et 1451 est difficile à établir en raison du caractère de son art. On ignore tout de sa formation : on a supposé, parce qu'il est né à Meersburg, qu'il avait appris le métier auprès d'un maître de la région du Haut-Rhin. Son tour de compagnon l'aurait mis en contact avec le milieu des frères Limbourg et, par ailleurs, il aurait travaillé dans l'atelier du Maître de Flémalle, avant de s'installer à Cologne. Ces deux hypothèses tendent à rendre compte du double aspect de son art, à la fois moderne et attaché au style gothique international (on peut en ce sens le comparer à son contemporain Fra Angelico). En fait, la connaissance de la nouvelle peinture flamande, celle des Van Eyck et du Maître de Flémalle, était déjà répandue en Allemagne vers 1440, et surtout à Cologne, située aux portes des Pays-Bas, où l'on pouvait admirer depuis 1438 le retable peint par le Maître de Flémalle pour Henri de Werl. Les œuvres de Lochner le montrent au demeurant beaucoup moins sensible au réalisme du détail concret, voire à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)  » est également traité dans :

COLOGNE ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 1 232 mots
  •  • 1 média

Les antécédents de l'école de Cologne sont à rechercher dans la peinture romane, mais aussi dans l'orfèvrerie et dans le vitrail produits dans la région située entre Rhin et Meuse. Elle ne prend cependant sa physionomie véritable qu'à l'orée du xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-cologne/#i_13866

MEMLING HANS (1435 env.-1494)

  • Écrit par 
  • Jacqueline FOLIE
  •  • 1 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Racines germaniques »  : […] un Rhénan. Il naît à Seligenstadt, sur le Main, entre 1430 et 1440, à l'époque où Stephan Lochner peuple de ses compositions mystiques les sanctuaires de la métropole rhénane. Qu'il ait ou non fréquenté son atelier, Memling fut marqué par le maître de Cologne, dont il transposera plus tard certaines compositions ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-memling/#i_13866

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephan-lochner/