BEL CANTO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or haendélien et la décadence

Avec Georg Friedrich Haendel (1685-1759) la gamme expressive du bel canto atteint un apogée, alors même que l'agilité virtuose est à son plus haut. On distinguera cependant ce qui, dans cette expressivité vocale, relève d'une expression codée, soumise à des formes plus ou moins stéréotypées, et ce qui s'apparente à un pathétique ou à une émotion plus spontanés.

Haendel

Photographie : Haendel

Photographie

Représentation allégorique de Georg Friedrich Haendel (1685-1759), vers 1735. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La rhétorique baroque offre ainsi une gamme de figures obligées, d'essence descriptive, dont l'étendue et la variété sont presque sans limites, épousant tous les états d'âme et toutes les situations théâtrales. Arie di paragone où se disent les correspondances de la nature et du sentiment, arie di furore, di gelosia, di sdegno pour traduire la passion contrariée, arie di vendetta ou di tomba pour clamer la vengeance ou se lamenter sur ses conséquences funestes. Mais à côté de ses formes emblématiques et hyperboliques du canto figurato, au demeurant sublimées par le génie d'un Haendel, il y a place dans les opéras de cette époque pour le pathétique des largos élégiaques comme pour la pureté des cantabili à fleur de lèvres, que les castrats contraltistes ombrent de leur timbre envoûtant. De ces virtuoses, Stendhal rappelle opportunément qu'ils brillaient dans le canto spianato, exempt de fioritures, sensuel et porteur d'une indicible émotion.

Ce miraculeux équilibre entre extroversion et chant de l'âme trouve sa limite avec l'expansion décadente de la virtuosité, dans la seconde moitié du xviiie siècle. En réaction contre les coups que le souci de réalisme issu des Lumières porte à l'idéalisation baroque, les chanteurs suscitent alors une surenchère virtuose de plus en plus gratuite. L'exaspération technique l'emporte sur le souci expressif, le spectaculaire vide de sens appauvrit la densité humaine des ouvrages d'opéra. Le « toujours plus haut, toujours plus vite » signe la décadence d'un genre. La progressive disparition des castrats s'ensuit. Cette dérive vers un chant uniquement préoccupé de prouesses et d'hédonisme concourt à donner du bel canto une image réductrice, qu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Haendel

Haendel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Gaetano Donizetti

Gaetano Donizetti
Crédits : AKG

photographie

Vincenzo Bellini

Vincenzo Bellini
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Bellini, I Puritani, scène de la folie

Bellini, I Puritani, scène de la folie
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BEL CANTO  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'évolution de la musique baroque »  : […] Même s'il conviendrait de faire des distinctions suivant les pays, on peut établir la chronologie de l'évolution du baroque musical en proposant trois périodes : le premier baroque, allant de 1580 à 1630 ; le baroque médian, conduisant à peu près jusqu'à la fin du xvii e  siècle ; le dernier baroque enfin, se terminant en 1750, à la mort de Bach. Même si le baroque n'a pas inventé la musique à dou […] Lire la suite

BELLINI VINCENZO

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 2 998 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principales caractéristiques de son œuvre »  : […] Pour rendre justice à Bellini, il faut bousculer quelques idées reçues. Il a fait de solides études musicales et son inclination première le portait au style d'église : nous avons conservé certaines de ses partitions sacrées. L'art de Bellini repose sur la juxtaposition plus que sur l'insertion dans un développement savamment élaboré. Mais il a un sens aigu de la progression dramatique, et l'inven […] Lire la suite

CABALLÉ MONTSERRAT (1933-2018)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 637 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Curiosité et éclectisme »  : […] Si elle ne délaisse jamais les grands rôles – Norma, Tosca, Amelia du Bal masqué de Verdi, Leonora du Trouvère  –, la soprano se tourne régulièrement vers les ouvrages belcantistes de Bellini (Imogene d' Il Pirata ), Rossini (rôle-titre d' Elisabetta , regina d' Inghilterra ), Donizetti (rôles-titres de Parisina et de Caterina Cornaro ), et contribue à la redécouverte d'œuvres oubliées ou négl […] Lire la suite

CHANT

  • Écrit par 
  • Roland MANCINI
  •  • 2 674 mots

Dans le chapitre « Le chant classique »  : […] Au regard de tant de manifestations diverses, on peut réunir sous ce même vocable le vaste répertoire d'opéras, oratorios, lieder et mélodies, né voici quatre siècles sur une même convention du chant, étroitement balisé et codifié, et qui, s'il n'a connu que d'infimes modifications au niveau de l'émission de la voix, n'a, au contraire des chants de traditions, cessé d'évoluer dans sa finalité. Or […] Lire la suite

DONIZETTI GAETANO

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 1 620 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un nouveau lyrisme »  : […] La dizaine d'opéras qu'a laissés Bellini témoigne d'une continuité qui, à beaucoup d'égards, donne l'impression d'un même opéra perpétuellement recommencé. Plus variée, plus inégale, plus abondante aussi, la production de Donizetti se coule aisément dans un moule éprouvé : après une ouverture – ou sinfonia  –, une introduzione mettant en place le chœur, comme dans la tragédie antique, avec l'entr […] Lire la suite

FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

  • Écrit par 
  • Robert RAUCH
  • , Universalis
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel jour de fête ! », avec ses neuf contre- ut aigus. Il faut souligner qu'un an auparavant, à la Scala de […] Lire la suite

LUCIA DI LAMMERMOOR (G. Donizetti)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 710 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Tradition et modernité »  : […] À l'instar de Bellini dans Norma , créé quatre ans auparavant, Donizetti a réussi à concilier dans Lucia di Lammermoor la virtuosité du bel canto et une puissance dramatique indéniable – annonciatrice des chefs-d'œuvre lyriques du romantisme italien –, en dépit d'effets théâtraux parfois outrés et d'invraisemblances psychologiques. Dans Lucia , tradition et modernité se confondent. Sa scène de la […] Lire la suite

NORMA (V. Bellini)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 527 mots

Tragédie lyrique ( tragedia lirica ) en deux actes sur un livret de Felice Romani d'après Norma d'Alexandre Soumet, tragédie en cinq actes et en vers représentée pour la première fois au Théâtre royal de l'Odéon, à Paris, le 6 avril 1831, Norma est composée par Vincenzo Bellini entre septembre et la fin de novembre 1831 et créée à la Scala de Milan le 26 décembre 1831. Conduisant le bel canto […] Lire la suite

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Le bel canto »  : […] À la différence de Berlioz, qui y résiste résolument, ces compositeurs avaient plus ou moins bien retenu les enseignements du bel canto , celui que Gioacchino Rossini (1792-1868), puis Vincenzo Bellini (1801-1835) et Gaetano Donizetti (1797-1848) avaient entrepris de réhabiliter. Rossini, l'enfant prodige (à vingt ans, il a déjà écrit sept opéras) entre véritablement dans le cercle des grands de […] Lire la suite

PLAIN-CHANT

  • Écrit par 
  • Jean JEANNETEAU, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 3 482 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un problème musicologique »  : […] Parler d'une authentique redécouverte du grégorien supposerait que soient résolus nombre de problèmes musicologiques concernant les origines d'une part, les rapports esthétiques entre les styles, les formes et les interprétations d'autre part. Le grand public cultivé ignore trop que les formes du plain-chant sont multiples et que leurs dates de composition s'étendent sur plus d'un millénaire. Elle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CABOURG, « BEL CANTO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bel-canto/