Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART (L'art et son objet) L'attribution

Le « connaisseur »

À quel moment l'attribution perd-elle son rôle d'auxiliaire pour devenir l'instrument par excellence de l'historien de l'art ? Au xviie siècle déjà, époque qui vit la fondation des grandes galeries princières, le problème du « connaisseur » est abordé en France par A. Félibien des Avaux (1619-1695) et par R. de Piles (1635-1709), en Italie par F. Baldinucci (1624-1696), et la validité des méthodes permettant de reconnaître le style et la « manière » des artistes est discutée. L'un des grands problèmes auxquels l'historien de l'art florentin Filippo Baldinucci essaie de donner une réponse dans sa lettre de 1685, déjà citée, à Vincenzo Capponi est justement celui-ci : « Existe-t-il une règle permettant d'affirmer avec certitude qu'une belle peinture est de la main de tel ou tel maître ? Et s'il n'y en a pas, quelle sera la façon la plus sûre de fonder assez bien son jugement ? » Cependant le moment le plus important des débuts de cette transformation doit être recherché dans le xviiie siècle anglais, époque où se dessine le mieux la physionomie du connaisseur et où les éléments de la technique de l'attribution (le connoisseurship) reçoivent une organisation initiale. Un essai de Jonathan Richardson, The Connoisseur, an Essay in the Whole Art of Criticism as it Relates to Painting and a Discourse on the Dignity, Certainty, Pleasure and Advantage of the Science of a Connoisseur (Londres, 1719), constitue le premier témoignage de ce phénomène. Pour l'histoire de l'attribution, l'ébauche du personnage du « connoisseur » dans le milieu des gentilshommes anglais qui rentrent du « Grand Tour » est d'importance. Il s'agit là d'un phénomène de snobisme très prononcé : le connaisseur est celui qui connaît, qui comprend les beaux-arts, et ceux-ci occupent une place considérable dans la culture d'un gentilhomme accompli. Il doit avoir fait le « Grand Tour », il doit avoir visité l'Italie, il doit connaître l'art italien. Au xviie siècle, l'histoire de l'art n'était pas un élément essentiel de l'éducation ; au xviiie siècle, en Angleterre, la situation a changé. L'idée que l'art a « un rôle formateur général au-delà de ses fins spécifiques » (Argan) fait son chemin. D'où la naissance, ou plutôt la nouvelle importance donnée au personnage du dilettante, du gentilhomme cultivé qui connaît l'histoire de l'art, pratique éventuellement une activité artistique, est un collectionneur passionné (la Society of Dilettanti naît à Londres en 1732). Ce snobisme a été pris pour cible par William Hogarth dans différentes gravures (The Tailpiece to the Society of Artists Catalogue de 1761 contient une allusion impitoyable au connaisseur : un singe tenant une loupe, comme un authentique expert en peinture, arrose trois misérables arbustes morts depuis des siècles, essayant de les faire reverdir) et dans un écrit publié dans un quotidien londonien en 1734, sous le pseudonyme de Britophil. On y raconte comment un gentilhomme naïf finit par acheter à un prix élevé une peinture douteuse qui ne lui plaît pas particulièrement. Pour l'induire à commettre cette folie, son tentateur tient le discours suivant : « Je vois bien, Monsieur, que vous n'êtes pas un connaisseur. Ce tableau, je vous l'assure, est de la seconde manière, la meilleure, d'Alesso Baldminetto ; il est peint avec hardiesse et est vraiment sublime. » Le marchand que décrit ainsi Hogarth pratique l'attribution avec une habileté consommée.

Si ce sont là les aspects et les limites de la méthode de l'attribution au xviiie siècle, la manière d'aborder l'histoire de l'art propre au xixe siècle présentera d'autres caractères. Le connaisseur tente de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Vierge en trône</it>, C. Tura

Vierge en trône, C. Tura

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média

    L’anthropologie de l’art désigne le domaine, au sein de l’anthropologie sociale et culturelle, qui se consacre principalement à l’étude des expressions plastiques et picturales. L’architecture, la danse, la musique, la littérature, le théâtre et le cinéma n’y sont abordés que marginalement,...

  • ART (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 282 mots

    Les liens qui ont longtemps uni l’art et la religion se sont-ils distendus au fil de l’histoire ? L’art s’est-il émancipé de la religion pour devenir une activité culturelle autonome ? Alain (1868-1951) se serait-il trompé en affirmant que « l’art et la religion ne sont pas deux choses,...

  • FINS DE L'ART (esthétique)

    • Écrit par Danièle COHN
    • 2 835 mots

    L'idée des fins de l'art a depuis plus d'un siècle et demi laissé la place à celle d'une fin de l'art. Or, à regarder l'art contemporain, il apparaît que la fin de l'art est aujourd'hui un motif exsangue, et la question de ses fins une urgence. Pourquoi, comment en est-on arrivé là ?

  • ŒUVRE D'ART

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 938 mots

    La réflexion du philosophe est sans cesse sollicitée par la notion d'œuvre. Nous vivons dans un monde peuplé des produits de l'homo faber. Mais la théologie s'interroge : ce monde et l'homme ne sont-ils pas eux-mêmes les produits d'une démiurgie transcendante ? Et l'homme anxieux d'un...

  • STRUCTURE & ART

    • Écrit par Hubert DAMISCH
    • 2 874 mots

    La métaphore architecturale occupe une place relativement insoupçonnée dans l'archéologie de la pensée structurale qu'elle aura fournie de modèles le plus souvent mécanistes, fondés sur la distinction, héritée de Viollet-le-Duc, entre la structure et la forme. La notion d'ordre, telle que l'impose la...

  • TECHNIQUE ET ART

    • Écrit par Marc LE BOT
    • 5 572 mots
    • 1 média

    La distinction entre art et technique n'est pas une donnée de nature. C'est un fait social : fait qui a valeur institutionnelle et dont l'événement dans l'histoire des idées est d'ailleurs relativement récent. C'est dire qu'on ne saurait non plus considérer cette distinction comme un pur fait de connaissance...

  • 1848 ET L'ART (expositions)

    • Écrit par Jean-François POIRIER
    • 1 189 mots

    Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant, et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une...

  • ACADÉMISME

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN
    • 3 543 mots
    • 2 médias

    Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire...

  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...phénomènes perçus par nos sens et par leurs instruments. Cette hypothèse peut sembler aventureuse. Pourtant, le simple bon sens suffit à la justifier. Tout art, en effet, s'il est génial, nous montre que le « beau est la splendeur du vrai » et que les structures « imaginales » existent éminemment puisqu'elles...
  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 048 mots
    ...le succès correspond peut-être à un besoin accru encore par les progrès de la pensée positive et pour ainsi dire en réaction contre elle. D'autre part, on peut trouver dans la vie artistique, sous toutes ses formes, la recherche d'une harmonie entre le subjectif et l'objectif, en même temps qu'un retour...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi