Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMMERCE INTERNATIONAL Avantages comparatifs

Le processus de mondialisation amorcé dans les années 1970 est apparu comme un bouleversement majeur. Pourtant, le monde a connu, au xixe siècle, une période assez comparable d'ouverture des économies et de croissance rapide des échanges mondiaux. Les développements théoriques de cette époque ont d'ailleurs profondément marqué le raisonnement en économie internationale, et influencent encore aujourd'hui les débats et les politiques publics.

Le principe des avantages comparatifs figure au cœur de ces développements. L'avantage comparatif est la capacité, pour un producteur, à fournir un bien à un prix plus faible, relativement à d'autres biens, comparé à d'autres producteurs. Par exemple, un artisan peut disposer à la fois d'excellentes capacités dans la production de pain et dans celle de vaisselle, mais il disposera d'un avantage comparatif dans ce dernier bien si, comparé aux autres artisans, il est encore meilleur potier que boulanger. En vertu du principe des avantages comparatifs, il aura intérêt à consacrer son temps et ses efforts à la production de vaisselle et à laisser à d'autres le soin de produire du pain. En appliquant ce principe au cadre des pays, David Ricardo (1772-1823) construit en 1817 un argument majeur en faveur du libre-échange, et, au-delà, l'un des théorèmes les plus implacables et contre-intuitifs de l'économie moderne.

Se souvenant avoir été mis au défi par un ami mathématicien, sceptique quant au caractère scientifique de l'économie, de nommer une proposition en sciences sociales « à la fois vraie et non triviale », Paul Samuelson ne trouva pas de meilleure réponse, quelque trente années plus tard, en 1967, que le principe selon lequel les pays gagnent mutuellement à s'ouvrir au commerce international dès lors qu'il existe des avantages comparatifs. « Que cette théorie soit irréfutable, cela n'a pas besoin d'être démontré à un mathématicien. Qu'elle ne soit pas évidente est attesté par les milliers d'hommes éminents qui n'ont jamais été capables de la comprendre eux-mêmes ou de l'accepter après qu'on l'a leur eu expliquée ».

Le principe

En s'appuyant sur l'analyse de David Hume (1711-1776), qui décrit en 1752 (Political Discourses) un mécanisme d'ajustement automatique des balances des échanges internationaux, Adam Smith (1723-1790) investit le champ de l'économie internationale et développe dans La Richesse des nations (1776) une critique sévère des thèses protectionnistes soutenues par les mercantilistes. Il défend l'idée que les théories de la division du travail et de l'échange peuvent être étendues aux relations internationales. De ses développements sur le commerce international, on retient le plus souvent le principe des avantages absolus. En vertu de ce principe, les pays doivent se spécialiser dans les secteurs d'activité où leur efficacité est la plus grande. En conséquence, chaque pays doit exporter le surplus de production qui découle de cette spécialisation et importer les biens dont la production est laissée aux pays voisins.

Les avantages absolus offrent cependant une justification très incomplète des motivations de l'échange international : ils ne permettent pas de comprendre pourquoi un pays qui serait plus efficace dans la production de tous les biens aurait tout de même intérêt à entretenir des relations commerciales avec les pays voisins. Sur ce point, la réflexion en termes d'avantages comparatifs marque une véritable rupture en démontrant que l'échange international est toujours souhaitable.

Contribution de Torrens

On attribue généralement le principe des avantages comparatifs à David Ricardo. La paternité de cette idée est toutefois contestée et fait l'objet de débats récurrents (Ruffin, 2002). Robert Torrens[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • INTERNATIONALISATION DES ÉCHANGES COMMERCIAUX - (repères chronologiques)

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 551 mots

    1947 Signature des accords du G.A.T.T. (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) dans le but de libéraliser les échanges commerciaux.

    1948 Application du plan Marshall et création de l'O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique).

    1957 Signature des traités...

  • GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) ou ACCORD GÉNÉRAL SUR LES TARIFS DOUANIERS & LE COMMERCE

    • Écrit par Marie-France BAUD-BABIC
    • 261 mots

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il fut décidé de créer, parallèlement au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, une Organisation internationale du commerce (O.I.C.), chargée d'éliminer les barrières douanières, conformément à l'esprit de la Charte...

  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Lesévolutions différentes de la consommation et de la production d'acier dans les différentes zones du monde ont entraîné par voie de conséquence des transformations importantes au niveau des traditionnels flux d'échanges de produits sidérurgiques. En 1985, les échanges mondiaux de produits sidérurgiques...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots

    « L'habitude s'est prise de désigner, sous le nom de révolution agricole, les grands bouleversements de la technique et des usages agraires qui, dans toute l'Europe, à des dates variables selon les pays, marquèrent l'avènement des pratiques de l'exploitation contemporaine » (Marc Bloch)....

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    ... siècle, ces agriculteurs, disposant de beaucoup d'espace, ont rapidement adopté les nouvelles machines issues de l'industrie et ont produit des surplus croissants, à bas prix, qui ont pu être transportés par chemins de fer et par bateaux à vapeur jusqu'en Europe, le seul grand marché solvable...
  • Afficher les 185 références

Voir aussi