Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) Brique et pierre

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Château de Vaux-le-Vicomte - crédits :  Bridgeman Images

Château de Vaux-le-Vicomte

« Le château est tout blanc !  / Cela repose des briques rouges de nos pères. » C'est ainsi que Paul Morand imagine dans La Nuit de Vaux-le-Vicomte l'étonnement des invités devant la blancheur du château en pierre, lors de la fête du 17 août 1661 donnée par Fouquet à Louis XIV. L'écrivain se fait l'écho de la croyance de chacun d'entre nous, aujourd'hui encore, que l'architecture de brique, plus précisément « brique et pierre » communément dénommée Louis XIII, saluée par l'historien Sauval comme une invention de qualité apparue « avec tant d'applaudissements sur les murailles de la place Dauphine, de la place Royale » en 1605 et 1607, était passée de mode en 1660. Le style « brique et pierre » n'a pas été l'apanage du seul xviie siècle, il s'est développé tout au long de l'histoire de l'architecture française.

Château de Maintenon - crédits : Patrick/ Flickr ; CC BY-SA 2.0

Château de Maintenon

Harmonie de la chaude couleur orangée de la brique et de la blancheur de la pierre ajoutée au gris bleuté des toits d'ardoise, simplicité, symbiose de la brique et de la pierre, tels sont les traits dominants qui confèrent toute son originalité à l'architecture brique et pierre française, dès la fin du Moyen Âge, que l'on ne retrouve nulle part ailleurs en Europe. Certes, la brique fut unie à la pierre appareillée en « arase » dès la fin du ier siècle de notre ère à Rome, mais en Italie du Nord à l'époque romane, en Allemagne du Nord durant la période gothique, comme en France d'ailleurs, quand des églises sont construites en brique, aucune pierre ne vient les éclairer de sa note blanche. Et si les Vénitiens, les premiers peut-être, allient la brique à la pierre dès la période gothique dans certains de leurs palais, il ne faudrait pas voir en eux les précurseurs du style brique et pierre, car ils utilisent avec parcimonie la pierre dans leurs édifices.

Quant aux édifices flamands des xve et xvie siècles, leurs composantes architectoniques et stylistiques sont très différentes de celles de l'architecture française. La pierre n'y est pas liée, en effet, à la brique, mais elle lui est juxtaposée et elle n'atteint jamais l'ampleur d'un beau chaînage en harpe.

Ces architectures ne répondent donc pas à la définition imagée et claire exprimée par Sebastiano Serlio dans son traité de 1537 : « La brique est la chair de l'édifice et la pierre, les os qui la soutiennent. »

Définition du style

Il faut attendre la fin du xviie siècle pour que Augustin-Charles d'Aviler, dans son Cours publié en 1691, énonce clairement que la maçonnerie de brique apparente se fait de deux manières. La première consiste à construire les piédroits (c'est-à-dire les montants verticaux des baies) et saillies (que sont les bandeaux, linteaux, chaînes) de pierre et les panneaux de brique. Jacques-François Blondel, dans son Cours de 1750, précise la place de la pierre aux encognures, au pourtour des portes et des croisées, aux plinthes et aux corniches. La seconde manière consiste à l'inverse à faire les saillies de brique et les panneaux couverts de crépi. L' appareil du mur n'est plus un assemblage de briques mais de pierres non équarries appelées moellons, dont l'aspect grossier nécessite un crépi, mélange de sable et de chaux qui imite la couleur de la pierre. Tout au long de l'histoire du style, les deux manières vont exister tour à tour ou se côtoyer.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en histoire de l'art, conservateur à la Bibliothèque des arts décoratifs

Classification

Pour citer cet article

Josiane SARTRE. ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Brique et pierre [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Château de Vaux-le-Vicomte - crédits :  Bridgeman Images

Château de Vaux-le-Vicomte

Château de Maintenon - crédits : Patrick/ Flickr ; CC BY-SA 2.0

Château de Maintenon

Autres références

  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par
    • 3 970 mots
    • 3 médias

    L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles...

  • ARCHITECTURE & MUSIQUE

    • Écrit par
    • 7 426 mots
    • 1 média

    La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets,...

  • INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

    • Écrit par
    • 4 261 mots
    • 5 médias

    Au cours de la Renaissance, les figures de l'architecte et de l'ingénieur se confondent pratiquement. Filippo Brunelleschi, généralement considéré comme un des pères fondateurs de l'architecture renaissante, est presque autant ingénieur qu'architecte. Ne conçoit-il pas les machines destinées...

  • ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

    • Écrit par
    • 967 mots

    Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage...

  • ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

    • Écrit par
    • 1 060 mots

    De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression...

  • APPAREIL, architecture

    • Écrit par
    • 4 325 mots
    • 2 médias

    En termes d' architecture, l'appareil désigne les modalités d' assemblage, de liaison et de mise en valeur des matériaux de la construction. Il est un des éléments essentiels du caractère de l'édifice dont il souligne au premier coup d'œil les structures et souvent la fonction....

  • ARC DE TRIOMPHE

    • Écrit par
    • 1 627 mots
    • 9 médias

    Un arc de triomphe est une structure architectonique composée de deux pylônes reliés par une voûte en plein cintre ; elle supporte par son intermédiaire un attique, base rectangulaire massive qui elle-même porte des statues. L'arc comprend en outre des colonnes plaquées contre les pylônes qui soutiennent...

  • Afficher les 40 références