TRIBU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les anthropologues désignent habituellement par le terme « tribu » deux réalités, deux domaines de faits différents mais liés. D'une part, presque tous s'en servent pour distinguer un type de société parmi d'autres, un mode d'organisation sociale spécifique qu'ils comparent à d'autres (« bandes », « États », etc.). Ce point cependant ne fait pas l'unanimité parmi eux par suite de l'imprécision des critères sélectionnés pour définir et isoler ces divers types de société. Mais le désaccord est encore plus profond à propos du second usage du terme « tribu », lorsqu'il désigne un stade de l'évolution de la société humaine. Le lien entre ces deux usages est d'ailleurs très clair puisque, dans la perspective des évolutionnistes, chaque stade d'évolution est caractérisé par un type spécifique d'organisation sociale. La majorité des anthropologues se refusent toutefois à conclure de l'existence d'un mode d'organisation sociale à l'existence d'un stade nécessaire de l'évolution de l'humanité et contestent même la possibilité théorique d'une analyse scientifique de l'évolution des sociétés humaines (E. R. Leach), ou dénient tout intérêt à se préoccuper de leur histoire. C'est le cas, à l'exception notable d'Evans-Pritchard ou de Raymond Firth, de la plupart des anthropologues qui se réclament du fonctionnalisme ou d'un certain structuralisme. En outre, même parmi ceux qui défendent le projet de construire une théorie scientifique de l'évolution sociale, certains, comme Herbert Lewis, ne considèrent pas le mode d'organisation tribale de la société comme un stade nécessaire et général de cette évolution, et d'autres, comme Morton Fried, vont plus loin encore, et y voient à la fois l'effet secondaire de l'apparition de sociétés étatiques et un véritable cul-de-sac de l'évolution de l'humanité.

En définitive, bien que le terme « tribu » envahisse littéralement les écrits et les discours des anthropologues et ne semble pas situé dans les zones des combats théoriques les plus âpres de l'anthropologie, depuis une décennie le doute, l'inquiétude, la critique et parfois le refus déclaré ont peu à peu fait leur apparition à son propos, jusqu'à la crise ouverte actuelle. Neiva, à la suite de Leach, crie à la « scandaleuse imprécision du concept », Julian Steward, évolutionniste lui-même, incite à la plus grande prudence devant ce qu'il appelle un concept « fourre-tout » et d'autres, comme Swartz, Turner, Toden, choisissent de l'ignorer systématiquement bien qu'ils explorent un domaine, l'anthropologie politique, au sein duquel le concept de tribu jouait traditionnellement le rôle de maître mot. À ces critiques d'ordre théorique s'ajoutent un malaise et de violentes attaques contre l'usage idéologique de ce concept sous la forme dérivée et cousine de celui de «  tribalisme ». L'existence d'organisations tribales en Afrique, en Amérique, en Océanie, en Asie semble en effet responsable des difficultés que rencontrent de jeunes États-nations dans leur développement économique et politique, et dans la conquête de leur indépendance. L'existence de vestiges plus ou moins vivaces d'organisations tribales précoloniales fournirait les raisons d'événements aussi dramatiques que la guerre du Biafra, la révolte des Mau-Mau, la dissidence des Touaregs ou des tribus « animistes » du sud du Soudan, la décadence des Indiens d'Amérique du Sud.

Enfants-soldats au Soudan

Photographie : Enfants-soldats au Soudan

Des enfants en armes dans la guérilla menée contre les troupes gouvernementales, au Sud-Soudan, en 1971. 

Crédits : John Downing/ Getty Images

Afficher

L'enjeu ici, comme l'a montré Jomo Kenyatta (Au pied du mont Kenya), n'est pas seulement d'interpréter le monde, mais d'agir sur ses contradictions, de le transformer à partir d'une analyse exacte. Or, nombreux sont les anthropologues et les hommes politiques qui récusent comme théoriquement faux et politiquement nuisible l'usage des concepts de tribu et de tribalisme pour définir ces contradictions modernes de certains pays « sous-développés ». Au contraire, ces contradictions qu'on impute au tribalisme seraient moins la tare de structures précoloniales que l'on croyait détruites et qui affleureraient de nouveau avec violence que le legs de la période coloniale et des rapports nouveaux instaurés par la domination néo-coloniale. Eliott Skinner, anthropologue et ambassadeur en 1967 des États-Unis auprès de la république de Haute-Volta, écrivait : « Il est malheureux que le terme « tribalisme » avec toutes ses connotations de primitivisme et de traditionalisme soit le nom qu'on ait donné à l'identité qu'utilisent en Afrique contemporaine les groupes qui sont en compétition pour le pouvoir et le prestige. Quelques-uns des noms utilisés aujourd'hui comme symboles de l'identité de certains de ces groupes se réfèrent à diverses entités socioculturelles du passé. Cependant beaucoup de ces prétendus groupes « tribaux » furent des créations de la période coloniale et même ceux de ces groupes qui pouvaient prétendre à une continuité avec le passé ont perdu tant de leurs caractéristiques traditionnelles qu'on peut les considérer en fait comme des entités nouvelles. »

Le concept de tribu est donc « en crise », et il y a double urgence, théorique et pratique, à remonter aux racines du mal qui l'atteint et à le redéfinir pour en faire la critique et en estimer la portée réelle. Pour ce faire, la meilleure méthode semble encore de retracer brièvement son histoire, de Lewis H. Morgan, le fondateur de l'anthropologie, à nos jours – et particulièrement à Marshall Sahlins, l'auteur qui a fait récemment l'effort le plus soutenu et le plus brillant pour redéfinir rigoureusement ce concept et réinterpréter les matériaux ethnographiques nouveaux accumulés depuis un siècle. Peut-être, au terme de ce parcours, découvrira-t-on que le mal n'atteint pas qu'un concept et que la crise est celle des fondements et des méthodes empiriques de l'anthropologie et des sciences sociales.

Histoire du concept

Bref rappel des origines indo-européennes du terme

Le français « tribu » renvoie au latin tribus, à l'ombrien trifú ou à leur équivalent grec phulè (ϕυλ́η), termes qui appartiennent au vocabulaire le plus ancien des institutions indo-européennes. Il faut se reporter à leur propos aux superbes analyses étymologiques et sémantiques qu'Émile Benvéniste a données de ce vocabulaire. À l'origine donc, ces concepts sont des concepts empiriques et ils ont nécessairement reçu un contenu divers au cours de l'histoire de ces populations, mais, dans leur couche la plus ancienne, ils décrivent une forme spécifique d'organisation sociale et politique qui existait dans toutes ces sociétés. Une tribu indo-européenne était la forme d'organisation sociale et politique la plus vaste qui existait avant l'apparition de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Enfants-soldats au Soudan

Enfants-soldats au Soudan
Crédits : John Downing/ Getty Images

photographie

Société lignagère : organisation politique territoriale et parenté

Société lignagère : organisation politique territoriale et parenté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chefferie polynésienne : organisation politique territoriale et parenté

Chefferie polynésienne : organisation politique territoriale et parenté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études de classe exceptionnelle à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TRIBU  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET, 
  • Roger RENAUD
  • , Universalis
  •  • 10 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un univers non conflictuel »  : […] Il y avait avant l'arrivée des Européens 2 000 langues indigènes. Beaucoup d'Indiens connaissaient 2 ou 3 langues, et il existait des moyens de communication intertribaux, langages par signes ou langues internationales. L'habitat était dispersé, les concentrations humaines permanentes de quelques milliers de personnes étaient rares. Il n'y avait nulle organisation politique apparente au-delà des c […] Lire la suite

BÉLOUTCHES ou BALOUTCHES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 645 mots

On trouve des Béloutches (appelés aussi Baloutches) au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, dans les républiques d'Asie centrale, en Inde et dans les émirats du golfe arabo-persique. C'est au Béloutchistan pakistanais et iranien que vivent les plus importantes communautés béloutches. La langue est le baloutchi. C'est une langue indo-aryenne qui est apparentée au groupe iranien de l'Est et dont les d […] Lire la suite

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « Descendance unilinéaire »  : […] Dans les langues gaéliques, la consonne latine p se transforme en k  ; c'est ainsi que le mot latin planta donna naissance à clann , d'où procède notre clan. Cette étymologie indique très clairement en quel sens les premiers utilisateurs du mot clan le comprenaient : les rejetons, les bourgeons ; ainsi se désignaient les membres des clans écossais et irlandais. La descendance qu'ils visaient ainsi […] Lire la suite

COLUMBIA, fleuve

  • Écrit par 
  • Liza PIPER
  •  • 1 946 mots

Dans le chapitre « Population »  : […] Aux États-Unis, Portland (Oregon), Boise (Idaho) et Spokane (Washington) sont les plus grandes agglomérations du bassin du Columbia. Au Canada, la population de tout le bassin est moins importante que celle de la ville de Spokane, avec moins de 200 000 personnes concentrées dans des petites localités dépendantes du secteur primaire ou à vocation touristique comme Revelstoke et Trail. Le fleuve tra […] Lire la suite

DOUZE TRIBUS D'ISRAËL LES

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 666 mots

Dans l'Ancien Testament, Israël est présenté comme une communauté à structure tribale, depuis le moment de son apparition en tant que peuple, au début de l'Exode, jusqu'à l'établissement de la monarchie en terre de Canaan. Les tribus, qui sont au nombre de douze, correspondent aux douze fils du patriarche Jacob (Genèse, xxix-xxx ), que celui-ci eut de quatre femmes. Léa lui donna Ruben, Siméon, Lé […] Lire la suite

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « Préhistoire de la notion »  : […] L'idée selon laquelle il existe une hiérarchie entre des sociétés occupant des positions voisines dans l'espace n'est pas nouvelle. Les Grecs opposaient ainsi les ethnè (sing. ethnos ) et la polis (cité). Les sociétés qui relevaient de leur culture mais auxquelles « manquait » l'organisation en cités-États étaient des ethnè . Le terme est souvent traduit par « tribu » (en allemand, Stamm ), ou p […] Lire la suite

GODELIER MAURICE (1934- )

  • Écrit par 
  • Laurent BERGER
  •  • 2 424 mots

Dans le chapitre « L’évolution historique des rapports sociaux et des sociétés »  : […] Dans cette perspective, toute société est, selon Godelier, un ensemble de rapports sociaux hiérarchisés selon la nature de leurs fonctions, qui déterminent le poids respectif de chacune de leurs activités dans l’évolution historique de cet ensemble. Les rapports de parenté ne sauraient ainsi fonder les bandes cynégétiques et les tribus, pas plus que les rapports économiques les États-nations capi […] Lire la suite

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anthropologie des groupes sociaux »  : […] Les anthropologues, par l'objet même de leurs études « de terrain », se placent dans une situation en apparence privilégiée. Ils considèrent généralement des sociétés de petite taille, dont certaines ne dépassent pas le stade de la bande – comme c'est le cas chez les Amérindiens du Sud. Ils conduisent, tout au moins durant la phase initiale et ethnographique de la recherche, une investigation to […] Lire la suite

HAZĀRA

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 1 414 mots

Troisième groupe ethnique d'Afghanistan par leur importance numérique, les Hazāra sont aussi présents au Pakistan et en Iran. Leurs nombre est estimé, au début du xxi e siècle, de 3,5 à 4 millions. De race mongoloïde, ils seraient, selon la légende, des descendants des armées de Genghis Khān, laissées en stationnement dans le massif de l'Hindou Kouch après la conquête mongole (1221). Toutefois, c […] Lire la suite

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 139 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les initiations tribales »  : […] Les rites de passage de l' enfance à l'âge adulte n'existent pas partout, du moins pas pour les deux sexes. Ici, il n'y a que les garçons qui les subissent ; là, les filles seulement ; ailleurs, les deux. Comme le montre A. Van Gennep, l'initiation est un « rite de passage » qui prend place dans tout un ensemble organisé, allant des rites de la naissance à ceux de la mort ; c'est pourquoi les cér […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-21 novembre 2018 Inde. Mort d'un Américain tué par une tribu autarcique.

tribu des Sentinelles qui vivent en autarcie sur l’île de North Sentinel, dans l’archipel des Andaman et Nicobar, dans l’océan Indien. Il tentait de les approcher en vue de les évangéliser, soutenu par l’organisation missionnaire américaine All Nations. Le gouvernement indien interdit l’accès à l’île en raison de l’hostilité de ses habitants, au nombre […] Lire la suite

2-28 août 2009 Soudan. Nouvelle flambée de violence dans le sud du pays

tribu Murle contre la population Lou Nuer d'un camp près d'Akobo fait cent quatre-vingt-cinq morts, en majorité des femmes et des enfants, dont douze soldats de l'armée sudiste déployée pour protéger le camp. Les deux tribus se livrent à des attaques régulières depuis le début de l'année, essentiellement pour le contrôle du bétail, de l'eau et des  […] Lire la suite

5-31 décembre 2006 États-Unis – Irak. Publication du rapport Baker-Hamilton et exécution de Saddam Hussein

tribu. La diffusion d'images vidéo non officielles de son exécution indique que celle-ci a été accompagnée dans l'assistance d'injures et d'invocations du nom de son ennemi, le chef religieux chiite Moqtada Al-Sadr. La plupart des capitales arabes critiquent la coïncidence de l'exécution avec le jour de l'Adha, l'une des plus importantes fêtes du calendrier […] Lire la suite

26 juillet 2006 France. Dissolution de l'organisation Tribu Ka

Tribu Ka qui défend la suprématie de la « race noire ». Cette mesure fait suite à la démonstration de force effectuée en mai par des membres de ce groupuscule rue des Rosiers, à Paris, dans un quartier symbolique pour la communauté juive; les manifestants entendaient réagir à l'agression prétendue de Noirs en marge des manifestations à la mémoire d'Ilan […] Lire la suite

1er-29 juin 2004 Irak. Transfert du pouvoir au gouvernement intérimaire

tribu comprenant des chiites et des sunnites. Cette nomination intervient dans le cadre de la mise en place de l'exécutif intérimaire qui doit entrer en fonctions le 30 et diriger le pays jusqu'aux élections générales prévues au plus tard en janvier 2005. Le 2, le directeur de la C.I.A. George Tenet présente sa démission au président George W. Bush […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice GODELIER, « TRIBU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/