Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BELLINI VINCENZO

Vincenzo Bellini

Vincenzo Bellini

Vincenzo Bellini est l'un des représentants majeurs de ce qu'il est convenu d'appeler le « second bel canto », et il en est sans doute le plus attachant. Son œuvre, moins abondante que celle de Donizetti, évite la vulgarité qui dépare certaines partitions du compositeur de Bergame, dans les moments les moins bons. Elle est plus homogène que celle de Rossini. Mais elle reste relativement stable, et on chercherait en vain chez Bellini la transformation puissante qu'a connue l'art de Verdi. La dizaine d'opéras qu'il a laissés, d'Adelson e Salvini (1825) aux Puritains (1835), témoigne, malgré le passage de Naples à Paris, d'une continuité qui peut même donner l'impression d'un même opéra perpétuellement repris et recommencé.

Une carrière de dix ans

Norma, Vincenzo Bellini

Norma, Vincenzo Bellini

Vincenzo Bellini naît le 3 novembre 1801 en Sicile, à Catane, et il est encore aujourd'hui l'orgueil de cette ville, qui lui a dédié son théâtre, le Teatro Massimo Bellini, inauguré le 31 mai 1890, avec Norma. La protection d'un riche seigneur a permis à cet enfant d'une famille modeste d'être admis au Real Collegio di Musica de Naples, alors dirigé par Niccolò Zingarelli. Il est remarqué par le puissant impresario Domenico Barbaja, qui va l'orienter vers le théâtre lyrique et l'aider dans sa carrière.

Entre le 11 et le 15 février 1825, Adelson e Salvini, un dramma semiserio en deux actes, est créé au Real Collegio di Musica di San Sebastiano de Naples. Le deuxième ouvrage lyrique de Bellini, un melodramma en deux actes, connaîtra deux versions : Bianca e Fernando, créé au Teatro San Carlo de Naples le 30 mai 1826, et Bianca e Gernando, créé au Teatro Carlo Felice de Gênes le 7 avril 1828. Mais la notoriété de Bellini date surtout d'un mélodrame lyrique en deux actes, Il Pirata, pour lequel il s'est associé pour la première fois comme librettiste Felice Romani : l'œuvre est créée à la Scala de Milan le 27 octobre 1827. Suivra deux ans plus tard (le 14 février 1829), sur la même scène, celle du mélodrame en deux actes La Straniera, également sur un livret de Romani.

Puis les théâtres changent, en Italie d'abord : Zaira, tragedia lirica en deux actes sur un livret de Romani, est créée au Teatro Ducale de Parme le 16 mai 1829, la tragedia lirica en deux actes sur un livret de Romani I Capuleti e i Montecchi le 11 mars 1830, à La Fenice de Venise. Pour ce dernier ouvrage, Bellini reprenait un sujet déjà traité par son maître Zingarelli dans son Giulietta e Romeo (1796), dont un air restera traditionnellement inséré lors des représentations de l'œuvre de l'élève.

<it>Norma</it>

Norma

Pour le melodramma en deux actes sur un livret de Romani La Sonnambula, créé le 6 mars 1831 au Teatro Carcano de Milan, Bellini bénéficie, pour le rôle-titre (Amina), d'une cantatrice d'exception, Giuditta Pasta, à laquelle son destin de compositeur semble désormais lié. Giuditta Pasta tiendra encore les rôles-titres lors des créations de Norma, à la Scala, le 26 décembre 1831, et de Beatrice di Tenda, à La Fenice, le 16 mars 1833.

L'échec de cette dernière œuvre incitera Bellini à renoncer à la collaboration avec Romani et à se rendre à Londres, puis à Paris. Il va disposer d'un quatuor vocal exceptionnel – Giulia Grisi (Elvira), Giovanni Battista Rubini (Arturo), Antonio Tamburini (Riccardo) et Luigi Lablache (Giorgio) – pour la création de son nouvel opéra, qui sera le dernier, I Puritani, le 24 janvier 1835, au Théâtre-Italien, à Paris, dont le librettiste est Carlo Pepoli.

Vincenzo Bellini meurt à Puteaux, près de Paris, le 23 septembre 1835, dans des conditions qui restent mystérieuses. Mais la thèse de l'empoisonnement a perdu de son crédit au profit d'une brève maladie qui sans doute l'emporta prématurément.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Vincenzo Bellini

Vincenzo Bellini

Norma, Vincenzo Bellini

Norma, Vincenzo Bellini

<it>Norma</it>

Norma

Autres références

  • NORMA (V. Bellini), en bref

    • Écrit par Christian MERLIN
    • 218 mots

    Vincenzo Bellini aura réussi dans l'opéra italien ce que Carl Maria von Weber avait atteint pour l'opéra allemand : mettre en scène et en musique l'esprit romantique. Démarquée d'une tragédie française d'Alexandre Soumet, elle-même calquée sur l'histoire de l'infanticide Médée, ...

  • NORMA (V. Bellini)

    • Écrit par Timothée PICARD
    • 1 528 mots
    • 1 média

    Tragédie lyrique (tragedia lirica) en deux actes sur un livret de Felice Romani d'après Norma d'Alexandre Soumet, tragédie en cinq actes et en vers représentée pour la première fois au Théâtre royal de l'Odéon, à Paris, le 6 avril 1831, Norma est composée par Vincenzo Bellini...

  • BEL CANTO

    • Écrit par Jean CABOURG
    • 2 752 mots
    • 5 médias
    Le premier romantisme, celui de Donizetti, et surtout deBellini, cultive, comme il a été dit plus haut, une certaine nostalgie des formes extérieures du belcantisme. Les héroïnes féminines apparaissent dans des atours vocaux inspirés d'une certaine idéalisation ou d'un angélisme innocent, et les mélismes...
  • FLÓREZ JUAN DIEGO (1973- )

    • Écrit par Universalis, Robert RAUCH
    • 802 mots

    Lorsqu'il incarna Tonio dans La Fille du régiment de Donizetti au Metropolitan Opera de New York, en avril 2008, le ténor péruvien Juan Diego Flórez brisa, avec l'accord de la direction, l'interdit ancestral qui pesait sur les bis lorsqu'il chanta une seconde fois l'aria « Ah ! mes amis, quel...

  • GRISI GIULIA (1811-1869)

    • Écrit par Universalis
    • 352 mots

    La soprano dramatique italienne Giulia Grisi est une des plus célèbres interprètes lyriques du xixe siècle.

    Née le 28 juillet 1811, à Milan, Giulia Grisi étudie avec le comte Marco Aurelio Marliani dans sa ville natale et avec Giacomelli à Bologne, où elle fait ses débuts, à l'âge de dix-sept...

  • Norma, BELLINI (Vincenzo)

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 654 mots
    D'ascendance sicilienne, Bellini connaît son premier succès en 1825, avec son opera semiseria Adelson e Salvini, qui le fait considérer en Italie comme le successeur de Rossini et de Donizetti. Il cherche ensuite sa manière dans Bianca e Fernando (1826), Le Pirate (1827), Zaira (1829), Les...

Voir aussi