DÉSERTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme dans le désert

L'homme n'est pas adapté au désert : abandonné sans eau par une chaleur de 50 0C, il mourra en une journée ou deux ; même s'il bénéficie de trois litres d'eau par jour, il ne pourra survivre plus d'une semaine. Pourtant, toutes les grandes zones désertiques du globe sont peuplées par l'homme depuis la préhistoire. Les différences observées entre les populations du désert concernent surtout les techniques d'adaptation aux conditions climatiques. Il est certain qu'une peau fortement pigmentée donne une meilleure protection contre les rayons solaires ultraviolets, mais les individus à la peau légèrement pigmentée supportent bien la vie en pays chauds s'ils évitent une exposition trop directe au soleil. Le corps humain peut aussi effectuer quelques corrections physiologiques lors de son acclimatation : les glandes sudoripares diminuent leur sécrétion, les reins ralentissent la perte des sels ; mais aucun mécanisme ne peut réellement empêcher la perte de l'eau.

Les genres de vie

Les besoins en eau d'un homme travaillant dans le désert s'élèvent à neuf litres par jour, utilisés pour la cuisine et la boisson. La recherche continuelle de l'eau a obligé les habitants à vivre en nomades, mais leurs accoutumances particulières ont donné lieu à une certaine diversité de modes de vie. Les tribus les plus primitives pratiquent des formes anciennes de nomadisme : la chasse et la cueillette.

Ainsi les Bindibus errent nus, par petits groupes, à travers d'immenses régions dans le centre et l'ouest de l'Australie ; leurs déplacements dépendent des pluies ; ils ne possèdent presque pas d'outils et exploitent au jour le jour les maigres ressources du désert. Mais ce genre de vie ne peut être adopté que dans des régions assez giboyeuses ou relativement fertiles, et s'il fut jadis pratiqué au Sahara c'est que ce désert n'était pas aussi rigoureux qu'il l'est à présent. Les Boschimans, réfugiés dans le Kalahari après la colonisation européenne, se déplacent eux aussi par petites troupes partageant eau et nourriture, mais chaque troupe possède un territoire de chasse bien défini, où la raréfaction du gibier met leur existence même en danger. Parmi les tubercules qu'ils déterrent, celui du Bi est extrêmement recherché en raison de sa richesse en eau.

Les plantes sauvages continuent à tenir une place importante dans l'alimentation de nombreuses tribus du désert, mais la cueillette est laissée aux femmes, les hommes s'occupant surtout des troupeaux de chevaux, de chameaux, d'ânes, de lamas ou de yacks, suivant les régions. Le transport, la nourriture, le cuir et la laine leur sont ainsi assurés, de même que le commerce. Le nomade pasteur exploite les pâturages naturels et, ne constituant pas de réserve de fourrage, il devra effectuer les mêmes déplacements saisonniers que les animaux sauvages.

Les transports commerciaux occasionnent de grands déplacements, qui rassemblent en caravanes un grand nombre d'hommes et d'animaux. Le commerce caravanier saharien du sel, pratiqué par les Touaregs, est encore important, car l'Afrique occidentale manque de sel ; or, nous l'avons vu, les besoins en sel de tout être vivant en pays chaud sont considérables. C'est ainsi qu'au printemps et à l'automne, de grandes caravanes appelées azalaï (rassemblement de chameaux) se rendent aux salines du Sahara central pour échanger le mil contre le sel. Mais le commerce le plus largement diffusé à travers le désert saharo-sindien est longtemps resté celui des esclaves.

À toutes ces activités, élevage, négoce et caravane, les nomades ajoutent parfois la culture, mais dans des conditions très particulières. Ils peuvent posséder des palmiers dans une oasis qu'un métayer (autrefois un esclave) entretient à leur place. Certains même se servent de la charrue et sèment blé, orge ou pastèques quand les oueds ont coulé, mais il ne s'agit pas d'un travail régulier et ils peuvent rester plusieurs années sans semer.

Halte d'une caravane

Photographie : Halte d'une caravane

Une caravane s'apprête à passer la nuit dans le désert, près de Pushkar, au Rajasthan, dans le nord-ouest de l'Inde. 

Crédits : Michael Busselle/ Getty Images

Afficher

Sahara (Mauritanie)

Photographie : Sahara (Mauritanie)

Une caravane berbère dans les dunes du Sahara mauritanien. 

Crédits : Barbara Maurer/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

De cette absence de véritable culture résulte l'absence de maison, mais les pasteurs nomades ne vivent pas dans l'état de dénuement des Bindibus et des Boschimans. Leurs vêtements et leurs tentes, de types différents suivant les groupes ethniques, les protègent des facteurs climatiques.

Le rôle devenu plus important des frontières, la « pacification » des tribus guerrières et la concurrence des camions ont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Indice de Köppen

Indice de Köppen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Régions arides dans le monde

Régions arides dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Paysage de désert

Paysage de désert
Crédits : Orin/ Shutterstock

photographie

Djebel Drhoumess (Sidi Bou Hellal, Sud tunisien).

Djebel Drhoumess (Sidi Bou Hellal, Sud tunisien).
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : Muséum national d'histoire naturelle
  • : docteur vétérinaire, docteur ès sciences, sous-directeur au Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  DÉSERTS  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 059 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Accumulation éolienne »  : […] Comme les eaux courantes, le vent a une activité de transport et d'accumulation. Cette activité se situe dans le prolongement de la déflation qu'il exerce aux dépens des formations superficielles meubles. Les observations de terrain ainsi que l'expérimentation en soufflerie montrent que cette prise en charge ne concerne que les éléments ne dépassant pas 0,50 mm de diamètre. À l'opposé, les parti […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les déserts »  : […] Les déserts africains évoquent des espaces vides, minéraux, inhabités mais en réalité l'absence d'occupation humaine n'est ni totale ni spécifique des milieux arides. Sauf dans quelques secteurs hyperarides (désert de Libye, Tanezrouft), la végétation n'est pas totalement absente, bien que très rare et discontinue, adaptée aux regs pierreux des hamadas (plateaux) où l'eau peut difficilement êtr […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les paysages »  : […] Immense territoire (1 224 297 km 2 ) compris entre le 18 e et le 33 e  parallèle sud, la République d'Afrique du Sud couvre un espace marqué par des inégalités de toutes natures. Tout d'abord, la chaîne du Drakensberg et les reliefs qui la prolongent jusque dans l'arrière-pays du Cap constituent la limite entre l'Ouest sec et peu peuplé et l'Est bien arrosé et plus densément occupé. Ensuite, à l […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « De la Méditerranée au Sahara, des milieux naturels très contrastés »  : […] L'Algérie est un pays contrasté qui présente, du nord au sud, toutes les transitions entre un milieu méditerranéen humide et un milieu saharien hyperaride. Les gradients, à la fois biogéographiques et pluviométriques, ainsi que les conditions topographiques exercent une influence sur la répartition humaine et la mise en valeur des territoires. Les conditions physiques sont largement dépendantes de […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 981 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Déserts »  : […] La définition, assez arbitraire, s'applique aux régions de moyenne ou basse latitude où les précipitations annuelles sont, en général, inférieures à 250 mm. Deux des plus grands déserts appartiennent au Nouveau Monde : Colorado et Sonora en Amérique du Nord, Atacama et désert péruvien le long de la côte pacifique de l'Amérique du Sud, ces derniers totalement azoïques en certains points. Le probl […] Lire la suite

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 949 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Andes sèches, tropicales et subtropicales »  : […] Les Andes sont coupées, transversalement, entre le 4 e et le 30 e parallèle, par une bande sèche qui longe la côte pacifique du Pérou et du Chili, prend en écharpe les Andes occidentales et méridionales de Bolivie, et se termine dans les bassins du piémont argentin entre les 25 e et 30 e parallèles. L'anticyclone du Pacifique Sud, d'où soufflent les alizés qui balaient le littoral péruvien, es […] Lire la suite

ANGOLA

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Didier PÉCLARD
  • , Universalis
  •  • 8 757 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Entre Afrique australe et Afrique centrale : un pays charnière »  : […] La géographie de l'Angola se comprend à la fois par l'histoire récente de la guerre civile et des conflits internationaux, qui a suivi une longue période coloniale particulièrement violente et prédatrice, et par la position charnière de l'Angola entre l'Afrique australe et l'Afrique centrale. Le vaste territoire angolais s'étend du 6 e au 18 e  parallèle sud. Il faut ajouter, par-delà le débouché […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Dépression aralo-caspienne et massif central kazakhe »  : […] La dépression aralo-caspienne occupe l'emplacement d'un secteur faible du domaine plissé paléozoïque asiatique. Sur la surface d'aplanissement qui nivèle les structures anciennes affaissées, les transgressions mésozoïques et cénozoïques ont déposé des couches de sédiments généralement minces et restées horizontales, au moins dans la moitié septentrionale de la cuvette. Par places, dans le quart s […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient et l'Asie centrale steppiques et arides  »  : […] À l'ouest et au centre du continent asiatique s'impose le domaine aride, semi-aride, désertique et steppique. Il regroupe des pays où sont majoritaires les espaces recevant moins de 250 millimètres de précipitations annuelles, avec des étés très secs et des hivers inégalement humides. Les montagnes ou la proximité humidifiante de certaines mers peuvent atténuer la sécheresse, mais le désert et […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fleuves, eaux cachées, eaux perdues, montagnes-refuges »  : […] La présence de très hautes montagnes (pic Samani, ex-pic du Communisme, 7 495 m) souvent enneigées et possédant notamment les glaciers les plus longs du monde (glacier Fedchenko, 77 km) assure à toute l'Asie centrale d'abondantes ressources en eau. Certains fleuves majeurs (Tigre, Euphrate, Indus) s'écoulent vers l'extérieur de la région, mais la plupart se perdent dans des lacs et mers intérieur […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 septembre 2018 France. Présentation du plan de réforme du système de santé.

Celui-ci prévoit un relèvement de l’objectif national de dépenses de l’assurance-maladie de 3,4 milliards d’euros durant le septennat, la création de quatre cents postes de médecins salariés dans les « déserts médicaux » et de quatre mille postes d’assistants médicaux, la mise en place de communautés professionnelles territoriales de santé – sortes de réseaux de médecins libéraux destinés à alléger les services d’urgences hospitaliers –, ainsi que la réorganisation des activités au sein et entre les établissements hospitaliers, et l’introduction de financement au forfait du traitement de certaines pathologies chroniques. […] Lire la suite

6-10 janvier 2010 Israël – Autorité palestinienne – Égypte. Incident et polémiques autour de la frontière

Le 10, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou annonce son intention de « fermer la frontière sud d'Israël aux éléments infiltrés et aux terroristes » en édifiant une barrière entre les déserts israélien du Neguev et égyptien du Sinaï.  […] Lire la suite

12 mai - 24 juin 2009 France. Adoption de la loi sur la santé publique

Parmi les amendements figurent les dispositions qui modifient la gouvernance hospitalière, dans le sens des concessions accordées par le gouvernement aux médecins, ainsi que celles qui rétablissent le principe du « contrat de santé solidarité » obligeant les médecins exerçant en zones surdotées, sous peine d'amende, à prêter main-forte à leurs collègues des zones sous-dotées pour lutter contre les déserts médicaux. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger COQUE, François DURAND-DASTÈS, Huguette GENEST, Francis PETTER, « DÉSERTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/deserts/