Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OSTRACISME

À l'origine, le terme d'ostracisme n'avait pas la valeur péjorative qu'on lui donne aujourd'hui. Il sanctionnait un vote des Athéniens contre un citoyen suspect, qui était alors banni pour dix ans. Ce jugement devait atteindre les citoyens trop avides de popularité ou à qui leurs actes avaient valu une popularité jugée excessive. Il s'agissait donc en droit d'une réaction de défense d'une collectivité nationale éprise de justice et redoutant les coups d'État.

Un tel processus supposait l'existence d'un groupe de citoyens se connaissant entre eux, théoriquement aptes à distinguer la vie privée de la vie publique et à porter les uns sur les autres un jugement sans passions inspiré par un idéal civique commun. Il impliquait en fait la possibilité d'exclure un citoyen à cause de son esprit critique (ou pour ce qu'on appelle aujourd'hui, dans les pays totalitaires, le « révisionnisme », dans les démocraties conservatrices, la « subversion »). Il condamnait la remise en cause et la contestation par un individu isolé, pouvant alors être accusé de sacrifier au « culte de la personnalité » ou au star system ; de plus, sous prétexte d'éviter les à-coups politiques, il prêtait des intentions obscures à des citoyens exagérément populaires. La possibilité de bannir pour délit d'opinion avait ainsi pour corollaire celle de bannir pour délit d'intention. Cette critique réciproque des citoyens les uns par les autres, qui se fondait sur une philosophie de la liberté, de la solidarité et de l'idéal civiques, portait donc son principe de destruction, car le passage est étroit qui mène de la critique publique à la justice dite populaire et à la délation, du bannissement à la chambre à gaz, de la suspicion à la jalousie, de la divergence de points de vue à l'accusation de trahison, de la discussion à la haine, de la perception de la différence à l'assassinat. Sous couvert de défendre la communauté, on prenait le risque de niveler ; sous prétexte de préserver la liberté, on prenait celui d'immobiliser ; sous couvert d'organiser la vie, on prenait celui d'exalter la mort.

Le terme d'ostracisme a été repris dans le langage courant pour désigner l' exclusion dont sont victimes des individus ou des collectivités pour des causes non élucidées, imaginaires, ou même sans cause.

L'ostracisme dans l'Antiquité

J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet notent, dans Mythe et tragédie en Grèce ancienne, que l'ostracisme athénien est un rite probablement symétrique de celui du pharmakos. La cité ayant besoin d'expulser la souillure accumulée pendant une année choisissait un pharmakos, habituellement un homme des bas-fonds d'Athènes, et, au moins au début de l'institution, le mettait à mort après une cérémonie expiatoire. L'ostracisme correspondrait, sur le plan des idées, à cette liturgie organisée sur celui des passions. La procédure d'ostracisme, créée par Clisthène en 487 avant J.-C., s'imposa d'emblée comme une procédure exceptionnelle. Théoriquement aucun nom n'est prononcé et les membres de l'assemblée se fient à leur seul jugement pour inscrire sur une coquille ou un tesson de poterie le nom de leur choix (le mot ostracisme vient du grec ostrakon, « coquille »). Il n'y a pas d'accusation politique, pas de défense, pas de recours aux tribunaux. Le vote traduit le sentiment populaire dans lequel le refus de la tyrannie s'allie sans doute à la crainte quasi religieuse de la présence d'un homme supérieur perturbant le fonctionnement d'institutions créées pour les hommes ordinaires. La procédure d'ostracisme fut notamment appliquée à Thémistocle, à Aristide, et elle fut abandonnée en 417 ou 416 quand, à la suite de manœuvres qui la vidaient de sa finalité politique et [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître-assistant à l'université de Paris-I, écrivain

Classification

Pour citer cet article

Pierre BOUDOT. OSTRACISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Procès de Galilée - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Procès de Galilée

Autodafé - crédits : Keystone/ Getty Images

Autodafé

Autres références

  • DESTIN

    • Écrit par
    • 2 492 mots
    Pour J.-P. Vernant, l'histoire d'Œdipe se constitue en destin en fonction de deux déterminations institutionnelles propres à la πολίς athénienne : l'ostracisme et la fête des Thargélies. L'ostracisme, procédé politique archaïque dans la structure démocratique contemporaine...
  • INSTAURATION DE LA DÉMOCRATIE À ATHÈNES

    • Écrit par
    • 172 mots

    Après le départ d'Athènes du tyran Hippias, second fils de Pisistrate, en — 510, les réformes radicales proposées par Clisthène, membre de la famille aristocratique des Alcméonides, mais chef du parti progressiste, sont adoptées. À l'ancienne structure clanique de la société...

  • NATIONALITÉ

    • Écrit par , , , , et
    • 10 392 mots
    ...nationaux. La réponse affirmative de principe est de plus en plus générale, au moins en ce qui concerne les relations privées par opposition aux droits politiques. Toutefois, cet aboutissement est le résultat d'une longue histoire qui commence dans le monde antique par le refus de tout droit à l'étranger.
  • TYRANNIE, Grèce antique

    • Écrit par
    • 5 998 mots
    • 5 médias
    ...oligarchie et tyrannie, pour les dénoncer également : la tyrannie est une oligarchie poussée à l'extrême, l'oligarchie est la tyrannie d'un petit groupe. Les adversaires de la démocratie soulignent volontiers quant à eux l'analogie entre l'ostracisme – éloignement préventif d'individus jugés dangereux –...