COMMUNION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce qu'on entend par communion révèle une double dimension d'accomplissement spirituel de l'être humain : a) une dimension transindividuelle de communauté, impliquant les notions de partage, d'échange, de réunion, de témoignage, de service, de don, de convivialité ; b) une dimension surindividuelle d'union personnelle, impliquant les notions de présence, de participation, de fusion avec le divin, d'adoration, d'accomplissement, d'unicité.

Loin de se contredire, ces deux dimensions de l'acte de communion se renforcent et se complètent l'une l'autre, dans une expérience de l'être comme présence ineffable, où se rejoignent l'intime et le commun, l'unique et le pluriel, le même et l'autre. Les expériences spirituelles que désigne la notion de communion se trouvent au-delà de toute réduction possible en termes d'individuel et de collectif, comme en termes de sacré et de profane.

Traditionnellement, le processus d'approfondissement mystique du rapport de l'humain au divin se présente selon trois phases : purificatrice, illuminative, unitive. C'est à cette dernière phase que correspond la mystique propre de la communion. Pour la pensée traditionnelle, l'image de l'homme se compose de trois niveaux ontologiques, correspondant aux trois termes : esprit, âme, corps. La première phase correspond à un lent processus de séparation des opposés (esprit-corps). Elle s'achève par un retournement des valeurs d'existence : l'existence spirituelle est comprise comme précédant ontologiquement l'existence corporelle. Ce basculement correspond à une conversion de l'esprit. La phase contemplative réalise un processus de coïncidence des opposés. Cette coïncidence semble s'actualiser par une illumination, ou vision illuminante, qui emporte l'adhésion et la conversion de l'âme à la réalité transcendante de l'imagination c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMMUNION  » est également traité dans :

BANQUET RITUEL

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 390 mots

Banquet appartenant à la catégorie des repas totémiques, des sacrifices mangés et des cérémonies de communion. Selon Freud, le banquet rituel serait la reproduction et la fête commémorative d'un événement historique, à savoir le « parricide primitif » (meurtre du père de la horde par ses fils jaloux). Au cours de ce repas, les fils se réconcilient rétrospectivement avec le père offensé. En consomm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banquet-rituel/#i_97113

CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvi e siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il restât attaché au respect de l'ordre, ne prenant parti ni pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlstadt-andreas-rudolf-bodenstein-dit-andreas/#i_97113

EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JOSSUA
  •  • 7 101 mots

Dans le chapitre « La communion fraternelle »  : […] La communion fait essentiellement partie de la messe. Jusqu'au iv e  siècle, on ne communie en dehors de la célébration qu'en cas d'impossibilité de s'y rendre, il n'y a pas de messe sans communion des fidèles et tout le monde communie. Petit à petit, des dissociations se sont introduites dans la pratique religieuse, et la théologie les a rational […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eucharistie/#i_97113

SACRIFICE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 520 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les théories sur l'origine et l'évolution du sacrifice »  : […] E. B.  Tylor voit dans le sacrifice un don intéressé aux esprits : do ut des. Lorsque la croyance aux dieux succéda à celle des esprits, le don intéressé fit place à l'hommage sans espoir de retour. Plus tard enfin, au lieu de choses matérielles, on fit offrande à Dieu de ses sentiments : le sacrifice devint renoncement. Certes, dans le sacrifice, on donne et en même temps o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrifice/#i_97113

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « COMMUNION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/communion/