COSAQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné aux populations semi-nomades formant des communautés militaires indépendantes dans les bassins du Don, du Terek et du Kouban. Le mot, d'origine turco-tatare, désigne tout homme libre, tout guerrier indépendant. Aux xive et xve siècles, les services de ces Cosaques Tatars furent utilisés tant par les Italiens installés en Crimée que par les princes russes. À partir du xvie siècle, on assiste au développement de ces communautés dans lesquelles entrent de plus en plus d'éléments slaves fuyant l'établissement du servage ; elles sont localisées sur les marges de l'État russe et de l'État polono-lituanien : parmi les plus importantes notons la communauté des Cosaques du Don, celle du Iaïk (Oural), celle de Sibérie et surtout celle des Cosaques Zaporogues, la Setch, établie sur le bas Dniepr.

D'une façon générale, les Cosaques forment des sociétés agricoles à caractère militaire ayant leur propre gouvernement dirigé par l'hetman, le général en chef, assisté d'un conseil d'officiers supérieurs, les ataman, et d'une assemblée générale, la rada. Toutes les charges étaient électives, ce qui attacha fortement les Cosaques aux principes d'égalité et de liberté. Quant à leurs activités économiques, elles se réduisaient à la chasse, à la pêche, au commerce, et surtout aux opérations de pillage. Les gouvernements des États polonais et russe virent alors tout le parti qu'ils pouvaient tirer de cette force militaire : ainsi, dès 1578, les Polonais organisèrent le premier régiment cosaque qui fut chargé de protéger la frontière contre les incursions des Turcs et des Tatars ; quant aux Russes, ils en firent les agents de leur pénétration et de leur domination vers le Sud et vers l'Est, particulièrement en Sibérie (Ermak était Cosaque).

Toutefois, l'affermissement du pouvoir tsariste, accompagné de l'extension du servage, se fit au détriment des libertés des Cosaques. Aussi ceux-ci participèrent-ils aux grandes révoltes agraires des xviie et xviiie siècles, auxquelles ils fournirent des chefs tels que Bolotnikov, Stenka Razine, Emelian Pougatchev.

Après l'écrasement des Cosaques Zaporogues en 1775 et leur dispersion, le gouvernement moscovite procéda à une profonde réorganisation. Les Cosaques furent désormais répartis en armées (vojska) disposées tout au long de la frontière asiatique de l'empire ; chaque armée, commandée par un ataman nommé par le gouvernement, était divisée en districts (okrugi), puis en villages (stanicy). Pour compléter les effectifs, on procéda à la « cosaquisation » de la paysannerie locale qui ne bénéficia pas pour autant des privilèges accordés aux Cosaques formant désormais l'encadrement ; ce qui accrut les oppositions sociales. Ces armées cosaques, essentiellement des cavaliers, participèrent à toutes les guerres que mena l'État russe du xviiie au xxe siècle, où elles acquirent la réputation de troupes d'élite. Au début du xxe siècle, avec le développement du mouvement révolutionnaire en Russie, le gouvernement utilisa les Cosaques pour réprimer les mouvements nationaux, libéraux et révolutionnaires. Au moment de la révolution de 1917, les Cosaques, pourvus de monopoles économiques importants, prirent, dans leur majorité, le parti de la contre-révolution et permirent aux armées blanches de s'implanter dans les régions tenues par eux : Don, Kouban, Oural et Sibérie. Mais ce sont également des Cosaques qui constituaient le noyau des régiments de cavalerie de l'Armée rouge, commandés par K. E. Vorochilov et Semen M. Boudienny.

Cosaques à Petrograd, 1917

Photographie : Cosaques à Petrograd, 1917

Entre la chute du régime tsariste et la mise en place du régime communiste, les cosaques constituaient la seule force de maintien de l'ordre dans Petrograd (Saint-Pétersbourg). Les troupes assurent ici une patrouille dans la ville, en février 1917. 

Crédits : Slava Katamidze Collection/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Après le succès de la révolution d'Octobre, le Parti communiste développa une politique d'assimilation qui aboutit, le 20 avril 1936, à la disparition du corps des Cosaques, intégré dans l'ensemble des forces armées soviétiques.

Rétablis après la disparition du régime soviétique, les Cosaques ont créé en 1992 l'Union des Cosaques qui revendique les anciens territoires de ses communautés au Caucase, sur le Don, en Sibérie et en Extrême-Orient. L'épopée des Cosaques a servi de thème à de nombreux romanciers, parmi lesquels Gogol et son légendaire Tarass Boulba (1837), Tolstoï avec Les Cosaques (1862), et à des peintres, parmi lesquels Repin (Lettre des Cosaques Zaporogues au sultan).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COSAQUES  » est également traité dans :

HETMAN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 181 mots

Nom répandu aux xvi e et xvii e siècles dans les pays d'Europe orientale pour désigner le titulaire du grade militaire le plus élevé. Ainsi en Pologne et en Lituanie, du xv e au xviii e siècle, l'hetman était le commandant en chef, à vie, de l'armée ; il en était de même en Moldavie au xviii e siècle. Chez les Cosaques, l'hetman, à l'origine élu à vie à la tête de l'armée, concentre également […] Lire la suite

JEAN II CASIMIR (1609-1672) roi de Pologne (1648-1668)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 475 mots

Roi de Pologne (1648-1668) né le 22 mars 1609 à Cracovie (Pologne), mort le 16 décembre 1672 à Nevers (France). Deuxième fils de Sigismond III Vasa – qui règne sur la Pologne et, de 1593 à 1599, sur la Suède –, Jean Casimir se bat à partir de 1635 aux côtés des Habsbourg, durant la guerre de Trente Ans. Fait prisonnier par les Français sur la route d'Espagne où il se rendait pour prendre ses fon […] Lire la suite

KHMELNITSKI BOGDAN MIKHAÏLOVITCH (1595 env.-1657)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 485 mots

Cosaque né à Pereïaslavl dans une famille de petite noblesse ukrainienne, Bogdan Khmelnitski reçut une solide instruction à Kiev puis à Lvov ; outre l'ukrainien, sa langue natale, il connaissait le latin, le polonais et le russe. Il acquit une solide formation militaire en participant aux campagnes des Cosaques Zaporogues contre les Turcs ; fait prisonnier, il ne fut libéré que deux ans plus tard. […] Lire la suite

KIEV

  • Écrit par 
  • Richard Antony FRENCH, 
  • Yann RICHARD
  • , Universalis
  •  • 2 436 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La domination de la Lituanie et de la Pologne  »  : […] Le puissant grand-duché de Lituanie s'empare de Kiev et de ses environs en 1362. La ville, qui ne sera longtemps qu'une simple forteresse et un marché mineur le long d'une frontière floue entre la Lituanie et les Tatars des steppes, est souvent attaquée par ces derniers. En 1482, le khan de Crimée met ainsi la ville à sac. Kiev ne conserve de sa splendeur d'antan que le siège d'un métropolite. En […] Lire la suite

KRASNODAR

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 339 mots

Capitale d'un territoire homonyme de la Fédération de Russie (76 000 km 2 , 5 125 220 hab. au recensement de 2002), Krasnodar, construite sur les rives du Kouban à l'endroit où le fleuve devient navigable, comptait 710 400 habitants en 2006. Fondée en 1793 sous le nom d'Ekaterinodar par les Cosaques Zaporogues émigrés au Kouban, la ville acquit quelque importance lorsqu'elle devint en 1860 la capi […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'inspirateur du « communisme de guerre » »  : […] Le gouvernement constitué le 25 octobre 1917 par Lénine ne comporte que des bolcheviks. Il gouverne au nom de la « dictature du prolétariat », que Lénine définit sans ambages comme « un pouvoir conquis par la violence que le prolétariat exerce, par l'intermédiaire du parti, sur la bourgeoisie et qui n'est lié par aucune loi ». Très rapidement, les bolcheviks mettent en place une culture politique […] Lire la suite

MAZEPPA IVAN STEPANOVITCH (1644-1709)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 205 mots

Hetman des Cosaques, Mazeppa est issu d'une famille noble de l'Ukraine. Élevé à la cour du roi de Pologne Jean Casimir, une histoire de cœur l'oblige à s'enfuir chez les Cosaques du Dniepr, dont il devient l'un des chefs. En 1687, lors d'une visite à Moscou, il gagne la faveur du tsar Pierre le Grand, achète au tout-puissant Basile Golitsyne la charge d'hetman des Cosaques et souhaite assurer l'in […] Lire la suite

RAZINE STEPAN TIMOFEÏEVITCH dit STENKA (1630 env.-1671)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 659 mots

Cosaque du Don qui dirigea le soulèvement des paysans et des populations de la Volga, notamment les Mordves, contre le gouvernement tsariste. Né dans le village de Zimoveïski sur le Don, d'une famille aisée, Stenka Razine, homme pieux (il fit deux pèlerinages, en 1652 et 1661, au monastère Solovetski et à Moscou en mémoire de son père), se destinait à une carrière diplomatique et militaire chez le […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Troubles sociaux et renforcement du pouvoir »  : […] Ce développement commercial a modifié les structures sociales en écartant du travail agricole les paysans qui, serfs ou dépendants de l'État, s'engageaient dans les manufactures et les usines métallurgiques. D'une part, apparut une nouvelle catégorie de serfs attachés à l'usine ; d'autre part, en plus grand nombre, ceux des ouvriers serfs qui, travaillant sous contrat, échappaient en grande parti […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 641 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les Cosaques »  : […] Au xv e  siècle, une nouvelle société guerrière, les Cosaques (du turc kazak , « homme libre »), faisait son apparition dans la steppe méridionale de l'Ukraine. Le terme désignait à l'origine des hommes qui s'aventuraient périodiquement dans la steppe pour s'adonner à la chasse, la pêche et la collecte de miel. Leur nombre était continuellement augmenté par des paysans fuyant le servage et des av […] Lire la suite

Les derniers événements

5-7 mai 2018 Russie. Investiture du président Vladimir Poutine.

cosaques en uniforme au côté des forces anti-émeute. Le 7, Vladimir Poutine est investi pour un quatrième mandat à la tête de l’État. Il reconduit Dmitri Medvedev au poste de Premier ministre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre ARRIGNON, « COSAQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cosaques/