BELGIQUEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La parenthèse française et hollandaise (1795-1830)

Le 26 juin 1794, le général français JeanBaptiste Jourdan battait définitivement les troupes autrichiennes à Fleurus, et par le traité de Campoformio (1797) l'Autriche reconnaissait formellement la cession des Pays-Bas du Sud à la France. La France annexait également la principauté de Liège, laquelle faisait désormais partie de la France au même titre que les autres provinces belges. Au cours de la première vague de grands pillages, de levée de lourds tributs et d'occupation militaire (1794-1799), l'Ancien Régime fut aboli et la Belgique fut complètement remodelée à la française dans les domaines administratif, politique et religieux. La très impopulaire conscription suscita un soulèvement armé (la guerre des paysans ou Boerenkrijg, 1798), qui avorta. Bonaparte Premier consul ramena le calme dans le pays. Avec lui, la Belgique bénéficia aussi des aspects positifs de la Révolution française : le Concordat, le Code civil et l'organisation judiciaire. Bonaparte fit agrandir le port d'Anvers, l'Escaut étant libre, et la tendance à la proto-industrialisation se renforça grâce à des capitaines d'industrie comme William et John Cockerill et Lievin Bauwens. La proclamation du statut de langue unique conféré au français accéléra le processus de francisation. Après Leipzig (1813), le pays ne se souleva pas et, à la bataille de Waterloo, des Belges se battirent tant du côté des Hollandais que du côté des Français. Au Congrès de Vienne (1814-1815), les grandes puissances décidèrent d'adjoindre les Pays-Bas du Sud aux Pays-Bas du Nord, sous l'autorité du prince d'Orange Guillaume Ier, et de créer ainsi un puissant État tampon destiné à contenir la France : le nouvel État s'appelait le royaume des Belgiques. Il comptait deux capitales : La Haye et Bruxelles. L'objectif, surtout poursuivi par l'Angleterre, était d'arriver à « l'amalgame le plus complet » au sein du nouvel État. Guillaume Ier et ses collaborateurs efficaces du Nord et du Sud s'efforcèrent eux aussi d'y parvenir. Si les deux pays étaient complémentaires sur le plan économique, leurs champs de forces politique et philosophique différaient profondément. Le Nord était protestant, conservateur et néerlandophone, le Sud était catholique, progressiste et son élite parlait le français. L'industrie belge était dynamique et en quête de progrès ; les Pays-Bas du Nord n'avaient pas d'industrie. La Belgique comptait plus de 4 millions d'âmes, les Pays-Bas du Nord n'atteignaient même pas 3 millions. Le paternalisme politique de Guillaume Ier, qui se comportait en souverain éclairé, ne satisfaisait pas les Belges. Ils entendaient jouer les premiers rôles dans le royaume. Ils souhaitaient dans les plus brefs délais une véritable représentation populaire, la responsabilité ministérielle devant le Parlement et l'exercice sans entraves de toutes les libertés. Les deux partis qui s'étaient opposés lors de la révolution brabançonne, catholiques et libéraux, se retrouvèrent dans une alliance contre nature : l'Union des oppositions. De jeunes avocats et libres-penseurs progressistes liégeois marchaient la main dans la main avec des évêques réactionnaires de Gand et de Bruges. Après la révolution de Juillet, qui avait éclaté en 1830 à Paris, la fièvre révolutionnaire monta en Belgique. Un soulèvement de prolétaires à Bruxelles – provoqué par le chômage et les difficultés d'approvisionnement – fournit aux futurs électeurs censitaires un motif pour s'organiser militairement. La garde civile assura le maintien de l'ordre. Quand le roi envoya lui-même une armée, tout s'accéléra ; le prince héritier (Guillaume) plaida encore en faveur d'une séparation administrative mais en vain. À la fin de septembre, le prince Frédéric occupait Bruxelles avec 12 000 hommes. De partout (surtout de Bruxelles, de Wallonie, même de Paris) affluaient les volontaires. On se battit quatre jours durant et, dans la nuit du 26 au 27 septembre, les Hollandais abandonnèrent Bruxelles. Au cours des combats s'était constitué un gouvernement provisoire qui allait prendre la direction de la révolution et, le 4 octobre, proclamer l'indépendance du pays. Les nouveaux noms en vue étaient notamment ceux de Charles Rogier (30 ans), d'Alexandre Gendebien (41 ans), de Sylvain van de Weyer (28 ans) et d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Belgique, Antiquité

Belgique, Antiquité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Belgique, vers 1300

Belgique, vers 1300
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Flandre au XVIe siècle

La Flandre au XVIe siècle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Prise de La Brielle

Prise de La Brielle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification

Autres références

«  BELGIQUE  » est également traité dans :

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 518 mots
  •  • 6 médias

Pays densément peuplé au cœur de l'Europe du nord-ouest, traversé par d'énormes flux de circulation, la Belgique (België en néerlandais) présente une variété de milieux assez exceptionnelle pour une surface aussi restreinte : extrémité de la grande plaine germano-polonaise, bas plateaux limoneux, massif ancien, bordure du […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Après la question royale (1945-1950) et la question scolaire (1950-1958), la Belgique se trouve confrontée, à partir des années 1960, à la montée des enjeux linguistiques et régionaux. Son histoire se confond dès lors avec un long processus de réformes institutionnelles, ponctué de multiples étapes, qui se traduit par l'affaiblissement progressif de l'État central et le renforcement simultané des […] Lire la suite

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 542 mots
  •  • 3 médias

Comment se présente le problème même d'une littérature française en Belgique ?Si des éléments comme la race, le peuple, le climat ou le décor de la vie ont leur importance dans la formation de l'esprit des écrivains et, par là, dans l'aspect de leurs produits, il n'en reste pas moins que ce qui les crée écrivains, ce qui les fait entrer en littérature, c'est le fait que cet esprit se donne un moul […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26-27 octobre 2021 Belgique. Publication de rapports sur le passé colonial.

Le 27, le Groupe de travail interuniversitaire « Passé colonial de la Belgique », institué en août 2020 par le Conseil des recteurs francophones et son équivalent flamand, le Vlaamse Interuniversitaire Raad, remet également son rapport. Celui-ci présente des recommandations en vue de favoriser la reconnaissance du passé colonial et de repenser l’enseignement de l’histoire dans le pays. […] Lire la suite

16 octobre - 2 novembre 2020 France. Assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty.

Le 16, un professeur d’histoire du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty, est tué à l’arme blanche et décapité près de son lieu de travail par un homme qui est rattrapé et abattu par la police. L’assaillant est un jeune Russe d’origine tchétchène, Abdouallakh Abouyezidovitch Anzorov, dont les parents ont obtenu l’asile politique en France en 2011. […] Lire la suite

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

Le 2, un groupe baptisé « Réparons l’histoire » lance une pétition électronique demandant le retrait de toutes les statues du roi Léopold II de la ville de Bruxelles. Cette initiative fait suite au mouvement de lutte contre la discrimination raciale qui se développe aux États-Unis après le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par un policier blanc en mai. […] Lire la suite

31 janvier 2017 Belgique. Discours du roi Philippe aux corps constitués.

Dans son discours aux corps constitués, le roi Philippe, évoquant le Brexit et l’élection du président américain Donald Trump, note que « la décision prise par deux grands pays de se recentrer sur eux-mêmes […] semble vouloir inverser le cours de l’histoire et tranche avec leur tradition d’ouverture et de générosité, leur adhésion à un rêve et un engagement communs ». […] Lire la suite

10 novembre - 1er décembre 2009 Belgique – Rwanda. Condamnation d'Ephrem Nkezabera pour crimes de guerre

Il est reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, qualifiés de crimes de guerre, y compris les viols, et ce pour la première fois dans l'histoire judiciaire de la Belgique, avec toutefois la circonstance atténuante d'avoir collaboré à l'enquête.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guido PEETERS, « BELGIQUE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/