Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART (L'art et son objet) L'attribution

Méthodologie

G. Morelli et ses précurseurs. L'attribution scientifique

Si la seconde moitié du xixe siècle a donc été l'âge d'or de l'attribution, il est logique que cette époque ait également vu l'élaboration d'une méthodologie de l'attribution, celle qu'a proposée Giovanni Morelli dans les ouvrages qu'il a consacrés aux œuvres des maîtres italiens des musées de Dresde, de Munich, de Berlin et de Rome. Dans ces livres, il procéda à une série de révisions, parfois très importantes, comme ce fut le cas pour la Vénus de Giorgione, à la Pinacothèque de Dresde, considérée jusque-là comme une copie, par Titien, du Sassoferrato. En introduction à l'un de ses ouvrages, Morelli, qui utilise en général le pseudonyme d'Ivan Lermolieff, présente sous forme de dialogue sa méthode. Il souligne en premier lieu l'importance de l'analyse directe de l'œuvre, du texte original, et en second lieu la valeur des reproductions photographiques ; il insiste sur l'importance de l'exercice de l'œil pour le connaisseur, polémiquant contre l'usage excessif du matériel bibliographique dans l'étude des œuvres d'art. Mais une fois entrepris l'indispensable et irremplaçable examen direct de l'œuvre, comment en faire l'attribution ? Selon Morelli, les caractères clefs, les chiffres, les « combinaisons » permettant de trouver l'attribution juste doivent être recherchés dans des détails déterminés, généralement peu considérés et négligés aussi bien par les observateurs que par les artistes qui, en achevant l'œuvre, se laissent aller à une formule presque automatique et à une sorte d'« écriture mécanique ». Certaines formules et schémas généraux employés par les grands artistes, la composition, les éléments physionomiques les plus caractéristiques – telles l'expression de la bouche chez Léonard de Vinci ou celle des yeux chez le Pérugin ou chez Raphaël – sont fatalement l'objet de l'imitation des disciples et des faussaires. En revanche, les détails où justement l'artiste laisse aller sa main sont les plus révélateurs ; ce sont ceux que l'on ne remarque pas, et qui ne sont pas imités : l'oreille et les ongles des doigts par exemple. L'oreille n'est pas chargée de significations particulières, au contraire de la bouche, par exemple, ou des yeux qui, dans les tableaux de la fin du Quattrocento, du Cinquecento, ont un rôle bien précis. Ne présentant pas une importance particulière, l'oreille est en général répétée telle quelle par l'artiste. Il n'y a pas lieu de citer longuement les éléments dont Morelli et Bernard Berenson – fortement influencé par Morelli – ont dressé la liste. En revanche, il est intéressant de relever ce point : selon Morelli et Berenson, il existe une voie pour obtenir, dans le domaine de l'attribution scientifique, les meilleurs résultats. Brillamment examinée par E. Wind, cette méthode se ressent nettement des tendances du temps, son caractère scientifique est indéniable mais, d'autre part, elle semble suivre une méthode parallèle à celle des enquêtes policières de sir Arthur Conan Doyle. Le spécialiste en attribution de Morelli reconnaît la main de l'artiste grâce à un détail insignifiant aux yeux de la majorité des gens et peut-être aussi à ceux de l'auteur lui-même, de la même façon que le héros de Conan Doyle identifie un personnage grâce à des indices imperceptibles pour son ami Watson et même pour celui qui les avait laissés. La même règle vaut pour le spécialiste en attribution et pour le détective : le détail voyant, l'élément qui attire l'œil est le moins sûr ; il faut découvrir des indices mieux cachés, ils conduisent nécessairement au protagoniste.

La découverte du protagoniste[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Vierge en trône</it>, C. Tura

Vierge en trône, C. Tura

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média

    L’anthropologie de l’art désigne le domaine, au sein de l’anthropologie sociale et culturelle, qui se consacre principalement à l’étude des expressions plastiques et picturales. L’architecture, la danse, la musique, la littérature, le théâtre et le cinéma n’y sont abordés que marginalement,...

  • ART (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 282 mots

    Les liens qui ont longtemps uni l’art et la religion se sont-ils distendus au fil de l’histoire ? L’art s’est-il émancipé de la religion pour devenir une activité culturelle autonome ? Alain (1868-1951) se serait-il trompé en affirmant que « l’art et la religion ne sont pas deux choses,...

  • FINS DE L'ART (esthétique)

    • Écrit par Danièle COHN
    • 2 835 mots

    L'idée des fins de l'art a depuis plus d'un siècle et demi laissé la place à celle d'une fin de l'art. Or, à regarder l'art contemporain, il apparaît que la fin de l'art est aujourd'hui un motif exsangue, et la question de ses fins une urgence. Pourquoi, comment en est-on arrivé là ?

  • ŒUVRE D'ART

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 938 mots

    La réflexion du philosophe est sans cesse sollicitée par la notion d'œuvre. Nous vivons dans un monde peuplé des produits de l'homo faber. Mais la théologie s'interroge : ce monde et l'homme ne sont-ils pas eux-mêmes les produits d'une démiurgie transcendante ? Et l'homme anxieux d'un...

  • STRUCTURE & ART

    • Écrit par Hubert DAMISCH
    • 2 874 mots

    La métaphore architecturale occupe une place relativement insoupçonnée dans l'archéologie de la pensée structurale qu'elle aura fournie de modèles le plus souvent mécanistes, fondés sur la distinction, héritée de Viollet-le-Duc, entre la structure et la forme. La notion d'ordre, telle que l'impose la...

  • TECHNIQUE ET ART

    • Écrit par Marc LE BOT
    • 5 572 mots
    • 1 média

    La distinction entre art et technique n'est pas une donnée de nature. C'est un fait social : fait qui a valeur institutionnelle et dont l'événement dans l'histoire des idées est d'ailleurs relativement récent. C'est dire qu'on ne saurait non plus considérer cette distinction comme un pur fait de connaissance...

  • 1848 ET L'ART (expositions)

    • Écrit par Jean-François POIRIER
    • 1 189 mots

    Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant, et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une...

  • ACADÉMISME

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN
    • 3 543 mots
    • 2 médias

    Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire...

  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...phénomènes perçus par nos sens et par leurs instruments. Cette hypothèse peut sembler aventureuse. Pourtant, le simple bon sens suffit à la justifier. Tout art, en effet, s'il est génial, nous montre que le « beau est la splendeur du vrai » et que les structures « imaginales » existent éminemment puisqu'elles...
  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 048 mots
    ...le succès correspond peut-être à un besoin accru encore par les progrès de la pensée positive et pour ainsi dire en réaction contre elle. D'autre part, on peut trouver dans la vie artistique, sous toutes ses formes, la recherche d'une harmonie entre le subjectif et l'objectif, en même temps qu'un retour...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi