HUYGENS CHRISTIAAN (1629-1695)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Huygens académicien

C'est en grand seigneur de la science que Huygens fut accueilli à Paris le 21 avril 1666. Doté de la pension la plus élevée à l'Académie royale des sciences, nouvellement fondée, il était le seul à être logé à la Bibliothèque du roi, avec un appartement comportant un laboratoire particulier. La France n'eut pas à regretter ces libéralités exceptionnelles. L'Académie lui dut la contribution la plus efficace à l'orientation et à l'organisation méthodique de ses travaux, et c'est à Paris que Huygens élabora ses œuvres les plus marquantes.

De sa collaboration avec Adrien Auzout naît d'abord le perfectionnement des instruments d'observation et l'invention des dispositifs micrométriques nécessaires à l'astronomie de précision.

Le Traité des horloges paraît en 1673 sous la devise Experientia ac ratio et, en contact avec les techniciens, Huygens ne cesse de perfectionner les mécanismes d'échappement transférant aux ressorts spiraux les propriétés d'isochronisme du pendule cycloïdal.

Il publie les règles du choc élastique et, prenant une place éminente dans les discussions sur la cause de la pesanteur, il donne corps à la fiction cartésienne des tourbillons par la réalité de la force centrifuge. Il fait construire de nouvelles machines pneumatiques et multiplie avec Denis Papin les expériences sous le vide. Il informe ses collègues français des travaux effectués en Angleterre, de James Gregory sur les quadratures circulaires et hyperboliques, de Newton sur les couleurs.

La théorie de la lumière le retient cependant d'une autre manière que Newton, parce qu'il est le premier à expérimenter la double réfraction du spath d'Islande et que ce phénomène lui interdit de se confier à l'indice de réfraction avant d'avoir élucidé ce dont cet indice est le signe. Il découvre, en 1677, le principe des ondes enveloppes fondé sur la vitesse de propagation, tandis qu'éloigné de Paris par la maladie il apprend avec un grand retard les observations de Ole Römer sur les satellites de Jupiter, et ne peut que constater l'accord des données numériques qu'il possédait déjà avec celles du savant danois concernant la durée du trajet de la lumière. Son originalité pour l'explication de la réfraction ne lui sera pas néanmoins ôtée. Il perfectionne son microscope et le mode d'éclairage nécessaire à l'observation des coupes et des solutions biologiques. Il lance les naturalistes dans les recherches que l'instrument nouveau permet.

Il réunit ce qui est nécessaire pour un traité du magnétisme. Tant de travail n'allait pas sans nuire à sa santé, et à trois reprises la maladie l'oblige à regagner La Haye, où il se trouve au moment du changement de la politique française. La révocation de l'édit de Nantes, en 1685, met fin à ses possibilités de poursuivre son œuvre à Paris.

Il ne revint jamais en France.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUYGENS CHRISTIAAN (1629-1695)  » est également traité dans :

HUYGENS ÉTABLIT LA NATURE DES ANNEAUX DE SATURNE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 361 mots

En juillet 1610, Galilée observe avec une de ses lunettes de mystérieux appendices de part et d'autre de Saturne, appendices dont l'aspect change au cours du temps. Bénéficiant d'une meilleure lunette que Galilée, le Hollandais Christia […] Lire la suite

THÉORIE ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 114 mots

L'astronome et physicien hollandais Christiaan Huygens (1629-1695), après de multiples travaux en mécanique et en astronomie, élabore à partir de 1678 et publie en 1690 une théorie ondulatoire de la lumière qui permet d'interpréter les lois de la réflexion et de la […] Lire la suite

ARS CONJECTANDI, Jacob Bernoulli

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 381 mots

Le traité Ars conjectandi (« Art de la conjecture ») est l'ouvrage le plus important du mathématicien suisse Jacob Bernoulli (1654-1705). Écrit de 1684 à 1689 lorsque Bernoulli enseigne la mécanique à l'université de Bâle, cet ouvrage resté incomplet fut publié en 1713, huit ans après la mort de l'auteur. Il s'accompagne d'une préface rédigée par son neveu Nicolas Bernoulli, juriste, qui s'inspi […] Lire la suite

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le calcul actuariel, création européenne »  : […] Pour que cet aléa disparaisse, il fallut attendre que la découverte du calcul des probabilités et le progrès de l'observation statistique permettent une prévision rationnelle du risque. Mais ce n'est qu'au xvii e  siècle que Pascal, à la demande d'un joueur de cartes passionné, le chevalier de Méré, découvre les bases du calcul des probabilités et la loi des grands nombres ( La Géométrie du hasard […] Lire la suite

AUZOUT ADRIEN (1622-1691)

  • Écrit par 
  • Robert M. MCKEON
  •  • 1 456 mots

Astronome, physicien et mathématicien, Adrien Auzout apparaît comme un homme de transition. Par sa compétence scientifique, par sa connaissance approfondie des langues orientales et par son amour de l'Antiquité, il représente l'homme de la Renaissance, tandis que par son œuvre scientifique et par sa méthode de recherche il illustre vraiment l'homme moderne. Sa démarche consiste à étudier la nature […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 509 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Barrow et Huygens »  : […] On notera encore, avant d'aborder la genèse véritable du calcul infinitésimal, que Barrow, professeur au Trinity College, perfectionna la méthode des tangentes, réutilisa, à son tour, le triangle caractéristique et affirma, aux termes près, que l'intégration est l'inverse de la différentiation. Enfin, une dernière influence doit être signalée, celle de Huygens, esprit universel, doté à la fois d' […] Lire la suite

CASSINI-HUYGENS (MISSION)

  • Écrit par 
  • Athéna COUSTENIS
  •  • 4 175 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique et trajectoire de Cassini-Huygens »  : […] Une mission de grande envergure pour explorer le système de Saturne a été initialement proposée à la NASA et à l’ESA en 1982 par un groupe de scientifiques européens et américains. Après de longues discussions, le concept initial a évolué vers la mission Cassini-Huygens en 1989. Celle-ci est composée, d’une part, de l’orbiteur Cassini (vaisseau spatial destiné à être mis en orbite autour de Saturn […] Lire la suite

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

Dans le chapitre « L'invention de la mortalité »  : […] À l'instar de l'idée de population, celle de mortalité est récente. La mort a été beaucoup étudiée dans l'Antiquité et au Moyen Âge, mais sous l'angle de la longévité, c'est-à-dire de l'âge le plus élevé que l'homme pouvait espérer atteindre. Le terme mortalité désignait, jusqu'au xvii e  siècle, les ravages causés par les guerres et les épidémies. Avec Petty et son ami John Graunt, qui signent, […] Lire la suite

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Sources et applications

  • Écrit par 
  • Martin ZERNER
  •  • 6 319 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'équation des ondes et le type hyperbolique »  : […] L'équation des ondes (équation de d'Alembert) : régit le comportement de la densité dans une onde sonore, c'est-à-dire une perturbation de faible amplitude d'un gaz non visqueux au repos. Dans une série de phénomènes physiques représentés par des grandeurs vectorielles, chaque composante des vecteurs concernés obéit à cette même équation : ondes transversale et longitudinale dans un solide élasti […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 868 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'erreur dans les théories physiques »  : […] Très schématiquement, on attribue deux objets aux théories physiques : expliquer la réalité ou représenter les phénomènes, c'est-à-dire des effets observables. Pour Pierre Duhem, au début du xx e siècle, « une théorie physique n'est pas une explication. C'est un système de propositions mathématiques, déduites d'un petit nombre de principes, qui ont pour but de représenter aussi simplement, aussi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « HUYGENS CHRISTIAAN - (1629-1695) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/christiaan-huygens/