BACTÉRIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les biosynthèses bactériennes

Les différentes voies métaboliques des bactéries, selon leur type trophique, tel qu'il a été schématisé plus haut, ont une fonction commune à toutes les espèces, la production d'ATP, indispensable pour les réactions de biosynthèses. Les substances essentielles synthétisées par les bactéries sont les protéines et les acides nucléiques ; les réactions biochimiques responsables de ces synthèses sont peu différentes d'un groupe bactérien à l'autre. Par contre, la synthèse des polysaccharides et des lipides diffère d'un groupe à l'autre, la composition chimique de ces constituants étant particulière pour chaque espèce bactérienne. Les méthodes d'étude des biosynthèses bactériennes sont essentiellement basées sur l'utilisation de précurseurs isotopiques et sur l'étude de l'assimilation de composés purs par les mutants auxotrophes sélectionnés au sein de la population d'une souche bactérienne. C'est ainsi qu'un précurseur essentiel pour la cellule, marqué par un isotope radioactif, pourra être repéré dans la bactérie après son assimilation. Par exemple, en fournissant un acide aminé essentiel à la structure de la cellule bactérienne, dans son milieu de croissance, tel que l'acide glutamique, marqué par le carbone 14 (14C), puis en dégradant chimiquement la bactérie, on s'aperçoit que le squelette carboné de l'acide glutamique marqué est utilisé dans la synthèse des protéines, non seulement à l'état de résidu de cet acide aminé, mais également pour la biosynthèse d'arginine et de proline. Il est possible, au sein d'une souche bactérienne, de sélectionner, par des méthodes chimiques, différents mutants auxotrophes ayant perdu une fonction enzymatique pour des substrats divers. On peut ainsi, selon la variété des mutants obtenus, désigner les différentes voies métaboliques utilisées par l'espèce bactérienne étudiée, selon chaque substrat indispensable à la croissance des différents mutants étudiés séparément. La synthèse des protéines, des acides nucléiques [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages



Médias de l’article

Microscopie optique : bactéries

Microscopie optique : bactéries
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Croissance d'une culture bactérienne

Croissance d'une culture bactérienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Dissémination des gènes aux bactéries du milieu

Dissémination des gènes aux bactéries du milieu
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BACTÉRIES  » est également traité dans :

ABCÈS

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 515 mots

Collection purulente bien limitée qui se forme au sein d'un organe ou d'un tissu, au cours d'une réaction inflammatoire. Un certain nombre d'agents pathogènes, introduits accidentellement en un point de l'organisme, sont capables d'entraîner cette réaction dont le but est de les éliminer. L'exemple le plus typique est réalisé par une blessure septique introduisant des bactéries pathogènes. Au poin […] Lire la suite

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 467 mots
  •  • 3 médias

Les Actinomycètes sont des Bactéries dont la croissance donne lieu à des colonies constituées d' hyphes, c'est-à-dire de filaments qui irradient, par croissance centrifuge, tout autour du germe qui leur a donné naissance. Cela explique leur dénomination : le mot « Actinomycètes » provient de deux substantifs grecs et signifie « Champignons à rayons » ou « Champignons rayonnants », expression util […] Lire la suite

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aérobies stricts »  : […] Des bactéries telles que les Acetobacter , les Pseudomonas , les Agrobacterium , certains Thiobacillus (T. denitrificans) se rangent dans cette catégorie. Les animaux sont en principe aérobies stricts, mais certains de leurs tissus, comme le tissu musculaire, peuvent supporter temporairement l'absence d'oxygène. Par contre, les cellules nerveuses sont très rapidement tuées par une carence, même t […] Lire la suite

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Place des algues aujourd'hui dans le monde vivant  »  : […] Depuis les travaux du biologiste américain Carl Woese dans la seconde moitié du xx e  siècle, on admet aujourd'hui que le vivant est subdivisé en trois domaines : d'une part, les bactéries (Bacteria) et les archées (Archaea), qui sont des organismes formés de cellules procaryotiques (dépourvues de noyau), et, d'autre part, les eucaryotes (Eukaryota), organismes possédant dans chaque cellule un no […] Lire la suite

AMMONIFICATION ou AMMONISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La microflore ammonifiante »  : […] Bien qu'un mécanisme photochimique puisse contribuer, dans les eaux, à assurer l'ammonification, celle-ci est essentiellement de nature biologique, au moins dans les sols. Le fait est démontré par la sensibilité du phénomène vis-à-vis des facteurs qui limitent la vie (ex. température, aération, humidité) et par l'isolement des germes responsables. La propriété de détacher la fonction amine des am […] Lire la suite

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 430 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les lacs sous-glaciaires »  : […] Dès les années 1960, les mesures d'échos radar ont révélé l'existence de zones où la topographie sous-glaciaire est extrêmement plate. Quelques années plus tard, ces échos ont été attribués à la présence de couches d'eau liquide sous-glaciaire : ils indiquent l'existence de véritables lacs sous-glaciaires dont environ quatre-vingts, de tailles très différentes, ont à ce jour été identifiés. Le lac […] Lire la suite

ANTIBIOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 237 mots

Pathologiste à l'hôpital St. Mary de Londres, Alexander Fleming (1881-1955) étudiait les bactéries responsables, pensait-on, de l'épidémie de grippe espagnole qui fit vingt millions de morts en 1918. Cultivant ces bactéries pathogènes en boîtes de Pétri (plates, contenant des milieux de culture solidifiés), il constata en 1921 qu'une goutte de mucus nasal empêchait le développement des bactéries a […] Lire la suite

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 938 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Utilisation croissante et inappropriée des antibiotiques en médecine humaine »  : […] Alexander Fleming mit très tôt l'accent sur la nécessité de traitements menés à leur terme et du respect des posologies, estimant que les prises inadéquates de pénicilline et des doses trop faibles étaient susceptibles de sélectionner des bactéries résistantes. Il était très inquiet des conséquences possibles de l'automédication par les antibiotiques. Ce danger était réel, puisque la pénicilline é […] Lire la suite

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Polyosides »  : […] Les polyosides (polysaccharides dans la terminologie anglo-saxonne) sont des polymères à structure ordonnée, constitués par des motifs monomériques et donc des épitopes identiques se répétant à des intervalles réguliers le long de la macromolécule. Les motifs constitutifs y sont des oses ou des osides (ou des dérivés de ces molécules). Les polyosides, dont la masse moléculaire peut atteindre pa […] Lire la suite

ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES

  • Écrit par 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 2 142 mots

Vers le milieu du xx e  siècle, l'apparition du microscope électronique aboutit à une classification dichotomique du monde vivant en deux grands groupes basés sur la structure de leurs cellules : d'un côté les organismes eucaryotes, formés de cellules à noyau, et de l'autre les organismes procaryotes, formés de cellules sans noyau (les bactéries). Cette classification, en apparence naturelle, a […] Lire la suite

AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 501 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les prototrophes »  : […] De nombreux champignons et des bactéries sont prototrophes pour le carbone. Il en est d'aérobies, d'autres sont anaérobies. Ces derniers peuvent être anaérobies facultatifs (levure de bière) ou anaérobies stricts (certaines bactéries). À l'égard de l'azote, ces organismes se comportent comme des autotrophes. Beaucoup utilisent directement les nitrates comme source d'azote. Il en est cependant qui […] Lire la suite

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 4 999 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Biosynthèse de l'AIA »  : […] Chez les plantes supérieures, les étapes conduisant à la synthèse de l'AIA ne sont pas encore toutes élucidées. Ce n'est que depuis les années 1980 que des éléments précis concernant les voies de biosynthèse de l'AIA commencent à émerger. Les données viennent pour une part d'analyses biochimiques utilisant des marquages isotopiques qui ont permis l'identification de composés intermédiaires de syn […] Lire la suite

AZOTOFIXATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 183 mots

Ce terme désigne le processus d'assimilation de l'azote de l'air par divers micro-organismes : bactéries ou cyanophycées (algues bleues). Certains vivent librement dans les sols ou les eaux qu'ils enrichissent en matières organiques azotées. Ils sont ainsi éventuellement en cause dans le phénomène d'eutrophisation. D'autres ont une vie symbiotique et font bénéficier de leur assimilation azotée les […] Lire la suite

KOCH BACILLE DE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Après avoir identifié le bacille du charbon (1876), le médecin allemand Robert Koch (1843-1910) développa la culture des microbes sur milieu nutritif stérile solide et isola le bacille de la tuberculose en 1882. La règle d'or de la bactériologie médicale, codifiée par Koch, fut d'obtenir des cultures pures des germes prélevés dans les produits pathologiques, de vérifier ensuite sur une espèce anim […] Lire la suite

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Période prépasteurienne »  : […] À la fin du xv e  siècle, apparaissent les premières idées « modernes » sur les maladies infectieuses. Elles concernent surtout la syphilis : Ulsénius, en 1496, en affirme la contagiosité, puis vers 1519, von Hutten soupçonne, à son origine, de « petits vers ailés » et Paracelse, « de petits germes vivants ». Ces idées, bien que combattues par la majorité des médecins et des savants, amenèrent ce […] Lire la suite

BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES

  • Écrit par 
  • Jean-François VIEU
  •  • 3 527 mots
  •  • 1 média

Les bactériophages, découverts par F. W. Twort (1915), puis redécouverts par F. d'Hérelle (1917), qui leur donna ce nom, sont des virus pathogènes pour les bactéries ; possédant les caractéristiques générales des virus, ils provoquent la destruction ou lyse des cultures microbiennes et déterminent une véritable « maladie contagieuse des bactéries » indéfiniment transmissible de culture microbien […] Lire la suite

BERG PAUL (1926- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 323 mots

Biologiste moléculaire américain né à New York. Paul Berg obtient en 1952 un doctorat en biochimie à la Western Reserve University (aujourd'hui, Case Western University) à Cleveland (Ohio). Il effectue ensuite un stage à l'institut de cytophysiologie à Copenhague, et un autre dans le département de microbiologie de l'université de Washington à Saint Louis ; il y restera, comme assistant puis comme […] Lire la suite

BERTRAND GABRIEL (1867-1962)

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 1 088 mots

Chimiste français, Gabriel Bertrand fut, sans doute, parmi les savants de son époque, celui dont les travaux ont, depuis Pasteur, exercé le plus d'influence dans les domaines les plus divers en raison de leurs incidences en chimie, en physiologie, en médecine, en hygiène et en agriculture. Distingué comme un remarquable chimiste par Frémy, Gabriel Bertrand s'inscrit à l'École supérieure de pharmac […] Lire la suite

BIODÉPOLLUTION

  • Écrit par 
  • Sylvain CHAILLOU, 
  • Jérôme COMBRISSON
  •  • 2 986 mots

Dans le chapitre « La biodépollution des sols »  : […] La contamination des sols a des conséquences directes sur le fonctionnement du sol et ses caractéristiques, et des conséquences indirectes sur la biosphère et l'atmosphère. Cette pollution, en raison de la saturation des sols, peut poser de graves problèmes lorsqu'elle atteint une nappe d'eau souterraine qui est employée pour l'usage domestique. Comme pour l'eau, le processus le plus naturel de dé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-6 janvier 2004 • France • Épidémie de légionellose dans le Pas-de-Calais.

dans le département des premiers cas de cette maladie respiratoire: une souche de bactéries avait été retrouvée dans une cheminée aéroréfrigérante de l'usine. Le 6, Roselyne Bachelot, ministre de l'Écologie et du Développement durable, met en cause la direction de Noroxo, l'accusant [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Michel ALONSO, Jacques BEJOT, Patrick FORTERRE, « BACTÉRIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/