LIGNAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si le mot lignage implique toujours entre tous ceux qui en font partie un lien de parenté par le sang qui remonte à un ancêtre commun plus ou moins éloigné, son sens varie considérablement, selon qu'il reconnaît indifféremment toutes les lignes généalogiques qui descendent de l'ancêtre commun ou qu'il privilégie au contraire l'une d'entre elles. L'histoire de la coutume européenne et française montre comment, au cours du Moyen Âge, on est passé d'une définition du lignage étendue à toutes les lignes généalogiques à une définition qui le restreint à la seule ligne agnatique, c'est-à-dire celle qui ne tient compte que des consanguins par les mâles.

En anthropologie, on s'accorde aisément sur la définition des lignages s'il s'agit de groupes de filiation unilinéaire, qu'ils soient agnatiques ou utérins, mais les avis divergent à propos des groupes de filiation indifférenciée ; certains n'y voient que des groupes de parents et non des lignages.

Cependant, la plupart des auteurs reconnaissent aujourd'hui combien la distinction entre différents types de filiation qui découpent la société en lignages unilinéaires est souvent schématique et arbitraire. De même qu'un lignage unilinéaire reconnaît toujours des droits et reçoit des services des autres lignées, de même les sociétés qui pratiquent la filiation indifférenciée ont, le plus fréquemment, une inflexion patrilinéaire.

Peut-on, dans ces conditions, considérer que les divers types de lignage permettent de cerner un système lignager capable d'expliquer l'organisation sociale de certaines sociétés et d'en manifester la structure sous-jacente ? La très grande diversité des sociétés à lignages, quant à leur relation au territoire qu'elles occupent et quant aux formes de pouvoir qu'elles tolèrent, tend à prouver que le mode de recrutement des groupes lignagers de filiation n'est qu'une des données de l'interprétation des structures sociales, et qu'il faut recourir à l'alliance pour saisi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  LIGNAGE  » est également traité dans :

ACCULTURATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 8 291 mots

Dans le chapitre « L'acculturation contrôlée et planifiée »  : […] Eaton a introduit le concept d'acculturation contrôlée dans son étude sur la secte religieuse des huttérites aux États-Unis (1952) qui veut maintenir sa culture paysanne archaïque, qui est cependant obligée de tenir compte du nouveau milieu anglo-saxon où elle s'est réfugiée, mais qui ne laisse passer des influences extérieures que ce qui ne porte pas préjudice aux valeurs fondamentales du groupe. […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parenté et pouvoir »  : […] L'anthropologie moderne, loin de concevoir parenté et politique comme des termes exclusifs l'un de l'autre ou opposés l'un à l'autre, a révélé les liens complexes existant entre les deux systèmes, et fondé l'étude théorique de leurs rapports à l'occasion de recherches conduites « sur le terrain ». On a constaté, à diverses reprises, que les relations politiques s'expriment aussi dans le langage d […] Lire la suite

BAGA

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 632 mots

Occupant la plaine côtière de la Guinée, les Baga vivent de la culture du riz sur des terres préparées par un long travail : défrichage par incendie des palétuviers, construction de digues. Situés sur des dunes de sable, les villages sont reliés par des pistes noyées pendant six mois de l'année. Aussi les Baga étaient-ils divisés autrefois en petits groupes ennemis, qu'aucune autorité politique ce […] Lire la suite

BAMBARA

  • Écrit par 
  • Jean BAZIN
  •  • 2 614 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une identité sociale relative »  : […] Aujourd'hui, Bambara est l'une des grandes catégories ethniques grâce auxquelles les habitants de la république du Mali s'identifient mutuellement. Les Bambara sont majoritaires dans la moitié occidentale du territoire, approximativement de Bamako à Djenné. On nomme aussi couramment bambara la forme véhiculaire moderne, utilisée par un nombre croissant de Maliens, de la langue mandingue, c'est-à- […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sociétés acéphales lignagères ou claniques »  : […] En marge de ces formations centralisées, le système lignager segmentaire est l'armature de l'organisation dans les sociétés bantoues, qui ont opté pour la filiation patrilinéaire. Le modèle le plus achevé d'une telle organisation est fourni par les Boa de la forêt zaïroise, où les lignages minimaux s'emboîtent dans des unités plus vastes (lignages mineurs) qui à leur tour composent les subdivisio […] Lire la suite

BÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 973 mots

Établis en Côte-d'Ivoire et appartenant au groupe des Krou, les Bété représentent, dans les années 1990, 18 p. 100 de la population ivoirienne, soit 2 millions de personnes environ. Le pays bété, qui s'étend sur la forêt et sur la savane, entre Gagnoa et Daloa, a pour capitale cette dernière ville, distante de 400 kilomètres d'Abidjan. Autrefois situés à proximité des cours d'eau, les villages se […] Lire la suite

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Dans la société médiévale »  : […] Hors de France, les chevaliers demeurèrent longtemps en position subordonnée à l'égard des couches supérieures de l'aristocratie. Ainsi, dans les territoires soumis au roi de Germanie, la chevalerie formait, encore au début du xiii e  siècle, un « état » nettement distinct de la noblesse. Le souverain et les princes recrutaient volontiers leurs auxiliaires militaires parmi leurs dépendants les pl […] Lire la suite

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « Descendance unilinéaire »  : […] Dans les langues gaéliques, la consonne latine p se transforme en k  ; c'est ainsi que le mot latin planta donna naissance à clann , d'où procède notre clan. Cette étymologie indique très clairement en quel sens les premiers utilisateurs du mot clan le comprenaient : les rejetons, les bourgeons ; ainsi se désignaient les membres des clans écossais et irlandais. La descendance qu'ils visaient ainsi […] Lire la suite

CLASSES D'ÂGE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Denise PAULME
  •  • 2 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Obligations mutuelles et solidarité »  : […] Dans les deux systèmes, l'importance des classes d'âge se révèle être inversement proportionnelle à celle des lignages, laquelle est d'autant plus grande que la solidarité organique de ces derniers est moindre et leur extension plus limitée dans le temps comme dans l'espace. Néanmoins, la classe d'âge établit partout entre camarades de promotion une solidarité inconditionnelle qui les suivra tou […] Lire la suite

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Corps et maladie »  : […] Modifiant fortement le vécu individuel, le « corps à corps » de la mère avec son enfant est l'un des éléments qui rendent compte de la variabilité des maladies mentales selon les aires culturelles. On a pu noter, en Afrique, la rareté de certains troubles psychiques tels que la mélancolie, tandis que l'on constate, au contraire, une fréquence élevée d'autres syndromes, tels que les interprétatio […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel de COPPET, « LIGNAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lignage/