BATAK, ethnie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Estimés à 6 230 000 personnes (1991), les Batak, qui vivent dans l'île de Sumatra, se divisent en plusieurs groupes : les Angkola, les Nandheling (ou Mandailing, qui sont des clans malaïcisés), les Karo, les Toba, les Timor (ou Simalungun), les Dairi et les Alas-Kluet.

Les villages semblent avoir été, de tout temps, formés comme un assemblage de minuscules républiques jalousement indépendantes les unes des autres. Les clans-souches (merga), considérés comme unités généalogiques, se disent procéder chacun d'un ancêtre commun masculin. Leurs membres dispersés vivent mélangés à ceux des autres clans. Avant la colonisation néerlandaise (1908), l'exercice de deux autorités villageoises parallèles (le pouvoir territorial du clan primitivement établi sur le territoire et l'autorité morale du chef généalogique des autres clans) était cause de luttes intestines continuelles, généralement peu sanglantes. De ce fait, les villages, sans défense naturelle, s'entouraient d'un rempart de terre d'une largeur de cinq à dix mètres planté d'une haie impénétrable de bambous épineux ; des portes massives sculptées en fermaient l'accès. La maison batak, entièrement édifiée en bois, est établie sur pilotis et couverte d'un toit à forte pente. Les Batak cultivent du riz et des pommes de terre, cette dernière récolte étant destinée à l'exportation ; ils élèvent des buffles et des chevaux. En matière d'artisanat, le tissage et la teinture sont encore en honneur, mais le travail des armes, des bijoux, ainsi que la sculpture sur bois tendent à disparaître.

Les Batak possèdent une langue propre écrite, qui appartient à la famille austro-asiatique (malayo-polynésienne). Les religions chrétienne et musulmane (introduites depuis 1860) sont pratiquées chacune par un tiers des Batak. Le dernier tiers reste attaché aux croyances traditionnelles.

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  BATAK, ethnie  » est également traité dans :

BATAK PAYS

  • Écrit par 
  • Jean PIWNIK
  •  • 377 mots

Situé au sud de la province d'Atjeh dans le nord de Sumatra (Indonésie), le pays batak est la région de peuplement batak dont le foyer essentiel est la dépression du lac Toba. À la fin du Tertiaire et au début du Quaternaire, plusieurs centaines de mètres de laves et de scories se sont accumulées dans cette région, créant l'énorme intumescence du massif Batak, qui atteint 300 kilomètres dans sa pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-batak/#i_11483

GAYO ou GAJO

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 442 mots

Les hauts plateaux du centre-nord de Sumatra sont situés entre le pays atjeh et le pays batak. Sous la colonisation hollandaise, le territoire gayo était divisé en districts administratifs : Tamiang, Takingseun, Serbudjadi, Gajo Loeos, Alas. La population autochtone se chiffrait en 1930 à quelque 50 000 personnes et était située sur les zones basses du pourtour des lacs, ainsi que dans les vallées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gayo-gajo/#i_11483

INDONÉSIE - Les ethnies

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 3 699 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les marginaux »  : […] Plusieurs groupes, culturellement et linguistiquement très différents, ont ceci de commun d'avoir tous vécu jusqu'au xx e  siècle dans un relatif isolement. Occupant généralement les montagnes et les bassins de l'intérieur, ils vivent de cueillette ou de cultures sèches (riz d'altitude, sagou) ; leur élevage est réduit (le buffle est souvent présent) et ils n'adoptent que lentement, lorsque la cho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-les-ethnies/#i_11483

MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 370 mots

Dans le chapitre « Le groupe « nousantarien » »  : […] Quoique très différentes entre elles, les langues parlées dans ce qu'il est convenu d'appeler « le monde malais » (archipel insulindien, péninsule malaise et Philippines) présentent assez d'analogies, au point de vue de la structure et du vocabulaire, pour que les linguistes en aient fait un seul groupe au sein de la grande famille austronésienne ; ce groupe, parfois qualifié d'« indonésien », peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie-et-indonesie-langues-et-litteratures/#i_11483

PUNAN

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 786 mots

Tribus nomades habitant les forêts intérieures de l'île de Bornéo, les Punan, ou Penan, ont pour sous-groupes principaux les Aput, les Bah, les Basat, les Bukat, les Gang, les Lusong, les Magoh, les Milan, les Penyabong, les Piku, les Saputan ; jusqu'en 1947, leur existence même est demeurée incertaine. Il existe de part et d'autre de la rivière de Baram deux grands groupes punan présentant des di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/punan/#i_11483

SUMATRA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 034 mots

Deuxième plus grande île d'Indonésie après Bornéo, avec une superficie de 445 000 kilomètres carrés, Sumatra est la plus occidentale des grandes îles de la Sonde. Elle est baignée au nord-est par le détroit de Malacca, qui la sépare de la péninsule malaise, et au sud par le détroit de la Sonde, qui la dissocie de l'île de Java. L'influence du royaume indianisé de Śrīvijaya s'est étendue de la rég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sumatra/#i_11483

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « BATAK, ethnie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/batak-ethnie/