COGNITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réaction réfléchie et automatique

Sommes-nous toujours conscients des « raisons » qui nous conduisent à produire telle réponse à une situation ou, à l'inverse, notre système cognitif ne peut-il pas, à certains moments, décider à notre insu de répondre aux sollicitations extérieures sur la base du stock de connaissances acquis et des expériences antérieures ? La question qui concerne ici la nature consciente et inconsciente de notre cognition fut rapidement posée par les pionniers des sciences cognitives plus souvent sous la forme d'une opposition fonctionnelle entre deux types de processus : automatiques et contrôlés, permettant ainsi de mieux différencier la conception cognitive de la conception psychanalytique. Au sein des théories de la cognition, les processus automatiques sont définis comme des mécanismes intervenant très précocement lors du traitement de l'information ; ils sont peu exigeants sur le plan de l'énergie cognitive et s'établissent sans intention ni conscience de la part de l'individu qui ne peut pas les réprimer. À l'inverse, les processus contrôlés interviennent dans des délais plus longs, ils sont dispendieux en énergie cognitive et leur contenu accède généralement à la conscience du sujet. Cette dichotomie, bien que rudimentaire, dessine à grands traits le fonctionnement de la pensée. Les phénomènes de perception subliminale ou de mémoire implicite rendent bien compte du caractère non intentionnel, inconscient ou automatique de notre cognition. En effet, très tôt, des études ont mis en évidence que nous étions capables de percevoir ou d'utiliser notre mémoire sans avoir conscience de réaliser un acte mental de cette nature. Notre cognition, et notamment notre mémoire, est capable, à notre insu, d'utiliser des informations préalablement engrangées dans notre stock de connaissances et qui vont ultérieurement biaiser notre traitement de l'information sans que nous en prenions conscience. C'est ce qui a été démontré expérim [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  COGNITION  » est également traité dans :

COGNITION INCARNÉE

  • Écrit par 
  • Rémy VERSACE
  •  • 1 274 mots

Pendant longtemps, les sciences de la cognition ont tenté de décrire les mécanismes à la base des comportements en privilégiant une approche modulariste décrivant le cerveau comme un ensemble de systèmes hautement spécialisés (des modules), impliquant différents niveaux de représentations internes, et intervenant avant tout selon un mode séquentiel. Au-del […] Lire la suite

COGNITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Emmanuel BIGAND
  •  • 1 292 mots

Tout comme la couleur, la musique n’existe pas dans la nature. Elle résulte d’une construction de l’esprit. Cette construction repose sur des opérations psychologiques perceptives, intellectuelles, affectives et motrices. Le terme « cognition musicale » désigne l’ensemble de ces opérations. Leur étude scientifique s’inscrit dans le champ des […] Lire la suite

COGNITION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Vincent YZERBYT
  •  • 1 024 mots

Si la psychologie sociale étudie la manière dont les pensées, les émotions et les comportements sont influencés par autrui et l’affectent, la cognition occupe une place tout à fait privilégiée dans la discipline. Mobilisant de façon intensive les modèles de l’attention, de la […] Lire la suite

GENRE ET COGNITION

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 1 133 mots
  •  • 1 média

Les différences entre le genre masculin et le genre féminin sont appréhendées par de nombreuses disciplines : anthropologie, sociologie, histoire, biologie, etc., et toutes les approches psychologiques ont quelque chose à dire sur ce sujet. L'une d'elles consiste à procéder à des comparaisons au moyen de procédures standardisées, en veillant à ce que les échan […] Lire la suite

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite

ANDERSON JOHN ROBERT (1947- )

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT
  •  • 372 mots

John Robert Anderson est né à Vancouver (Canada) en 1947. Après des études à l’université de la Colombie-Britannique, il obtient son Ph.D. en 1972 à l’université Stanford, sous la direction de G. Bower. D’abord professeur de psychologie à Yale de 1973 à 1977, il rejoint en 1978 l’université Carnegie-Mellon à Pittsburgh. John Anderson cherche à élaborer une théorie unifiée de la cognition expliqua […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « L’ethnographie cognitive »  : […] L’ethnographie cognitive se veut une méthode d’investigation de la cognition en situation . Elle repose sur l’idée princeps selon laquelle la cognition est indissociable de l’environnement social et matériel avec lequel elle interagit en permanence. Trois courants théoriques au sein de ce nouveau paradigme peuvent être distingués : la cognition « située », qui insiste sur la dimension sociale des […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA PRODUCTION ÉCRITE DE TEXTES

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT, 
  • Lucile CHANQUOY
  •  • 1 910 mots

Sur le plan cognitif, l’activité de production de textes implique quatre processus qui transforment les connaissances d’un domaine en une trace écrite : – la planification permet la définition des buts, la génération des idées et l’organisation conceptuelle des contenus ; – la formulation assure la traduction linguistique des contenus ; – la révision évalue et modifie éventuellement le texte prod […] Lire la suite

ATTENTION

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] Dès l’Antiquité, les philosophes ont noté que l’esprit permet de voir les choses plus clairement ou au contraire de ne plus les remarquer. De même, Descartes note qu’une idée apparaît plus claire et distincte quand l’attention se dirige vers elle. Au xix e  siècle, David Ferrier, un neurophysiologiste anglais, note le rôle des régions préfrontales du cerveau dans l’attention, dont le développemen […] Lire la suite

BARSALOU LAWRENCE W. (1951- )

  • Écrit par 
  • Guillaume VALLET, 
  • Rémy VERSACE
  •  • 376 mots

Lawrence W. Barsalou, psychologue cognitiviste né en 1951 à San Diego (Californie), a occupé le poste de professeur dans différentes institutions et s’est établi à l’université Emory en 1997. Il jouit d’une renommée internationale en raison de ses travaux sur la nature des connaissances conceptuelles chez l’être humain et leurs implications importantes dans les domaines de la perception, de la mé […] Lire la suite

BATES ELIZABETH (1947-2003)

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 444 mots

Elizabeth Bates, nommée professeur de psychologie en 1983 à l’université de Californie à San Diego, est cofondatrice, en 1988, du premier département de sciences cognitives aux États-Unis. Elle y crée et dirige le prestigieux Center for Research in Language. En trente années, Liz Bates a produit une œuvre de pionnière dont la cohérence et l’envergure expliquent le rayonnement : acquisition du lan […] Lire la suite

CARAMAZZA ALFONSO (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 373 mots

Alfonso Caramazza obtient, en 1974, un doctorat en psychologie à l’université Johns-Hopkins (Baltimore, Maryland). Enseignant-chercheur dans cette université jusqu’en 1993, il occupe divers postes universitaires aux États-Unis ainsi qu’à l’étranger (Montréal, Rome, College Park, Dartmouth, Genève, Trieste) jusqu’à sa nomination, en 1995, au département de psychologie de l’université Harvard, où il […] Lire la suite

CERVEAU ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Patrik VUILLEUMIER
  •  • 1 618 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aires cérébrales spécialisées pour les émotions ? »  : […] Historiquement, un premier modèle neuro-anatomique proposé par James Papez (1883-1958) postulait que toutes les émotions dépendent de régions cérébrales « primitives », impliquant les fonctions végétatives et endocriniennes de l’hypothalamus et du tronc cérébral , sous le contrôle du cortex cingulaire à la surface médiale des hémisphères (appelé lobe limbique) et de ses connexions. Le modèle « tr […] Lire la suite

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes participants, Piaget avait […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT COGNITIF ET CÉRÉBRAL EN CAS DE CÉCITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier COLLIGNON, 
  • Virginie CROLLEN
  •  • 1 998 mots
  •  • 1 média

Une question fondamentale des neurosciences cognitives est de savoir comment la génétique et l’expérience contribuent au développement des fonctions cognitives et cérébrales. Cependant, il n’est pas facile de distinguer les rôles respectifs des contraintes biologiques et de l’expérience dans ce développement, car la plupart des humains partagent la grande majorité de leurs gènes et de nombreux as […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DE LA CATÉGORISATION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Agnès BLAYE
  •  • 1 129 mots

La catégorisation a une fonction adaptative essentielle : elle permet de faire des inférences sur les propriétés d’objets rencontrés pour la première fois. Catégoriser consiste à regrouper mentalement des objets considérés comme équivalents d’un certain point de vue. Ainsi, dès lors qu’un objet nouveau est identifié comme relevant d’une catégorie familière, les propriétés partagées par les membres […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU SOI

  • Écrit par 
  • Delphine MARTINOT
  •  • 1 040 mots

Le soi n’est pas présent à la naissance, mais se développe tout au long de la vie de l’individu, et plus particulièrement chez le jeune dans le cadre d’une interaction entre l’évolution des capacités cognitives personnelles et l’influence des agents de socialisation (parents, institution scolaire…). Six grandes étapes de développement du soi ont été identifiées (Harter, 1999). Durant la toute pet […] Lire la suite

DYSPRAXIE ou TROUBLES DE L'ACQUISITION DE LA COORDINATION

  • Écrit par 
  • Caroline HURON
  •  • 1 110 mots

Le terme « dyspraxie » a été abandonné par l’ensemble des experts internationaux à la fin d’une conférence de consensus, tenue à London (Canada) en 1994, au profit de l’appellation « trouble de l’acquisition de la coordination » (T.A.C.). Le T.A.C. se définit comme une diminution des performances dans les activités de tous les jours qui requièrent une coordination motrice, à un niveau inférieur à […] Lire la suite

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 812 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu’est-ce que la psychothérapie EMDR ? »  : […] Lorsque le plan de traitement a été clairement défini et que le patient est prêt à entamer le travail de désensibilisation et de retraitement, le praticien applique alors la procédure EMDR standard en onze points à chacune des cibles identifiées. Cette procédure s’intègre dans un processus psychothérapeutique global qui a conduit à déterminer que l’EMDR pourra être utile dans le traitement de tel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chrystel BESCHE-RICHARD, Raymond CAMPAN, « COGNITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cognition/