CLAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans son acception minimale, qui est aussi celle du langage courant, le terme « clan » désigne un groupement fondé sur la parenté : ses membres se reconnaissent descendants d'un même ancêtre. Cette signification fondamentale du clan en fait l'institution qui, par excellence, incarne et illustre un des principes de base de l'organisation de la vie en société : la consanguinité. Le lien de sang, opposé au lien de territoire, paraît si important aux sociologues évolutionnistes du xixe siècle que certains d'entre eux – sir Henry Maine dans son Ancient Law (1861) et Lewis H. Morgan dans son Ancient Society (1877) – en font un des traits distinctifs essentiels des organisations sociales dites, à cette époque, « primitives » ou « barbares ». Si ces ambitieuses généralisations ne sont plus acceptées par les anthropologues sociaux d'aujourd'hui, ces derniers s'accordent à souligner le rôle capital de la parenté dans les sociétés non industrielles et, particulièrement, non lettrées.

En tant que concept descriptif et analytique des disciplines anthropologiques, clan est entendu en des acceptions plus particulières. On le distingue de termes se référant à d'autres groupements fondés eux aussi sur la consanguinité ou l'alliance : lignage, sib, phratrie, moitié, gens, famille étendue, tribu, etc. Malheureusement, ces acceptions plus riches et plus précises de clan, et des concepts qui lui sont apparentés, varient d'une décennie à la suivante, d'une école à une autre, et même quelquefois d'un chercheur à un très proche collègue.

Descendance unilinéaire

Dans les langues gaéliques, la consonne latine p se transforme en k ; c'est ainsi que le mot latin planta donna naissance à clann, d'où procède notre clan. Cette étymologie indique très clairement en quel sens les premiers utilisateurs du mot clan le comprenaient : les rejetons, les bourgeons ; ainsi se désignaient les membres des clans écossais et irlandais.

La descendance qu'ils visaient ainsi n'était pas la descend [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLAN  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parenté et pouvoir »  : […] L'anthropologie moderne, loin de concevoir parenté et politique comme des termes exclusifs l'un de l'autre ou opposés l'un à l'autre, a révélé les liens complexes existant entre les deux systèmes, et fondé l'étude théorique de leurs rapports à l'occasion de recherches conduites « sur le terrain ». On a constaté, à diverses reprises, que les relations politiques s'expriment aussi dans le langage d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-politique/#i_15560

BATAK, ethnie

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 334 mots

Estimés à 6 230 000 personnes (1991), les Batak, qui vivent dans l'île de Sumatra, se divisent en plusieurs groupes : les Angkola, les Nandheling (ou Mandailing, qui sont des clans malaïcisés), les Karo, les Toba, les Timor (ou Simalungun), les Dairi et les Alas-Kluet. Les villages semblent avoir été, de tout temps, formés comme un assemblage de minuscules républiques jalousement indépendantes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/batak-ethnie/#i_15560

BÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 973 mots

Établis en Côte-d'Ivoire et appartenant au groupe des Krou, les Bété représentent, dans les années 1990, 18 p. 100 de la population ivoirienne, soit 2 millions de personnes environ. Le pays bété, qui s'étend sur la forêt et sur la savane, entre Gagnoa et Daloa, a pour capitale cette dernière ville, distante de 400 kilomètres d'Abidjan. Autrefois situés à proximité des cours d'eau, les villages se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bete/#i_15560

BORORO, Amérique

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 361 mots

Indiens d'Amérique du Sud, les Bororo, qui seraient moins de 1 000, habitent le Mato Grosso et le Goiás occidental au Brésil et se rencontrent également en petit nombre au-delà de la frontière bolivienne. Les Bororo ont été avant tout chasseurs, collecteurs et pêcheurs ; mais, dans la région du rio Vermelho, on voit leurs femmes cultiver le manioc, le maïs et le riz introduit récemment. La raréfac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bororo-amerique/#i_15560

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Rôle de l'habitat et du clan »  : […] Le modèle régissant l'habitat joue un grand rôle dans le fonctionnement du principe unilinéaire. Chez les Tallensi, les maisonnées de frères et de fils de frères sont habituellement voisines, puis les maisonnées d'une même zone forment un lignage plus vaste et ainsi de suite, reflétant la structure du lignage. Chez les Nuer, cette localisation existe, mais elle est fictive car souvent les homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_15560

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rapports de filiation »  : […] De ces rapports de parenté, si déterminants dans la composition ou la définition des groupes sociaux primaires, il faut différencier les relations établies selon la filiation  ; celles qui impliquent la référence à un ancêtre paternel ou maternel plus ou moins éloigné dans l'échelle des générations. Cette différenciation conserve encore toute sa pertinence : le principe de filiation opère soit e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_15560

GUÈGUES

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 687 mots

Habitant de la Guégarie, c'est-à-dire le nord de l'Albanie actuelle, les Guègues se distinguent des autres ethnies albanaises par des particularités dans le domaine de la langue, de l'organisation et du costume. Ils appartiennent au vieux substrat balkanique qui n'adopta pas la slavophonie. La Guégarie n'a pratiquement jamais admis l'autorité d'aucun État. Alors que sa côte et ses petites plaines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guegues/#i_15560

GURUNG

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 631 mots

Population himalayenne du Népal. Le territoire gurung s'étend sur les hautes vallées du versant méridional de la chaîne de l'Annapurna dans la zone centrale des hautes collines du Népal. Les villages apparaissent entre 1 500 et 2 500 mètres et leurs « alpages » montent jusqu'à 3 500 et même 4 000 mètres. Les voies de communication sont quasi inexistantes ; les véhicules à roue sont inconnus et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gurung/#i_15560

HERERO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 470 mots
  •  • 2 médias

Peuple de langue bantoue, originaire d'Afrique centrale et vivant dans le centre et le nord-ouest de la Namibie, l'ethnie herero compte, au début du xxi e siècle, 130 000 personnes environ. Malgré la pénétration missionnaire, les Herero restent largement fidèles à leur religion traditionnelle. Ayant d'abord subsisté essentiellement grâce aux élevages bovin, caprin et ovin, ils s'adonnent aussi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herero/#i_15560

LOBI

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 847 mots

Les Lobi peuplent une région qui s'étend entre le 9 e et le 11 e degré de latitude nord et entre le 5 e et le 6 e degré de longitude ouest, de part et d'autre de la frontière séparant le Burkina Faso de la Côte-d'Ivoire, sur la rive droite de la Volta Noire. Ils forment une population de 1 million de personnes environ, en majeure partie (650 000) sur le territoire ivoirien . Un mouvement migra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lobi/#i_15560

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 096 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les clans, héritiers d'un même ancêtre »  : […] La cellule originelle de la société politique malgache est le foko (communauté clanique). Souvent représenté comme une petite démocratie où les problèmes sont débattus dans l'assemblée comprenant tous les hommes du clan jusqu'à obtention du consensus, le foko est en fait une structure hiérarchisée. Un conseil des anciens (chefs de famille) commande au village. Le foko est, à cette époque, d'abo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar/#i_15560

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ethnologie du masque en Amérique »  : […] Si le masque-instrument de transfiguration n'a apparemment connu qu'une modeste implication rituelle ou festive dans l'univers précolombien, il est, en revanche, largement répandu actuellement dans les communautés indigènes d'Amérique. De l'Alaska à la Terre de Feu, la quasi-totalité des groupes ethniques utilisent des masques lors de fêtes coutumières et traditionnelles. La plus grande variété p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-amerique/#i_15560

MASQUES - Le masque en Océanie

  • Écrit par 
  • Christian COIFFIER
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Région du Sépik (nord de l'île de Nouvelle-Guinée) »  : […] Les sociétés de la vallée du Sépik sont très variées. Comme partout en Océanie, les masques sont fabriqués par les hommes et sortis à l'occasion de grandes cérémonies qui se déroulent autour des maisons des hommes sur la place cérémonielle des villages. Malgré la christianisation au début du xx e  siècle et l'influence de sectes fondamentalistes implantées dans la vallée au lendemain de la Seconde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-oceanie/#i_15560

NIVKHE

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 840 mots

Les Nivkhe peuplent le cours inférieur de l'Amour et l'île Sakhaline. Ils font partie du groupe des peuples paléoasiatiques, et les fouilles nous donnent la certitude qu'ils sont des descendants directs de la population néolithique de ce territoire. Leur nom, nivkh , signifie « hommes ». Avant la révolution de 1917, ils étaient connus sous le nom de Guiliak. Ce terme vient visiblement des noms Gui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nivkhe/#i_15560

OMAHA, ethnie

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 540 mots

Indiens d'Amérique du Nord qui appartiennent à la branche dhegiha du groupe linguistique sioux. Partis de la côte atlantique, les Omaha émigrèrent vers l'Ouest en compagnie d'autres ethnies de ce sous-groupe dhegiha (les Osage, les Ponca, les Kansa et les Quapaw). Ils s'établirent d'abord en Virginie et dans les Carolines, puis partirent vers le plateau d'Ozark et les prairies de l'actuel Missouri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/omaha-ethnie/#i_15560

PALAOS ou PALAU

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 1 600 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un peuplement ancien et une histoire coloniale mouvementée »  : […] Palaos, de par sa position occidentale, la plus proche de l'Asie de tous les archipels océaniens, a été peuplée très tôt par les Micronésiens, venus probablement des Philippines à une date controversée, entre 2500 et 1000 av. J.-C. Sont venus s'agréger des éléments mélanésiens, polynésiens, malais, qui donnent une population très composite malgré son nombre restreint. Si la majorité de la populati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palaos-ou-palau/#i_15560

RWANDA

  • Écrit par 
  • François BART, 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN, 
  • Marcel KABANDA
  •  • 11 934 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les fondements de la royauté : mythes d'origines, cultes et clans »  : […] Le Rwanda est le produit d'une construction historique progressive et mouvementée, mais aussi d'une identification culturelle autour d'un imaginaire partagé qui s'est cristallisé dans des récits mythiques fondateurs, des liens claniques et des rituels associant la santé et le pouvoir. Une tradition orale officielle avait été entretenue autour de la dynastie royale des Nyiginya, notamment la « forg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rwanda/#i_15560

SOLIDARITÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe MARCEL
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « La solidarité mécanique »  : […] Les sociétés traditionnelles se caractérisent, selon lui, par une solidarité sociale dite mécanique, qui dérive des ressemblances entre individus. Dans cet univers, les sentiments collectifs sont très forts et clairement définis, suscitant des émotions vives : tout imprégnés d'interdits religieux, les sentiments domestiques, par exemple, sont très réglementés et partagés unanimement par les indiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solidarite-sociale/#i_15560

SOMALIE

  • Écrit par 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Francis SIMONIS
  •  • 10 584 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Guerriers, éleveurs et croyants »  : […] La Somalie compterait environ 10 millions d'habitants en 2007, dont 99 p. 100 parlent le somali, une langue couchitique. Toutefois, 4,4 millions de Somali peuplent la région-État Somali centrée sur l'Ogaden en Éthiopie, et les Somali représentent la moitié des Djiboutiens et la majorité des Kenyans de la province du nord-est. Les Somaliens sédentaires se concentrent dans le nord du pays, ainsi qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somalie/#i_15560

TCHÉTCHÈNES

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 886 mots

Les Tchétchènes forment, après les Russes, le groupe ethnique le plus important du Caucase du Nord. Au nombre de 957 000 lors du recensement de 1989, ils habitent essentiellement la république de Tchétchénie (dont ils constituent 58 p. 100 de la population) et celle du Daghestan (où ils étaient 61 000 en 1992). La guerre a empêché tout recensement depuis lors. Les « Nakhtcho » (Tchétchènes, d'où l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchetchenes/#i_15560

TOTEM ET TOTÉMISME

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 4 474 mots

Le mot « totem » provient de la langue ojibwa, une des langues algonquines de l'Amérique du Nord, où il précise une relation de parenté entre germains et désigne, plus généralement, le clan ou groupe exogame. Pour les Ojibwa, en effet, il existe une relation métaphorique entre chacun des clans patrilinéaires et patrilocaux et un animal totémique . Mais, en plus de cette relation entre un groupe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totem-et-totemisme/#i_15560

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le point de départ : les travaux de Morgan »  : […] Pour comprendre les thèses de Morgan concernant les formes d'organisation sociales « tribales », il faut rappeler brièvement ce que fut sa grande découverte (cf. morgan  ; voir son ouvrage Systems of Consanguinity and Affinity of the Human Family , 1871). Morgan démontra d'abord que les rapports sociaux qui dominaient l'organisation de la plupart des sociétés primitives étaient des rapports de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_15560

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « CLAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clan/