PHRATRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme qui désigne à l'origine des groupes de parenté (phrater : frère) rassemblant plusieurs familles (au sens large) dans le culte d'un ancêtre commun. Dans Homère, la phratrie apparaît comme une subdivision de la tribu (phylè) et les héros combattent groupés par tribu et par phratrie. En fait, on est assez mal renseigné sur l'évolution de cette institution dont on ne peut suivre le fonctionnement qu'à une époque relativement tardive. À Athènes, avant Clisthène, le fait d'être membre d'une phratrie était le seul critère d'appartenance à la communauté civique et, dès le début du ~ vie siècle sans doute, une loi avait admis la présence au sein des phratries, aux côtés des gennètes, d'orgéones qui de ce fait se trouvaient intégrés à la communauté. Après Clisthène, les phratries subsistèrent, bien que désormais le dème fut devenu le cadre de l'organisation du corps civique. La présentation et l'admission à la phratrie précédaient d'ailleurs, pour le jeune Athénien, fils de citoyen, l'inscription sur les registres du dème ; cette admission avait un caractère à la fois religieux et initiatique et avait lieu lors de la fête des Apatouria pendant le mois de pyanepsion (octobre). Les phratries avaient à leur tête un phratriarque, élu annuellement, et pouvaient passer des décrets et posséder des biens. L'essentiel de leur activité était cependant de caractère religieux : la phratrie rendait un culte à ses dieux tutélaires et à Zeus Phratrios et Athéna Phratria. On trouve des phratries dans nombre de cités grecques, à Argos, à Sparte, à Chios, à Delphes... Mais on ne sait pas grand-chose à leur propos. À l'époque hellénistique, les phratries disparaissent à peu près partout, ou se confondent avec les confréries religieuses qui pullulent alors.

—  Claude MOSSÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHRATRIE  » est également traité dans :

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La société patriarcale du haut archaïsme »  : […] À la fin du viii e  siècle commence pour la Grèce une période plus brillante , l'archaïsme. La documentation devient plus abondante et Athènes est beaucoup mieux connue. La société y est de type nettement patriarcal. Chacune des quatre tribus ioniennes est divisée en trois phratries (fraternités), subdivisées en géné (γ́ενη, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athenes/#i_141

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les associations »  : […] Les groupes de statut et les groupes spécialisés se constituent en fonction de critères qui sont (en partie ou entièrement) extérieurs à la parenté. Lowie désigne certains d'entre eux par le terme association  ; et il observe à leur propos : « divisions fondées sur le sexe ou l'état civil, clubs sociaux, confréries secrètes, tous ces phénomènes s'entremêlent à ceux de la fami […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_141

KANSA ou KANZA

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 567 mots

Tribu indienne d'Amérique du Nord qui appartient à la famille linguistique sioux et qui vivait le long des rivières Kansas et Saline dans ce qui est actuellement le centre du Kansas. Les Kansa (ou Kanza) ou Kaw étaient un peuple à demi-sédentaire qui vivait à la fois de la chasse et de l'agriculture. Société patrilinéaire, la tribu kansa était divisée en seize clans, eux-mêmes groupés en sept unit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kansa-kanza/#i_141

Pour citer l’article

Claude MOSSÉ, « PHRATRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phratrie/