DÉGÉNÉRÉ ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « art dégénéré » doit sa fortune à l'exposition Entartete Kunst que les nazis organisèrent en 1937 à Munich. La dégénérescence n'est pas la décadence. Cette dernière notion implique dans une visée spenglerienne un affaiblissement des cultures, analogue au vieillissement auquel sont voués les corps, mais non une dénaturation. La dégénérescence, l'Entartung, terme emprunté à la biologie, suppose qu'un objet a perdu certains de ses traits distinctifs au point qu'il cesse d'appartenir à son genre, à son espèce d'origine. Ainsi, selon l'idéologie nazie, du Juif qui n'appartient plus à l'espèce humaine. Ainsi de l'œuvre qui, faute de satisfaire à des critères de savoir-faire, de favoriser la cohésion de la communauté allemande et de répondre à une conception dogmatique de la mimêsis, échappe à la sphère de l'art. On connaît le sort que le régime hitlérien réserva aux livres et aux hommes « impurs ». Le sort des œuvres d'art est plus mal connu ; on n'a pu établir avec certitude qu'un bûcher ait été allumé en 1939 pour détruire des œuvres d'art. Mais il est notoire que, sans croire à la valeur intrinsèque de ces œuvres, les nazis surent mettre à profit leur valeur marchande. Pour eux, parler d'art à propos de l'art moderne relevait d'une filiation usurpée, et d'ailleurs le mot Kunst, grossièrement crayonné sur l'affiche de l'exposition, était placé entre guillemets.

Les fondements idéologiques de cette conception sont à chercher dans les théories raciales de Houston Steward Chamberlain, de Joseph Arthur de Gobineau et d'Alfred Rosenberg qui affirmaient la supériorité de la race germanique. Dans des livres aux titres éloquents, Rembrandt als Erzieher (Rembrandt comme éducateur) et Dü [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉGÉNÉRÉ ART  » est également traité dans :

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Reich « millénaire » »  : […] Si l'architecture issue des courants rationalistes arrive tant bien que mal, et au prix de compromis, à se maintenir en Italie pendant la période du fascisme, il n'en sera pas de même en Allemagne sous le III e  Reich. Dès son origine, le mouvement nazi avait mené le combat contre tout ce qui, selon lui, ne s'inscrivait pas dans le concept global de « valeurs allemandes ». Le « Kampfbund für deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-etat-au-xxe-siecle/#i_6761

AUGUST SANDER. PERSÉCUTÉS / PERSÉCUTEURS, DES HOMMES DU XXe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 029 mots

Dans le chapitre « Le portrait d’une époque »  : […] Quand Adolf Hitler accède au pouvoir, le 30 janvier 1933, August Sander réside depuis vingt-trois ans dans le quartier de Lindenthal à Cologne, non loin de sa petite ville natale de Herdorf. Son travail de portraitiste, ses photographies de paysages de la région environnante confortent une notoriété établie dès le début de sa carrière dans la ville autrichienne de Linz. Le tirage réalisé en 1990 p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-sander-persecutes-persecuteurs-des-hommes-du-xxe-siecle-exposition/#i_6761

BAUMEISTER WILLI (1889-1955)

  • Écrit par 
  • Liliane MEFFRE
  • , Universalis
  •  • 1 183 mots

Dans le chapitre « Au cœur de l'abstraction internationale »  : […] W. Baumeister s'oriente ensuite vers des compositions plus rigoureuses qui dénotent notamment les influences de Le Corbusier et de Léger, deux artistes qu'il a eu l'occasion de rencontrer en 1922. Il partage avec Léger une passion commune pour la civilisation industrielle, l'épure, la beauté froide des mécanismes et le sport. Beaucoup de ressemblances et d'affinités existent entre les Mechano (19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willi-baumeister/#i_6761

BECKMANN MAX (1884-1950)

  • Écrit par 
  • Aurelia ELIS
  •  • 1 406 mots

Dans le chapitre « Le tournant mythologique et l'exil »  : […] Le Départ (1932-1935, Museum of Modern Art, New York), premier d'une série de triptyques, marque l'apparition des motifs mythologiques dans son œuvre. Dans un contexte général de regain d'intérêt pour la pensée mythique, Beckmann puise dans la mythologie les éléments d'une représentation à la fois symbolique et actuelle de la torture et de l'exil. Artiste cultivé, lecteur de Shopenhauer et de Jea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-beckmann/#i_6761

BRÜCKE DIE

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 3 335 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Accueil »  : […] Un silence presque total accueillit les deux premières expositions, la troisième provoqua les railleries et les injures des peintres académiques et des impressionnistes de Berlin. La conférence prononcée par Corinth (1914) témoigne encore de leur hostilité. Odi profanum vulgus , livre illustré à l'adresse de la bourgeoisie et des peintres retardataires, exprima la déception du groupe qui recruta n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/die-brucke/#i_6761

BUCHHEISTER CARL (1890-1964)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 048 mots

Carl Buchheister est né le 17 octobre 1890 à Hanovre, où ses parents avaient une boutique d'artisans. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1910, il trouve un travail temporaire dans une maison de commerce de Brême. Voulant alors apprendre à dessiner, il suit dans cette ville des cours municipaux qui sont proposés, le soir, à l'École d'arts appliqués. En 1911-1912, après un nouveau travail tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-buchheister/#i_6761

CAMPENDONK HEINRICH (1889-1957)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 960 mots

De famille bourgeoise, Heinrich Campendonk se lance d'abord dans des études d'ingénieur à l'École du textile de Krefeld, ville où il est né en 1889. Il y apprend l'art du tissage. Mais, peu intéressé par une carrière dans l'industrie, il s'inscrit ensuite, dans cette même ville, à l'École d'arts appliqués, qu'il fréquente de 1905 à 1909. Celle-ci, fondée en 1904, avait pour directeur Friedrich D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-campendonk/#i_6761

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Images du pouvoir, pouvoir des images »  : […] Progressivement abolie dans ses formes historiques dans la plupart des États libéraux modernes, la censure n'a pour autant pas disparu. Elle réapparaît avec force lors de crises politiques graves : de 1914 à 1919, de 1939 à 1945, puis lors des guerres de décolonisation. Les belligérants décrètent l'état d'urgence et instaurent sur toute forme d'expression jugée antipatriotique un contrôle sévère, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/censure-art/#i_6761

DIX OTTO (1891-1969)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 784 mots

Dans le chapitre « Un réalisme critique »  : […] Mais la provocation n'a qu'un temps. Otto Dix amorce une autre étape. Il évolue vers une représentation de la vie dans sa « vérité », vers « l'ordre froid » d'une Nouvelle Objectivité, plus spécifiquement vers le réalisme incisif du « vérisme ». Ces noms, dans la presse, désignent les courants qui succèdent aux « désordres » de l'expressionnisme et du mouvement dada. À travers une forme soignée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-dix/#i_6761

EMIL NOLDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 035 mots

La rétrospective Emil Nolde (1867-1956), présentée successivement au Grand Palais, à Paris, du 25 septembre 2008 au 19 janvier 2009, et au musée Fabre de Montpellier, du 7 février au 24 mai 2009 aura été une véritable révélation. Jusque-là, le public français n'avait pu avoir une connaissance approfondie de l'œuvre de cet artiste allemand qui se voulait un « peintre du Nord », enraciné dans sa ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-nolde/#i_6761

KIRCHNER ERNST LUDWIG (1880-1938)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 166 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La période suisse »  : […] Au début de son installation en Suisse, il peint de nombreux autoportraits , forme d'interrogation sur lui-même qui est un exutoire à son angoisse. Ensuite, bien que tenté par l'abstraction et une création purement imaginative, il revient aux tableaux de paysages. Mais il tire ses sujets du nouvel univers qui l'environne : les Alpes et leurs habitants. La montagne, avec ses forêts, sa neige, ses b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-ludwig-kirchner/#i_6761

KOKOSCHKA OSKAR (1886-1980)

  • Écrit par 
  • Marina VANCI-PERAHIM
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Le réel et son double »  : […] Grièvement blessé pendant la guerre de 1914-1918, le peintre se débat entre la vie et la mort. Mais le traumatisme que lui cause cette époque de carnage est avant tout psychique et moral. C'est pour oublier la « réalité écœurante » et parce qu'il se sent « personnellement responsable des délits d'une société dont [il] fait partie », que Kokoschka se décide, en 1919, à se retirer dans les montagnes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-kokoschka/#i_6761

MUCHE GEORG (1895-1957)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 047 mots

Georg Muche est né le 8 mai 1895 à Querfurt, en Saxe, d'un père fonctionnaire, administrateur des territoires domaniaux et, par ailleurs, peintre amateur sous le pseudonyme de Ramholz (nom du village où la famille se fixe en 1901). Après ses études secondaires à Fulda, il s'oriente à son tour vers la peinture. En septembre 1913, il s'inscrit dans une école privée, à Munich, en vue d'intégrer l'Éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-muche/#i_6761

NOLDE EMIL (1867-1956)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 624 mots

Dans le chapitre « Du graphisme à la recherche chromatique »  : […] Lié profondément à son terroir, Nolde n'en voyage pas moins hors de l'Allemagne. Il visite l'Italie en 1905, la Belgique en 1911, et pendant cette dernière pérégrination il s'arrange pour rencontrer le peintre James Ensor à Ostende. Il se passionne pour les artistes français, italiens, hollandais et voue une admiration fervente au Titien, à Rembrandt, à Goya, au Norvégien Munch. Il est l'un des pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nolde-emil-1867-1956/#i_6761

ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)

  • Écrit par 
  • Klaus GOLDMANN
  •  • 2 655 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pillage des nazis »  : […] En Allemagne, les nazis ont dès 1933 transgressé ces règles en mettant en œuvre, par exemple, l'opération de proscription des œuvres d'art condamnées au nom de leur idéologie ; un certain nombre d'entre elles furent réunies à Munich en 1937 à l'exposition Entartete Kunst (« art dégénéré »). Ils ont alors retiré des collections publiques des œuvres d'art moderne et les ont vendues. Ils ont de plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-d-art-et-prises-de-guerre/#i_6761

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « Le retour à l'histoire »  : […] Il est désormais admis qu'il n'y a pas eu, dans les années d'immédiat après-guerre, de règlement total et définitif de la question des œuvres spoliées. C'est donc à l'examen des faits mis à l'épreuve du droit qu'il convient de se référer. Mais, pour que le droit soit dit, il doit s'appuyer sur une relation des faits qui rende compte non seulement des exactions et des persécutions commises par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/#i_6761

SCHMIDT-ROTTLUFF KARL (1884-1976)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 416 mots

Le peintre allemand Schmidt-Rottluff est l'un des représentants de l'expressionnisme allemand au début du siècle. Karl Schmidt (qui adjoignit plus tard à son nom celui de Rottluff, faubourg de Chemnitz où il avait vu le jour) vint à Dresde en 1905 pour étudier l'architecture. Il y retrouve Heckel et se lie avec Ludwig Kirchner et Fritz Bleyl. Les quatre jeunes gens forment la même année la communa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-schmidt-rottluff/#i_6761

Pour citer l’article

Jean-François POIRIER, « DÉGÉNÉRÉ ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-degenere/