HUYGENS CHRISTIAAN (1629-1695)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Christiaan Huygens n'a pas, aujourd'hui, la célébrité qu'il mérite. Il fut en son temps la référence vivante de la physique, dont l'apparition comme discipline autonome dans l'enseignement coïncide avec sa mort. Ce qui reste de son énorme correspondance permet de mesurer la raison et l'étendue de son influence. Les traités qui sont sortis de ses mains demeurent des modèles, dignes de l'anthologie de la science positive. Il l'a dit lui-même : il estimait moins l'invention que la possibilité d'en rendre raison. D'où son absence de hâte à proclamer ses découvertes, ses délais de publication, son souci d'imiter Euclide et Archimède dans la voie déductive.

Supérieurement doué, Huygens maniait avec élégance la technique mathématique pénible que l'algèbre n'informait encore que superficiellement, et il eut une influence décisive sur Leibniz.

Mais, s'il était « géomètre », il goûtait davantage la méditation des faits que la spéculation abstraite, et la fécondité de ses recherches fut considérable.

Il sut domestiquer de deux manières différentes l'oscillation du pendule et bouleversa la technique de la mesure du temps. Il inspira à Denis Papin une enquête expérimentale systématique concernant le vide, recueillit les dernières suggestions de Pascal et réalisa la première machine à feu ; il enrichit l'optique théorique et instrumentale ; il entendit sur les marches de l'escalier du parc de Chantilly l'amplification du bruit des jets d'eau et sut en déduire à la fois le phénomène de résonance et l'existence de la longueur d'onde.

L'alliance de ses qualités est illustrée par les deux acquisitions majeures qu'il légua à la science théorique de son temps : d'une part, la réexpression de la loi galiléenne de la chute en termes propices à une conception énergétique de la puissance mécanique de la pesanteur ; d'autre part, la notion de force centrifuge nécessaire à la dynamique circulaire.

Au soir de sa vie, Huygens a assisté à la naissance du calcul différentiel e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUYGENS CHRISTIAAN (1629-1695)  » est également traité dans :

HUYGENS ÉTABLIT LA NATURE DES ANNEAUX DE SATURNE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 361 mots

En juillet 1610, Galilée observe avec une de ses lunettes de mystérieux appendices de part et d'autre de Saturne, appendices dont l'aspect change au cours du temps. Bénéficiant d'une meilleure lunette que Galilée, le Hollandais Christia […] Lire la suite

THÉORIE ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 114 mots

L'astronome et physicien hollandais Christiaan Huygens (1629-1695), après de multiples travaux en mécanique et en astronomie, élabore à partir de 1678 et publie en 1690 une théorie ondulatoire de la lumière qui permet d'interpréter les lois de la réflexion et de la […] Lire la suite

ARS CONJECTANDI, Jacob Bernoulli

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 381 mots

Le traité Ars conjectandi (« Art de la conjecture ») est l'ouvrage le plus important du mathématicien suisse Jacob Bernoulli (1654-1705). Écrit de 1684 à 1689 lorsque Bernoulli enseigne la mécanique à l'université de Bâle, cet ouvrage resté incomplet fut publié en 1713, huit ans après la mort de l'auteur. Il s'accompagne d'une préface rédigée par son neveu Nicolas Bernoulli, juriste, qui s'inspi […] Lire la suite

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le calcul actuariel, création européenne »  : […] Pour que cet aléa disparaisse, il fallut attendre que la découverte du calcul des probabilités et le progrès de l'observation statistique permettent une prévision rationnelle du risque. Mais ce n'est qu'au xvii e  siècle que Pascal, à la demande d'un joueur de cartes passionné, le chevalier de Méré, découvre les bases du calcul des probabilités et la loi des grands nombres ( La Géométrie du hasard […] Lire la suite

AUZOUT ADRIEN (1622-1691)

  • Écrit par 
  • Robert M. MCKEON
  •  • 1 456 mots

Astronome, physicien et mathématicien, Adrien Auzout apparaît comme un homme de transition. Par sa compétence scientifique, par sa connaissance approfondie des langues orientales et par son amour de l'Antiquité, il représente l'homme de la Renaissance, tandis que par son œuvre scientifique et par sa méthode de recherche il illustre vraiment l'homme moderne. Sa démarche consiste à étudier la nature […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Barrow et Huygens »  : […] On notera encore, avant d'aborder la genèse véritable du calcul infinitésimal, que Barrow, professeur au Trinity College, perfectionna la méthode des tangentes, réutilisa, à son tour, le triangle caractéristique et affirma, aux termes près, que l'intégration est l'inverse de la différentiation. Enfin, une dernière influence doit être signalée, celle de Huygens, esprit universel, doté à la fois d' […] Lire la suite

CASSINI-HUYGENS (MISSION)

  • Écrit par 
  • Athéna COUSTENIS
  •  • 4 170 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique et trajectoire de Cassini-Huygens »  : […] Une mission de grande envergure pour explorer le système de Saturne a été initialement proposée à la NASA et à l’ESA en 1982 par un groupe de scientifiques européens et américains. Après de longues discussions, le concept initial a évolué vers la mission Cassini-Huygens en 1989. Celle-ci est composée, d’une part, de l’orbiteur Cassini (vaisseau spatial destiné à être mis en orbite autour de Saturn […] Lire la suite

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

Dans le chapitre « L'invention de la mortalité »  : […] À l'instar de l'idée de population, celle de mortalité est récente. La mort a été beaucoup étudiée dans l'Antiquité et au Moyen Âge, mais sous l'angle de la longévité, c'est-à-dire de l'âge le plus élevé que l'homme pouvait espérer atteindre. Le terme mortalité désignait, jusqu'au xvii e  siècle, les ravages causés par les guerres et les épidémies. Avec Petty et son ami John Graunt, qui signent, […] Lire la suite

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Sources et applications

  • Écrit par 
  • Martin ZERNER
  •  • 6 318 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'équation des ondes et le type hyperbolique »  : […] L'équation des ondes (équation de d'Alembert) : régit le comportement de la densité dans une onde sonore, c'est-à-dire une perturbation de faible amplitude d'un gaz non visqueux au repos. Dans une série de phénomènes physiques représentés par des grandeurs vectorielles, chaque composante des vecteurs concernés obéit à cette même équation : ondes transversale et longitudinale dans un solide élasti […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'erreur dans les théories physiques »  : […] Très schématiquement, on attribue deux objets aux théories physiques : expliquer la réalité ou représenter les phénomènes, c'est-à-dire des effets observables. Pour Pierre Duhem, au début du xx e siècle, « une théorie physique n'est pas une explication. C'est un système de propositions mathématiques, déduites d'un petit nombre de principes, qui ont pour but de représenter aussi simplement, aussi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « HUYGENS CHRISTIAAN - (1629-1695) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/christiaan-huygens/