ART (L'art et son objet)L'attribution

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premières attributions

L'attribution prend une très grande importance dans l'économie des études d'histoire de l'art aux xixe et xxe siècles, mais, au cours des siècles précédents, les historiens de l'art et les amateurs la pratiquaient déjà plus ou moins. Citons les nombreuses attributions du célèbre « livre » de Giorgio Vasari, ce grand cahier qui renfermait la collection des dessins de l'historien toscan. Erwin Panofsky avait remarqué que l'encadrement de chaque dessin peint par Vasari lui-même représente, généralement, des éléments décoratifs, considérés comme typiques du style de l'artiste auquel le dessin est attribué. Ainsi, dans l'encadrement d'un dessin attribué à Carpaccio, nous pouvons voir de petits pavillons s'inspirant de certaines scènes de la légende de sainte Ursule. Le pavillon, que Carpaccio utilise si souvent dans ses tableaux, est donc considéré par Vasari comme une sorte de chiffre, de monogramme caché, analogue aux « signaux » dont parle Filippo Baldinucci dans une lettre à Vincenzo Capponi du 28 avril 1681, et qui peuvent permettre, dans certaines conditions, de reconnaître le style d'un maître. Ajoutons que le dessin en question n'est nullement vénitien, et que l'attribution est donc fausse. Les attributions comparées de Vasari, Baldinucci, Lanzi, d'Agincourt et autres historiens de l'art italien nous permettent de découvrir les images différentes que, dans le passé, on s'est fait d'artistes comme Cimabue, Giotto ou Masaccio.

L'examen de n'importe quelle collection du Moyen Âge ou d'époques plus récentes montre combien il y a peu d'œuvres que les textes d'archives ou la signature de l'artiste authentifient. Pour nombre d'entre elles, il n'existe même pas d'indication ancienne, contemporaine de ces œuvres, qui puisse nous fournir quelque renseignement sur leur paternité. En outre, la signature éventuelle peut être fausse ou désigner sous le nom d'un grand maître une œuvre sortie en réalité de son atelier, et la notice de documentation peut se rapporter à une œuvre différente de celle avec laquelle on croit pouvoir la mettre en relation. On peut affirmer que sans l'activité de connaisseurs tels que W. von Bode, G. Morelli, B. Berenson, et tant d'autres, une grande partie des œuvres qui se trouvent dans les galeries et les musées serait restée sans nom, ou sous un nom fantaisiste.

Il faudrait également voir jusqu'à quel point l'accumulation et l'augmentation des attributions, ainsi que l'importance déterminante qu'on leur accordait au cours des dernières décennies du xixe siècle et au début du xxe, ont dépendu, au moins en partie, d'un changement dans l'estimation du phénomène artistique ; le culte croissant du fragment autographe, considéré comme le moyen d'expression révélant le mieux les intentions de l'artiste, en est un exemple. C'est là une influence de l'esthétique romantique qui vient se fondre avec une autre influence venue du positivisme. En effet, l'importance méthodologique de la philologie du xixe siècle a été grande lorsqu'il s'est agi de pratiquer des attributions, et il y a eu un rapport direct entre la méthode « positive », utilisée à une certaine époque dans l'histoire de la littérature – et plus généralement en historiographie – et l'importance considérable prise par la méthode de l'attribution dans l'histoire de l'art. Une certaine conception de l'historiographie, qui postulait la nécessité d'une précision totale dans la recherche, qui ressentait l'exigence absolue de s'assurer des dates auxquelles des événements déterminés s'étaient passés et de savoir quelles personnes y avaient effectivement pris part, ne manqua pas d'avoir des conséquences dans le domaine de l'histoire de l'art. D'autre part, l'importance qu'avait prise la méthode de l'attribution ne fut pas mise en doute par le courant néo-idéaliste né en réaction contre le positivisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ART  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Que ce soit en musique, dans les arts visuels, en littérature, au théâtre, l'art du xxe siècle – celui que nous considérons comme « moderne » – se montra agressif et provocant. Il a fait peu de cas de la beauté, au point que celle-ci devint parfois la marque des productions académiques.Nous constatons, à l'inver […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d'Aristote : « La tragédie est l'imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitat […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Du xvie au xixe siècle on entend par iconologie la « science des images » qui donne des règles pour la représentation figurée des idées abstraites et morales. L'œuvre fondamentale qui a introduit ce concept est le livre de Cesare Ripa : Iconologia, […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessa […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 297 mots
  •  • 4 médias

Parler d'œuvre aujourd'hui ne va pas sans difficulté. Certes, les œuvres d'art sont là : le Tadj Mahall, la tour Eiffel, la Vue de Delft par Vermeer, Guernica de Picasso, L'Homme qui marche de Giacometti, incontestables, objectives, plus sûrs témoins du passé que les actions des hommes ou leurs paroles, qui, elles, ont besoin de la mémoir […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature, d'un monogramme, d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symboli […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singuliè […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Le faux est un phénomène propre aux civilisations évoluées. Il est incompatible avec les cultures primitives, où tout acte mensonger, de nature à déchirer le tissu sans couture des relations magiques entre l'homme et le monde, pourrait déchaîner la foudre sur la tribu du coupable. Le faux est lié à la notion de profit ; l'idée de tromper sur la marchandise a dû naître quand les échanges de biens, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Enrico CASTELNUOVO, « ART (L'art et son objet) - L'attribution », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-attribution/