Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHARLES XII (1682-1718) roi de Suède (1697-1718)

Charles XII

Charles XII

Charles  XII porta d'abord la Suède-Finlande à son plus haut degré de puissance, pour la précipiter ensuite dans la décadence. Il infléchit vers un despotisme à l'orientale l'absolutisme qu'avait institué son père, Charles XI, dans ce pays traditionnellement attaché à ses libertés : il épuisa toutes les ressources de l'État suédois dans un effort désespéré pour conserver l'empire baltique fondé par Gustave Adolphe.

La Suède à l'avènement de Charles XII

Élevé dans les camps par son père, il s'enthousiasma à la lecture de récits et de contes guerriers, telles la Vie d'Alexandre de Quinte-Curce et les sagas scandinaves, ainsi qu'au souvenir de l'épopée du Grand Gustave et de ses capitaines pendant la guerre de Trente Ans. Rêvant de devenir un héros à son tour, il chercha la gloire dans la carrière des armes, la plus prestigieuse dans cette société fondée sur la race et l'épée. Il s'adonnait avec violence à tous les exercices physiques, à la chasse à l'ours, afin de se forger ainsi le corps d'un paladin du Nord, insensible aux intempéries, et acquérir un stoïcisme à l'antique. D'une nature renfermée et secrète, il ne se confiait à personne ; chez ce luthérien à la foi profonde, le dogme de la prédestination renforçait la croyance en un destin d'exception.

En avril 1697, il héritait d'un vaste empire circumbaltique, avec l'embouchure des grands fleuves allemands et une ouverture par Brême sur la mer du Nord. La puissance de la Suède, pays relativement pauvre en ressources et en hommes (1 500 000 habitants, Finlande comprise), reposait sur le monopole du cuivre et surtout du fer qu'elle détenait en Europe, sur le rôle commercial de la Baltique ainsi que sur les produits forestiers indispensables aux constructions navales. L'industrie métallurgique du Berslag alimentait ses armements. Les grains de Livonie et de Scanie suffisaient à sa consommation et fournissaient même, parfois, un surplus négociable. L'année 1697 fut pourtant marquée par des famines et des épidémies. Depuis 1680 environ, la Suède avait, par les mesures dites de la réduction des biens, reconstitué le patrimoine territorial de la Couronne et rétabli dans leur statut économique et social les paysans libres et propriétaires, élément indispensable à l'équilibre des quatre ordres représentés à la Diète. Sur les terres de la Couronne reprises à la noblesse, la monarchie des Vasa avait pu cantonner les troupes de milice – 55 000 soldats-paysans – fournies par la levée dans les villages du dixième des paysans et entretenues par eux. Cette armée territoriale et nationale, l'indelta, formait des unités provinciales disposées autour des terres des officiers. En revanche, les forteresses étaient gardées par des mercenaires. Au début du règne, 80 p. 100 des officiers étaient issus de la noblesse ancienne ou anoblis par le service du roi. De même, la majorité des fonctionnaires, en particulier dans les hauts emplois, appartenaient à la noblesse ; mais déjà les nouveaux nobles, les universitaires formés à Upsal, à Abo, à Dorpat, à Greifswald se hissaient jusqu'aux postes de responsabilité. Près de la moitié des maîtres de forges étaient nobles ou anoblis et les armateurs en voie de le devenir.

Conseillé par Piper, Charles XII dut renouveler les traités qui unissaient la Suède aux puissances maritimes, grands intermédiaires du commerce baltique qu'il était expédient de ménager ; puis il contracta une nouvelle alliance avec Louis XIV, la monarchie suédoise, toujours nécessiteuse, ne pouvant se passer des subsides de Versailles. Mais le mariage de sa sœur aînée, Hedwige-Sophie, avec le duc de Holstein-Gottorp, en 1699, ranimait le vieux différend dynastique avec le Danemark et augurait ainsi de longues difficultés ultérieures.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Charles XII

Charles XII

Autres références

  • AUGUSTE II (1670-1733) roi de Pologne (1697-1733)

    • Écrit par Jean BÉRENGER
    • 452 mots

    Second fils de Jean Georges III, Auguste le Fort devient à vingt-quatre ans Électeur de Saxe, à la suite de la mort de son frère aîné, Jean Georges IV. En 1695 et 1696, il prend part aux campagnes contre les Turcs en Hongrie mais ne se révèle pas un général brillant. À la mort de Jean...

  • FINLANDE

    • Écrit par Régis BOYER, Maurice CARREZ, Universalis, Lucien MUSSET, Yvette VEYRET-MEKDJIAN
    • 22 464 mots
    • 14 médias
    ...en plus inféodée au souverain (acte ecclésiastique de 1686) et l'assimilation de la Finlande à la métropole devint un impératif idéologique. Son fils Charles XII (1697-1718) persévéra dans cette voie. Sous son règne, les états ne furent pratiquement jamais réunis et la centralisation du pouvoir atteignit...
  • GÖRTZ GEORG HEINRICH VON SCHLITZ baron von (1668-1719)

    • Écrit par Claude NORDMANN
    • 388 mots

    Fils du baron immédiat d'Empire Philippe Frédéric von Görtz et d'Élisabeth von Minnigerode, Georges Henri von Schlitz, dit von Görtz, né en Franconie, formé aux universités d'Iéna (où il perd un œil) et de Kiel, se distingue par ses dons physiques et intellectuels à la cour des ducs de Holstein-Gottorp....

  • MAZEPPA IVAN STEPANOVITCH (1644-1709)

    • Écrit par Jean BÉRENGER
    • 206 mots

    Hetman des Cosaques, Mazeppa est issu d'une famille noble de l'Ukraine. Élevé à la cour du roi de Pologne Jean Casimir, une histoire de cœur l'oblige à s'enfuir chez les Cosaques du Dniepr, dont il devient l'un des chefs. En 1687, lors d'une visite à Moscou...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi