DON JUAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tirso de Molina. Un drame édifiant

Cette histoire, le frère Gabriel (qui signait Tirso de Molina pour le théâtre) l'a-t-il inventée de toutes pièces ? Il est certain (cf. l'ouvrage capital de Gendarme de Bevotte) qu'il a mis à profit, en les fusionnant, des traits puisés à diverses sources littéraires et folkloriques. Il est beaucoup moins sûr qu'il ait transposé, comme on l'a suggéré, le visage et les aventures de quelque libertin de son temps : don Juan de Villamediana (hypothèse de Gregorio Marañón), ou don Pedro Manuel Girón, fils du duc de Osuna (hypothèse de Mario Penna), ou tel autre. L'évident, c'est que la religieuse Espagne ne manquait pas de débauchés insignes avant 1630, date où fut publiée, dans un recueil de pièces divisées en trois « journées », celle de Tirso intitulée El Burlador de Sevilla y Convidado de piedra (Le Trompeur..., ou mieux Le – mauvais – farceur de Séville et l'Invité de pierre).

Le joyeux trompeur, c'est Juan Tenorio, jeune seigneur qui se divertit à abuser des femmes en leur faisant croire qu'il les épousera, ainsi qu'à berner (burlar) leurs maris, leurs fiancés, leurs amis, qui sont parfois les siens. Car le cœur n'a pas la moindre part à ces entreprises qu'il mène, avec un bonheur inégal, en déguisant son identité, secondé par Catalinón, son valet, pleutre et parfois récalcitrant. Ses aventures le contraignent à fuir incessamment : de Séville, il s'est rendu à Naples (épisode de la duchesse Isabelle) ; une tempête le fait échouer sur une côte d'Espagne (la pêcheuse Tisbea) ; puis il retourne à Séville (tentative de séduction d'Ana de Ulloa), d'où il s'enfuit, de nouveau, à travers champs (noces de la paysanne Aminta). La mobilité de don Juan est fortement marquée dès l'origine de sa légende ; il est le chasseur pourchassé.

L'« invité de pierre », lui, c'est la statue funéraire du Commandeur, don Gonzalo de Ulloa, père d'Ana. Tué par le séducteur, auquel il avait tenté de couper la retraite, le Commandeur poursuit sa vengeance par-delà la mort. Toujours par jeu, don Juan a défié la statue de venir souper avec lui ; mais celle-ci se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines d'Amiens

Classification

Autres références

«  DON JUAN  » est également traité dans :

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

À travers sa mise en scène d'Elvire Jouvet 40, d'après les carnets de travail de Louis Jouvet, Brigitte Jaques s'était intéressée au Dom Juan de Molière, aux rôles et à la manière de les dire. Cette fois, sans abandonner le travail de l'acte […] Lire la suite

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Le 15 février 1665, Molière (1622-1673) donne Dom Juan, une comédie fort dangereuse, à la suite de Tartuffe qui venait d'être interdit. Quinze jours après la première, les pressions de toutes sortes et la prudence font que l'écrivain retire sa pièce : Le Festin de pierre, cette version originale qui […] Lire la suite

DON JUAN (G. G. Byron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 867 mots
  •  • 1 média

Long poème inachevé en dix-sept chants, Don Juan (1819-1824) est le chef-d'œuvre incontesté de lord Byron (1788-1824). Prenant à contre-pied le mythe du libertin cynique immortalisé par Tirso de Molina, Molière et M […] Lire la suite

DON JUAN TENORIO, José Zorrilla - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 869 mots

Représenté pour la première fois à Madrid, en 1844, Don Juan Tenorio de José Zorrilla (1817-1893) est vite devenu, dans le monde hispanique, une œuvre extrêmement célèbre. Ce drame « religieux et fantastique » fut longtemps joué chaque année, à l'occasion de la fête des morts. Plus que de […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les binômes « Renaissance-maniérisme » et « baroque-classicisme » »  : […] Pour comprendre la formation simultanée des styles baroque et classique, il convient de s'appuyer sur le complexe culturel appelé Renaissance. Ce mouvement, qui se manifeste en Italie à partir du Trecento ( xiv e  siècle), y atteint son point d'intensité maximale au xv e  siècle et se prolonge jusqu'au début du xvi e . Sa diffusion s'opère dans le reste de l'Europe à partir de la fin du xv e  siè […] Lire la suite

BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

  • Écrit par 
  • François NATTER
  •  • 4 462 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Don Juan » »  : […] Avec Beppo , conte vénitien (1817) et surtout avec Don Juan (1819-1824), interrompu au seizième chant par la mort de l'auteur, Byron a donné la véritable mesure de son génie. Don Juan est une épopée immense (près de 16 000 vers) et multiforme, écrite sur le modèle de Pulci, en ottava rima , strophe savante dont le poète joue avec une extraordinaire virtuosité. Le thème de la légende espagnole n'e […] Lire la suite

CASANOVA GIACOMO (1725-1798)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI, 
  • Universalis
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « L'Europe galante »  : […] Ses voyages conduisent Casanova dans les principales capitales européennes, notamment à Paris, où il fit deux séjours principaux, de 1750 à 1752, puis de 1757 à 1759. Entre les deux, il connut l'un des épisodes les plus célèbres de sa vie : dénoncé pour escroquerie, parasitisme et libertinage, il est enfermé à Venise à la prison des Plombs (le 26 juillet 1755), mais réussit à s'en évader le 1 er   […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le théâtre espagnol est un phénomène qui, par son abondance, tient du monstrueux. Sa prosodie, essentiellement coulante, orale, propre à s'étendre de la naïveté à l'éloquence, a sans doute facilité cette étourdissante production. Ce théâtre a beaucoup gardé en lui du caractère familier de sa période primitive. Les actes et les sentiments y apparaissent sous leur forme élémentaire. Le thème de don […] Lire la suite

GRABBE CHRISTIAN DIETRICH (1801-1836)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 459 mots

Mort à trente-cinq ans, le dramaturge allemand Grabbe est le type même du génie théâtral. Fils d'un directeur de prison, son premier souvenir est d'avoir tenu compagnie à un condamné à mort. Son théâtre est celui de la démesure, du grotesque et du satirique. À vingt et un ans, il écrit Herzog Theodor von Gothland , une pièce échevelée qui dépasse le Sturm und Drang et annonce l'expressionnisme. Le […] Lire la suite

HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 1 944 mots

Dans le chapitre « Poésie et vérité »  : […] L'œuvre d'Hoffmann doit une part de sa célébrité, non la meilleure sans doute, aux accessoires effrayants de ses « histoires à faire peur », ses « histoires de fantômes » ( Spuckgeschichten ). Sans souci des lecteurs superficiels, Hoffmann multiplie à plaisir les histoires de revenants, enterrés vifs, magiciens et horribles sorcières édentées qui peuplaient la littérature allemande du temps. Lui-m […] Lire la suite

Les derniers événements

Espagne. Renoncement de Felipe VI à l’héritage de son père Juan Carlos. 4-15 mars 2020

Le 4, le quotidien suisse la Tribune de Genève révèle que la justice genevoise a engagé une enquête pour soupçon de blanchiment d’argent aggravé en 2018, à la suite de la découverte d’un don de 65 millions de dollars effectué en 2012 par l’ancien monarque […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BERVEILLER, « DON JUAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/