RÖMER OLE (1644-1710)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'astronome danois Ole Römer démontra en 1676 que la vitesse de la lumière n'était pas infinie.

Ole Christensen Römer (ou Rømer, ou Roemer) naît le 25 septembre 1644 à Århus, dans le Jutland. En 1672, il s'établit à Paris, où il va passer neuf ans à l'Observatoire royal. Le directeur de cette institution, l'astronome franco-italien Jean-Dominique Cassini, cherche à cette époque à utiliser les éclipses périodiques des satellites galiléens de Jupiter (découverts en 1610 par Galilée) comme horloge universelle pour la navigation. Cassini et ses collaborateurs découvrent que le laps de temps qui sépare les occultations successives d'un même satellite (par exemple Io) présente une irrégularité liée à la position de la Terre sur son orbite. Le temps qui s'écoule entre deux éclipses de Io diminue ainsi à mesure que la Terre se rapproche de Jupiter et s'allonge quand notre planète s'en éloigne. Cassini envisage un temps que ce phénomène résulte de la nature finie de la vitesse de propagation de la lumière, puis rejette cette hypothèse. En 1676, Römer annonce que l'éclipse de Io prévue le 9 novembre se produira dix minutes après l'heure qui a été déduite des éclipses antérieures. Les faits ayant confirmé sa prédiction, il explique que la vitesse de la lumière est telle qu'il lui faut vingt-deux minutes pour parcourir le diamètre de l'orbite terrestre (la valeur exacte est en réalité égale à dix-sept minutes). Mais, comme la distance de la Terre au Soleil est alors très mal connue, il ne cherche pas à déterminer la vitesse de la lumière. Dans son Traité de la lumière (1690), Christiaan Huygens utilisera l'idée de Römer pour évaluer la vitesse de la lumière : il obtiendra une valeur raisonnablement proche (212 000 kilomètres par seconde) de la valeur réelle (très précisément égale à 299 792,458 kilomètres par seconde), l'écart provenant d'une surestimation du décalage temporel et du fait qu'il s'est appuyé sur le diamètre alors accepté de l'orbite terrestre.

En 1679, Römer s'embarque pour une mission scientifique en Angleterre, où il rencontre Isaac Newton ainsi que les astronomes John Flamsteed et Edmund Halley. De retour au Danemark en 1681, il est nommé mathématicien royal et professeur d'astronomie à l'université de Copenhague. À l'observatoire de cet établissement, il installe un instrument doté de cercles mobiles autour d'axes de hauteur et d'azimut ainsi qu'un télescope, qui permet de mesurer avec précision la position des objets célestes. Römer sera nommé bourgmestre de Copenhague en 1705. Ole Römer meurt dans cette ville, le 19 septembre 1710.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  RÖMER OLE (1644-1710)  » est également traité dans :

RÖMER DÉMONTRE QUE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE N'EST PAS INFINIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 215 mots

Invité en 1671 par Jean-Dominique Cassini à séjourner à l'Observatoire de Paris, l'astronome danois Ole Christensen Römer (1644-1710) y étudie notamment le mouvement des satellites galiléens de Jupiter, découverts en 1610 par Gal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romer-demontre-que-la-vitesse-de-la-lumiere-n-est-pas-infinie/#i_21057

ABERRATION ASTRONOMIQUE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 992 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le phénomène d'aberration fut découvert indépendamment dans le cas du Soleil par le Danois Ole Christensen Römer et dans le cas des étoiles ( aberration des fixes ) par l'Anglais James Bradley. Ces deux découvertes eurent une influence considérable sur les conceptions astronomiques. En 1676, Römer remarqua que l'intervalle de temps séparant les éclipses des satellites de Jupi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aberration-astronomique/#i_21057

ASTROMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 6 502 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Instruments et méthodes de l'astrométrie »  : […] Les instruments les plus anciens utilisés en astrométrie sont l'armille et le quadrant. En usage jusqu'à la fin du Moyen Âge, ils permirent d'obtenir sur les coordonnées des astres une précision de ± 2′. En 1689, Olaüs Römer construisit l'instrument des passages qui, avec des perfectionnements, devait être utilisé jusqu'à nos jours sous le nom de lunette méridienne. Sa précision, qui était de l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrometrie/#i_21057

FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 444 mots

Daniel Gabriel Fahrenheit est un physicien allemand connu pour son invention du thermomètre à mercure moderne et pour la définition d’une échelle de température qui porte son nom et qui est encore utilisée aux États-Unis. Né le 24 mai 1686 à Dantzig (alors en Allemagne, maintenant Gdańsk en Pologne), il est issu d’une famille de commerçants. Après la mort de ses parents en 1701, victimes de l’ing […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gabriel-fahrenheit/#i_21057

OBSERVATOIRE DE PARIS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 1 395 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’observatoire des Cassini »  : […] Dès la fondation de l’Observatoire et pendant près de deux siècles, la mesure de la Terre fait partie des attributions des astronomes . La découverte par Galilée des satellites de Jupiter laisse penser que l’on pourrait utiliser leurs éclipses dans l’ombre de la planète pour fournir une référence de temps pour toute la Terre, et ainsi déterminer les longitudes par rapport au méridien de Paris, al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observatoire-de-paris/#i_21057

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le thermomètre Fahrenheit »  : […] L'astronome danois Ole Roemer (1644-1710) construisit, en 1702, un thermomètre à esprit-de-vin. Il commençait par vérifier le caractère cylindrique du tube de verre à l'aide d'une goutte de mercure, puis il divisait la longueur du tube en deux parties d'égal volume, qu'il subdivisait en deux. Enfin, après avoir garni le tube d'esprit-de-vin et l'avoir scellé, il marquait la division 60 dans l'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_21057

Pour citer l’article

« RÖMER OLE - (1644-1710) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ole-romer/