HETMAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom répandu aux xvie et xviie siècles dans les pays d'Europe orientale pour désigner le titulaire du grade militaire le plus élevé. Ainsi en Pologne et en Lituanie, du xve au xviiie siècle, l'hetman était le commandant en chef, à vie, de l'armée ; il en était de même en Moldavie au xviiie siècle. Chez les Cosaques, l'hetman, à l'origine élu à vie à la tête de l'armée, concentre également entre ses mains les pouvoirs civil et judiciaire.

Au cours du xviiie siècle, les Cosaques ukrainiens, contraints d'accepter une tutelle, choisissent la Russie au détriment de la Pologne. Dès lors le titre d'hetman va perdre de son importance. Dès 1659, l'élection de l'hetman est soumise à l'approbation du gouvernement du tsar ; à partir de 1689, l'hetman est directement nommé par le tsar ; enfin en 1764, le titre est supprimé. Toutefois, en 1918, les Allemands rétablirent momentanément l'hetman en Ukraine pour flatter les tendances séparatistes d'une partie de la population.

—  Jean-Pierre ARRIGNON

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HETMAN  » est également traité dans :

COSAQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 769 mots
  •  • 1 média

Nom donné aux populations semi-nomades formant des communautés militaires indépendantes dans les bassins du Don, du Terek et du Kouban. Le mot, d'origine turco-tatare, désigne tout homme libre, tout guerrier indépendant. Aux xiv e et xv e siècles, les services de ces Cosaques Tatars furent utilisés tant par les Italiens installés en Crimée que par les princes russes. À partir du xvi e siècle, o […] Lire la suite

KHMELNITSKI BOGDAN MIKHAÏLOVITCH (1595 env.-1657)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 485 mots

Cosaque né à Pereïaslavl dans une famille de petite noblesse ukrainienne, Bogdan Khmelnitski reçut une solide instruction à Kiev puis à Lvov ; outre l'ukrainien, sa langue natale, il connaissait le latin, le polonais et le russe. Il acquit une solide formation militaire en participant aux campagnes des Cosaques Zaporogues contre les Turcs ; fait prisonnier, il ne fut libéré que deux ans plus tard. […] Lire la suite

MAZEPPA IVAN STEPANOVITCH (1644-1709)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 205 mots

Hetman des Cosaques, Mazeppa est issu d'une famille noble de l'Ukraine. Élevé à la cour du roi de Pologne Jean Casimir, une histoire de cœur l'oblige à s'enfuir chez les Cosaques du Dniepr, dont il devient l'un des chefs. En 1687, lors d'une visite à Moscou, il gagne la faveur du tsar Pierre le Grand, achète au tout-puissant Basile Golitsyne la charge d'hetman des Cosaques et souhaite assurer l'in […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'insurrection de Khmelnitski »  : […] Le mécontentement social, les querelles religieuses et le ressentiment contre l'autorité polonaise finirent par se cumuler et connurent leur paroxysme en 1648. À partir de ce qui ressemblait à un soulèvement cosaque ordinaire, sous la conduite de Bogdan Khmelnitski, l'Ukraine se retrouva rapidement emportée dans une révolution et une guerre sans précédent. Khmelnitski était un membre de la petite […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre ARRIGNON, « HETMAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hetman/