BELGIQUEHistoire

Médias de l’article

Belgique, Antiquité

Belgique, Antiquité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Belgique, vers 1300

Belgique, vers 1300
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Flandre au XVIe siècle

La Flandre au XVIe siècle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Prise de La Brielle

Prise de La Brielle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


La Belgique unitaire

Une élite au pouvoir

Pendant les premières années de l'indépendance belge, la nécessité de protéger le jeune État contre les prétentions néerlandaises et de le consolider sur le plan intérieur permit le maintien de l'unionisme (collaboration des catholiques et des libéraux). Mais les oppositions en matière de philosophie politique ne tardèrent pas à réapparaître au premier plan. Le nouvel État était né d'un rêve de liberté ; chacun s'en réclamait, mais on ne tarda pas à s'aviser des divergences dans la manière de la concevoir. La condamnation du catholicisme libéral par l'encyclique Mirari vosdu pape Grégoire XVI était en fait dirigée contre les catholiques français, Lamennais, Lacordaire et Montalembert. La Constitution belge était pétrie de libéralisme. Beaucoup de catholiques avaient collaboré à sa rédaction et tout particulièrement le cardinal-archevêque de Malines, Mgr de Méan. Son successeur, le cardinal Sterckx, n'y adhérait pas moins. Néanmoins, l'encyclique papale provoqua une crise de conscience chez nombre de catholiques. De leur côté, certains libéraux rejetèrent l'unionisme, par crainte d'une influence excessive de l'Église catholique dans la vie du pays. En 1838, quand les évêques belges condamnèrent la franc-maçonnerie et interdirent aux catholiques d'y participer, les libéraux pensèrent que cette mesure était dirigée contre la liberté d'association. Léopold Ier, lui-même franc-maçon, jugea cette initiative des évêques belges extrêmement dangereuse. La franc-maçonnerie se fit plus radicale et anti-unioniste ; elle ne voyait plus d'intérêt à l'alliance catholique. Troisième apport, les orangistes vinrent renforcer les rangs des libéraux : il s'agissait de partisans de Guillaume Ier des Pays-Bas, qui continuèrent jusqu'en 1839 à agir contre l'État belge. La signature en 1839 du traité des Vingt-Quatre articles entre les grandes puissances d'une part et Guillaume Ier et la Belgique d'autre part priva les orangistes de toute raison d'être. D'importants cercles orangistes qui recrutaient dans le[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification


Autres références

«  BELGIQUE  » est également traité dans :

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 517 mots
  •  • 6 médias

Pays densément peuplé au cœur de l'Europe du nord-ouest, traversé par d'énormes flux de circulation, la Belgique (België en néerlandais) présente une variété de milieux assez exceptionnelle pour une surface aussi restreinte : extrémité de la grande plaine germano-polonaise , bas plateaux limoneux, massif ancien, bordure du bassin sédimentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-geographie/

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 984 mots
  •  • 2 médias

Après la question royale (1945-1950) et la question scolaire (1950-1958), la Belgique se trouve confrontée, à partir des années 1960, à la montée des enjeux linguistiques et régionaux. Son histoire se confond dès lors avec un long processus de réformes institutionnelles, ponctué de multiples étapes, qui se traduit par l'affaiblissement progressif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-la-periode-contemporaine/

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 542 mots
  •  • 2 médias

Comment se présente le problème même d'une littérature française en Belgique ? Si des éléments comme la race, le peuple, le climat ou le décor de la vie ont leur importance dans la formation de l'esprit des écrivains et, par là, dans l'aspect de leurs produits, il n'en reste pas moins que ce qui les crée écrivains, ce qui les fait entrer en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-lettres-francaises/

Voir aussi

Pour citer l’article

Guido PEETERS, « BELGIQUE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/