BÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Établis en Côte-d'Ivoire et appartenant au groupe des Krou, les Bété représentent, dans les années 1990, 18 p. 100 de la population ivoirienne, soit 2 millions de personnes environ. Le pays bété, qui s'étend sur la forêt et sur la savane, entre Gagnoa et Daloa, a pour capitale cette dernière ville, distante de 400 kilomètres d'Abidjan.

Autrefois situés à proximité des cours d'eau, les villages se construisent aujourd'hui aux abords des pistes carrossables ; les habitations, rectangulaires, sont en terre battue. Société patrilinéaire et d'habitat patrilocal, les Bété sont polygames en droit, mais, dans les forêts, la monogamie est très largement répandue. L'organisation sociale est complexe ; elle comprend, en partant de l'unité la plus large :

le digpi, ou clan ; les membres d'un même digpi ont en commun un nom, le plus souvent celui de l'ancêtre dont ils sont censés descendre, et occupent un même territoire ;

le grebo, ou lignage ; il exclut les filles mariées, qui résident auprès des parents du mari, et inclut les épouses de ses membres masculins ; le lignage se divise en deux ou trois segments : le kosu, ou « casei », représente la cellule de base et correspond à la famille patriarcale à l'intérieur de laquelle on ne se marie pas ; les membres d'une même case vivent du produit des mêmes terres, cultivées par les femmes, et partagent leur nourriture ; la case a pour chef un patriarche qui détient la terre commune et la distribue à ses cadets en fonction de leurs besoins ; ses fils et neveux travaillent pour son compte et, en échange, le patriarche doit, en principe, financer leur premier mariage ;

le zou, enfin, qui est l'unité minimale, la plus petite cellule reconnue dans les faits sinon en droit et qui regroupe l'épouse et ses enfants en bas âge qui peuvent occuper une maison isolée où le mari et père leur rend visite ; le zou peut aussi correspondre au ménage monogame.

Les Bété pratiquent l'échange généralisé, allant chercher leur femme « le plus loin possible ». Le problème posé par le mariage est celui de l'argent : traditionnellement le mariage était à peu près la seule occasion de dépenses, rendant ainsi l'union d'une fille nécessaire et préalable au mariage d'un fils. Deux circuits d'échange apparaissent : le premier est constitué par l'échange des filles, le second par celui des dots (défenses d'éléphants, bandes de coton, morceaux de fer allongés servant à la fabrication des armes et des outils). Ainsi existe pour chaque fille un lien étroit qui l'unit à ses frères ; par son mariage et son exil, elle leur permet d'acquérir une épouse. Très consciente de cela, la fille fait de son frère son obligé : les meilleurs moments pour une femme mariée sont, sans conteste, les retours au village paternel, chez un frère dont elle gouvernera le ménage en despote ; la sœur en visite chez son cadet ne travaille pas, donne ses ordres à l'épouse (« notre épouse ») qui prépare seule la nourriture et doit obéissance à sa redoutable alliée.

En droit, l'interdiction du mariage est limitée, pour un homme, aux filles qui ont même ancêtre que lui, c'est-à-dire qui sont membres du même kosu ; pour une femme, aux descendants de cet ancêtre unique ; les relations sexuelles sont interdites avec la fille de l'oncle utérin. En fait, cette exogamie en ligne paternelle n'est pas l'unique interdit : toute alliance avec les cousines croisées et parallèles est prohibée, donc avec toutes les filles appartenant au kosu de l'un des quatre grands-parents. Par ailleurs, un homme n'épouse jamais la veuve du frère de sa femme. Les filles sont très tôt « retenues » en vue du mariage, vers trois ou quatre ans, parfois à la naissance ; un versement d'acompte est alors effectué. Actuellement, pour pallier les difficultés concernant le paiement des dots, le mariage par rapt, avec consentement de la fille, est fréquemment pratiqué.

Autrefois, les Bété vivaient de la chasse et de la cueillette : les grandes activités étaient la guerre et la chasse aux grands fauves (buffle, panthère, éléphant). Aujourd'hui, l'économie bété dépend pour une large part des cultures d'exportation introduites, entre 1920 et 1930, par des immigrants venus essentiellement de l'est ; la présence de ces immigrants est souvent une source de conflits avec les autochtones qui se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BÉTÉ  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Ethnies, États, nations »  : […] Outre leur appartenance à un groupe linguistique et leur adhésion à une religion, les populations africaines se reconnaissent dans des groupes ethniques, surtout en Afrique noire car, au nord du Sahara, l'adhésion presque exclusive à l'islam et l'ancienneté des identités nationales relèguent au second plan la question ethnique, sauf en ce qui concerne le statut des Berbères par rapport à la majori […] Lire la suite

BRULY BOUABRÉ FRÉDÉRIC (vers 1923-2014)

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 1 185 mots

Frédéric Bruly Bouabré est né vers 1923 à Zéprégühé, petit village de la Côte d'Ivoire (alors une colonie de l'Afrique-Occidentale française) ; il vit et travaille à Abidjan. Comme le dit Bouabré, en Afrique, quand un homme est né, on se contente de savoir qu'il est né, on ne cherche à compter ni les jours, ni les mois, ni les années... L'enfant demande à son oncle Lebato à être scolarisé et il su […] Lire la suite

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les stéréotypes ethniques coloniaux »  : […] En Côte d'Ivoire comme dans les autres pays africains, l'État colonial a joué un rôle crucial dans la formation des identités ethniques et la traduction de celle-ci dans l'espace – territorial et mental – du pouvoir. Les ethnologues coloniaux, dont Maurice Delafosse qui fut l'un des premiers à distinguer sur ce territoire les grandes familles linguistiques telles que les Agni, Dioula, Sénoufo, […] Lire la suite

Les derniers événements

9 janvier 2001 Allemagne. Démissions politiques entraînées par la crise de la « vache folle »

La découverte, en novembre 2000, de la première bête frappée d'encéphalopathie spongiforme bovine avait provoqué une polémique sur la gestion de ce dossier par le gouvernement. La mésentente entre les deux ministres n'a fait qu'aggraver celle-ci. Ce sont les premiers ministres contraints de démissionner à la suite de la crise de la « vache folle » en Europe. […] Lire la suite

11-19 février 1998 Indonésie. Querelle avec le F.M.I. sur fond de poursuite des troubles

Le 12 également, le Golkar, le parti au pouvoir, désigne le ministre Bacharuddin Jusuf Habibie, « bête noire » des milieux financiers nationaux et internationaux, comme candidat à la vice-présidence pour l'élection de mars. Le 14, deux manifestants sont tués par la police sur l'île de Lombok. Ce sont les premières victimes depuis le début, en janvier, des « émeutes de la faim » qui visent principalement les commerçants d'origine chinoise. […] Lire la suite

1er-23 décembre 1992 Russie. Désignation de Viktor Tchernomyrdine au poste de Premier ministre

Enfin, le radical Guennadi Bourboulis, éminence grise de Boris Eltsine et « bête noire » de l'opposition, est privé de son titre de chef des conseillers du président. Boris Eltsine accepte de proposer au Congrès la candidature du centriste Viktor Tchernomyrdine, qui est approuvée, en remplacement d'Egor Gaïdar. Ancien apparatchik responsable de la production gazière, le nouveau chef du gouvernement, qui dispose du soutien du complexe militaro-industriel, se déclare favorable à la poursuite des réformes. […] Lire la suite

7-17 mai 1989 Panamá. Annulation du résultat des élections et tension avec les États-Unis

Organisées par les partisans de Carlos Duque, candidat de la Coalition de libération nationale au pouvoir (Colina), qui a le soutien du général Manuel Noriega, « homme fort » du pays et « bête noire » des États-Unis, elles ont pour but d'empêcher la victoire prévisible de Guillermo Endara, candidat de l'Alliance démocratique de l'opposition civique (A. […] Lire la suite

2-26 février 1986 France. Dissensions dans l'opposition et engagement du président François Mitterrand dans la campagne électorale

Le 25, Laurent Fabius, en visite dans le Midi-Pyrénées, déclare : « Ce serait trop bête [de perdre les élections parce qu'elles ont] lieu le 16 mars et non le 16 juin : serait-il juste que, alors que nous avons fait l'effort, ce soient d'autres qui récoltent les fruits? » Le 26, Jacques Chirac, invité de l'émission L'Heure de vérité sur Antenne 2, définit les quatre conditions qui devraient être réunies pour qu'une personnalité de l'opposition accepte de former un gouvernement : une majorité indiscutable ; que le Premier ministre s'assure de la confiance de cette majorité ; que le Premier ministre s'engage sans concession à appliquer le programme de l'opposition ; et enfin que le président s'engage à laisser le Premier ministre appliquer la politique pour laquelle il a été élu. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain MOREL, « BÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bete/