BELGIQUEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cités médiévales

Les domaines royaux

Une fois les Vikings hors d'état de nuire, la société se mit à revivre. Dès avant l'an 1000 apparurent les signes de l'expansion démographique qui devait durer jusqu'en 1350. Dans les régions belges, ce phénomène se manifesta par l'augmentation du nombre de hameaux autour des villages et autour des dépendances des monastères, par l'extension des enceintes fortifiées et par la présence d'églises toujours plus nombreuses dans les villes. Le commerce se développa également. Le « rôle d'emplacements » sur le marché de Londres vers l'an 1000 mentionnait les marchands venus de Flandre comme « des gens de Baudouin » (comte de Flandre) et ceux de la vallée de la Meuse, du Brabant, comme des « gens de l'Empire ». Ces commerçants vendaient le surplus des produits fabriqués dans leur région d'origine : draps de Flandre et dinanderie de la Meuse, une constante qui durera mille ans. Leurs activités s'étendaient sur terre et sur mer jusqu'en Pologne et jusqu'à Kiev. Les comtes et princes-évêques locaux ne faisaient qu'encourager ce commerce.

Aux confins du royaume de Francie occidentale et du Saint Empire se développèrent, à partir des ixe, xe et xie siècles, des entités politiques indépendantes qui, sous l'influence des forces centrifuges et malgré les liens féodaux, avaient acquis un pouvoir de fait et menaient leur propre politique internationale et économique. De la monarchie française dépendait le comté de Flandre, du Saint Empire, des comtés de Hainaut, de Namur et de Luxembourg, les duchés de Brabant et de Limbourg. À Liège, l'évêque Notger fut investi en 980 par l'empereur Otton II du pouvoir temporel. La principauté de Liège sut conserver son indépendance pendant plus de mille ans, jusqu'à la Révolution française (1795).

Les comtes de Flandre réunirent sous leur autorité de nombreux territoires pour en faire un État féodal unique, qui, au cours des siècles, usa de sa force militaire pour s'étendre. Cet essor atteignit son apogée sous Philippe d'Alsace (1168-1191). La Flandre royale était maîtresse de très vastes domaines à l'ouest de l'Escaut ; elle s'étendait jusqu'à la Canche avec comme villes principales Arras, Aire, Saint-Omer, Lille, Douai, Orchies, Gand, Bruges et Ypres. À l'est de l'Escaut, la Flandre « impériale » comprenait notamment le pays d'Alost, les seigneuries de Termonde et de Bornhem. Les comtes de Flandre étendirent d'abord leur territoire vers le sud jusqu'à ce qu'ils rencontrent leurs pairs de Normandie. Puis ils déferlèrent sur la rive droite de l'Escaut et contraignirent le Saint Empire à les accepter comme vassaux. Ce furent surtout les rois de France qui dans leur politique de centralisation du pouvoir misèrent sur ces fiefs mouvants du royaume. Alors que Philippe II Auguste réussit en 1214 à briser le pouvoir comtal de Flandre, mais laissa en place l'administration locale, Philippe IV le Bel voulut simplement annexer la Flandre à la France. La population, sous l'égide de ses comtes, Guy de Dampierre et Robert de Béthune, se révolta et la France perdit l'âpre bataille des Éperons d'or (1302). Pendant la guerre de Cent Ans, la bourgeoisie commerçante de Flandre (Jacques d'Artevelde) réussit à rester neutre afin de préserver l'industrie du drap flamand, dépendante de la laine anglaise. Dans le domaine socio-économique, l'opposition de classe entre patrons et ouvriers s'intensifia au moment même où les métiers luttaient avec succès pour obtenir une plus large part du pouvoir, mais où la conjoncture économique se détériorait (vers 1320). Le dernier comte de Flandre, Louis de Male, avait donné sa fille Marguerite en mariage au Valois Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, qui lui succéda en 1384. On aurait pu craindre que la Flandre passât définitivement sous la domination française. Ce fut le contraire : la Flandre devint le noyau des Pays-Bas bourguignons qui, au siècle suivant, allaient se dresser co [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Belgique, Antiquité

Belgique, Antiquité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Belgique, vers 1300

Belgique, vers 1300
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Flandre au XVIe siècle

La Flandre au XVIe siècle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Prise de La Brielle

Prise de La Brielle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification

Autres références

«  BELGIQUE  » est également traité dans :

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 518 mots
  •  • 6 médias

Pays densément peuplé au cœur de l'Europe du nord-ouest, traversé par d'énormes flux de circulation, la Belgique (België en néerlandais) présente une variété de milieux assez exceptionnelle pour une surface aussi restreinte : extrémité de la grande plaine germano-polonaise, bas plateaux limoneux, massif ancien, bordure du […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Après la question royale (1945-1950) et la question scolaire (1950-1958), la Belgique se trouve confrontée, à partir des années 1960, à la montée des enjeux linguistiques et régionaux. Son histoire se confond dès lors avec un long processus de réformes institutionnelles, ponctué de multiples étapes, qui se traduit par l'affaiblissement progressif de l'État central et le renforcement simultané des […] Lire la suite

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 542 mots
  •  • 3 médias

Comment se présente le problème même d'une littérature française en Belgique ?Si des éléments comme la race, le peuple, le climat ou le décor de la vie ont leur importance dans la formation de l'esprit des écrivains et, par là, dans l'aspect de leurs produits, il n'en reste pas moins que ce qui les crée écrivains, ce qui les fait entrer en littérature, c'est le fait que cet esprit se donne un moul […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26-27 octobre 2021 Belgique. Publication de rapports sur le passé colonial.

Le 27, le Groupe de travail interuniversitaire « Passé colonial de la Belgique », institué en août 2020 par le Conseil des recteurs francophones et son équivalent flamand, le Vlaamse Interuniversitaire Raad, remet également son rapport. Celui-ci présente des recommandations en vue de favoriser la reconnaissance du passé colonial et de repenser l’enseignement de l’histoire dans le pays. […] Lire la suite

16 octobre - 2 novembre 2020 France. Assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty.

Le 16, un professeur d’histoire du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty, est tué à l’arme blanche et décapité près de son lieu de travail par un homme qui est rattrapé et abattu par la police. L’assaillant est un jeune Russe d’origine tchétchène, Abdouallakh Abouyezidovitch Anzorov, dont les parents ont obtenu l’asile politique en France en 2011. […] Lire la suite

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

Le 2, un groupe baptisé « Réparons l’histoire » lance une pétition électronique demandant le retrait de toutes les statues du roi Léopold II de la ville de Bruxelles. Cette initiative fait suite au mouvement de lutte contre la discrimination raciale qui se développe aux États-Unis après le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par un policier blanc en mai. […] Lire la suite

31 janvier 2017 Belgique. Discours du roi Philippe aux corps constitués.

Dans son discours aux corps constitués, le roi Philippe, évoquant le Brexit et l’élection du président américain Donald Trump, note que « la décision prise par deux grands pays de se recentrer sur eux-mêmes […] semble vouloir inverser le cours de l’histoire et tranche avec leur tradition d’ouverture et de générosité, leur adhésion à un rêve et un engagement communs ». […] Lire la suite

10 novembre - 1er décembre 2009 Belgique – Rwanda. Condamnation d'Ephrem Nkezabera pour crimes de guerre

Il est reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, qualifiés de crimes de guerre, y compris les viols, et ce pour la première fois dans l'histoire judiciaire de la Belgique, avec toutefois la circonstance atténuante d'avoir collaboré à l'enquête.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guido PEETERS, « BELGIQUE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/