DÉCADENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mal des siècles

Décadence et dégénérescence

Un même optimisme caractérise au xixe siècle le scientisme et le positivisme en France, en Allemagne le matérialisme mécaniste de Karl Vogt et Jakob Moleschott. D'un bout à l'autre du siècle, de Saint-Simon à Ernest Solvay, semblent s'affirmer la même confiance dans la science, la même foi dans le progrès.

Les réflexions dolentes sur la décadence ne manquent pas cependant. Chateaubriand se lamente : « Nous, l'État le plus mûr et le plus avancé, nous montrons de nombreux symptômes de décadence. » La décadence est alors un thème que le courant contre-révolutionnaire a fortement marqué à droite. Elle débute avec la philosophie politique du xviiie siècle qui a été réalisée par la Révolution française. Contre celle-ci se déchaînent, en Angleterre, Carlyle, en France notamment De Maistre et Bonald, en Allemagne tous ceux qui ont réagi passionnément au Discours de Fichte. Le remède invoqué ne varie guère : le retour au passé, et plus précisément à un Ancien Régime hautement mythifié, idéalisé au point d'en être méconnaissable, monde heureux qu'évoquera encore Le Play dans La Réforme sociale en France. Mais, au total, « le stupide xixe siècle », comme l'appelle méchamment Léon Daudet, a donné davantage dans « les dogmes et marottes scientifiques » que dans les considérations tristes sur l'histoire.

En 1870, la critique ironique des idées de Vico, de Bossuet, de Montesquieu, de Rousseau, complaisamment développée à l'article « Décadence » de l'Encyclopédie Larousse, semble apporter la preuve que la belle confiance dans la science, dans les tendances du monde moderne, dans le libéralisme surtout, n'était pas encore entamée. « Quelles pourraient être pour les peuples les causes de décadence ? » En effet : « La théocratie, le despotisme, les oligarchies, l'esclavage, l'excès des inégalités sociales, l'esprit de conquête, l'absence enfin de tout lien de solidarité entre les peuples ont été funestes à l'Antiquité sans épargner le Moyen Âge et même les siècles les plus récents. Or, tous ces principes de décadence tendent à disparaître sur toute la surface du monde civilisé. » Des civilisations ont sombré les unes après les autres : c'est parce qu'elles avaient épuisé leur « principe de vie ». « Prétendra-t-on, enfin, que les races dégénèrent ? Nous n'en croyons rien, absolument rien. »

Cependant les machines à enregistrer les pulsions culturelles opèrent bien souvent avec retard : le reflux avait déjà commencé, la ferveur était retombée. Les doutes s'étaient multipliés. Ainsi l'hypothèse d'une dégénérescence des races, sommairement écartée dans l'article précédemment cité, est au cœur de la correspondance échangée par Tocqueville et Gobineau entre 1855 et 1859. Au premier qui se montre curieux de savoir à quoi il attribue la rapide et en apparence irrémédiable décadence de toutes les races, l'auteur de l'Essai sur l'inégalité des races humaines répond le 15 janvier 1856 que les causes du mal sont à chercher dans leur mélange opéré dans les grandes villes, l'effacement du type, l'absence de préjugé de race (« le comble de la démocratie »), la disparition du sentiment viril. La recherche du bien-être matériel ainsi qu'une conception étroite de l'intérêt propre aux individus irrémédiablement dégénérés sont les symptômes de ce mal qui frappe particulièrement les Français : « Je leur dis : vous mourez », déclare-t-il à Tocqueville, le 20 mars 1856, « je dis que vous avez passé l'âge de la jeunesse, que vous avez atteint celui qui touche à la caducité ... » À la même époque, Prokesch-Osten écrivait à Gobineau (19 juill. 1856) : « Tout ce que vous me dites sur la marche descendante de notre société est dogme chez moi depuis longtemps. La décadence est d'une rapidité effrayante », et, le 24 janvier 1857 : « Une régénération est impossible. »

Tout en estimant ses contemporains « assez mal élevés », Tocqueville a vivement critiqué ce pessimisme radical. La double identification de l'homme de la décadence à l'homme dégénéré et de la décomposition à la démocratie ne lui paraissait pas pertinente. « Je crois », répond-il à Gobineau, le 24 janvier 1857, « qu'on peut encore tire [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  DÉCADENCE  » est également traité dans :

APOGÉE ET DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 647 mots

Apogée et décadence, les deux notions s'associent pour signifier l'accomplissement puis la déchéance d'une institution, d'une nation, d'un empire ou d'une civilisation. L'histoire savante a souvent discuté le bien-fondé de ces notions, appuyées sur des jugements de valeur. Les grandes périodisations cycliques de l'histoire, le mythe de l'âge d'or chez les Grecs ou la chute des dynasties dans la C […] Lire la suite

LES BUDDENBROOK, Thomas Mann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 061 mots

Dans le chapitre « Quelle place pour l'art, dans le monde bourgeois ? »  : […] Le déclin décrit par Thomas Mann rappelle un thème souvent abordé par les écrivains naturalistes de la fin du xix e  siècle. Toutefois, il a peu à voir, dans Les Buddenbrook , avec l'hérédité. La décadence, ici, ne trouve pas son origine dans des tares, comme chez Zola. Elle est causée par la suprématie que finissent par prendre sur l'effort pratique, chez les individus, les aspirations personnell […] Lire la suite

LE DÉCLIN DE L'OCCIDENT, Oswald Spengler - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 244 mots

Écrivain politique récemment établi à Munich, Spengler (1880-1936) rédige en 1918 le tome I (remanié en 1923) de cette somme historico-philosophique dont la sortie, coïncidant avec l'époque sombre et tourmentée de la défaite allemande, lui valut, pour s'être fait le dépositaire de la tradition de pensée de la décadence, succès et controverses dans les milieux intellectuels d'alors. Critique féroc […] Lire la suite

DÉGÉNÉRÉ ART

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 816 mots
  •  • 1 média

L'expression « art dégénéré » doit sa fortune à l'exposition Entartete Kunst que les nazis organisèrent en 1937 à Munich. La dégénérescence n'est pas la décadence. Cette dernière notion implique dans une visée spenglerienne un affaiblissement des cultures, analogue au vieillissement auquel sont voués les corps, mais non une dénaturation. La dégénérescence, l' Entartung , terme emprunté à la biolo […] Lire la suite

FERRERO GUGLIELMO (1871-1942)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 142 mots

Issu de la bonne bourgeoisie piémontaise, formé aux disciplines juridiques et littéraires par des études universitaires poursuivies à Pise, à Bologne, à Turin — où il reçut les leçons de son futur beau-père, Cesare Lombroso —, Ferrero a très tôt manifesté pour l'interprétation historique un intérêt que le constant souci de comprendre son temps n'a cessé de soutenir. Dès l'époque de sa dissertation […] Lire la suite

ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre JUDET DE LA COMBE
  •  • 1 979 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité comme modèle »  : […] Le mot « Antiquité » pose, implicitement, la question de la continuité de l'histoire, de la pertinence de son découpage en périodes définies et, plus fondamentalement, celle du progrès ou de la décadence inhérents au déroulement du temps humain. De fait, c'est un terme à la fois relatif et normatif. Relatif, il suppose que, face à l'Antiquité, période définie avant tout par son ancienneté, existe […] Lire la suite

MANN THOMAS

  • Écrit par 
  • André GISSELBRECHT
  •  • 7 107 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ironie, jeu et parodie »  : […] Les Considérations s'achèvent sur une théorie de l'« ironie conservatrice » ou « érotique » : l'écrivain joue avec les idées, les fait entrer en dialectique, mais n'adhère, ni ne se fixe à aucune ; il en fait parler d'autres que lui, mais se trompe dès qu'il veut parler lui-même en son nom propre. Ce qui ne veut pas dire que Thomas Mann ne soit pas demeuré ferme sur quelques convictions de base, […] Lire la suite

LA NAISSANCE DE LA TRAGÉDIE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 209 mots

Dans le chapitre « Un livre fondateur »  : […] Dans sa Préface « autocritique » de 1886, Nietzsche insiste sur le choc produit par la guerre franco-allemande de 1870-1871 et par la Commune de Paris. Car La Naissance de la tragédie est un texte politique autant qu'un manifeste esthétique et métaphysique. En réaction à la menace d'une révolution culturelle aussi « destructrice » que la Commune, Nietzsche esquisse la vision d'un État fondé sur u […] Lire la suite

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La décadence et le désir »  : […] L'origine de l'ontologie métaphysique est la décadence. Nietzsche, scrutant les symptômes de cette maladie de la vie au cœur de la civilisation européenne, brosse un tableau accablant de notre modernité. Mais, plus importante que cette description est l'interprétation que suggère Nietzsche de la décadence en fonction de sa théorie de la volonté de puissance elle-même. La morale, en effet, est la […] Lire la suite

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mensonges de la décadence »  : […] Appliquant une nouvelle méthode critique, la méthode généalogique, qui consiste à détecter, sous les arguments rationnels, les articles de croyance ou « valeurs », puis, en deçà des valeurs, le type de vie qui en use pour dominer, Nietzsche impute à un phénomène de déchéance vitale, qu'il nomme la Décadence, la responsabilité de la crise nihiliste. Le nihilisme est l'« idéologie » ou encore la «  […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « DÉCADENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/