VINCENNES CHÂTEAU DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis le xiie siècle, les rois de France possédaient dans la forêt de Vincennes un pavillon de chasse que Philippe Auguste agrandit considérablement. C'est Saint Louis qui allait donner au pavillon une véritable importance en y édifiant une chapelle dédiée à saint Martin. Elle devint une résidence royale sous ses successeurs et fut dotée d'une enceinte munie de tours que l'on connaît par des plans. Charles V, dès son avènement au trône (1364), allait complètement transformer l'ancien manoir en édifiant le donjon de 1364 à 1369, l'enceinte, qui sera terminée à sa mort en 1380, et en commençant la construction d'une vaste sainte-chapelle qui sera voûtée au xvie siècle par Philibert Delorme. Le donjon, puissante construction militaire aménagée très confortablement à l'intérieur, revient aux principes de l'époque romane, en perçant la porte d'accès à l'étage, mais annonce des formules nouvelles avec le chemin de ronde qui court sans interruption et son plan centré qui permet, grâce aux tours en forte saillie, de « battre les murs ». L'enceinte rectangulaire (334 m de longueur sur 175 m), qui englobe 6 hectares, ne fait que confirmer ces innovations sur le plan militaire : elle est entourée d'un fossé profond et large. Les courtines, relativement basses, sont condamnées par neuf tours qui, à l'origine, les dominaient de quelque 27 mètres. Ces tours — dont seule celle du Village a conservé sa hauteur originelle — sont de puissants massifs rectangulaires qui forment des ouvrages autonomes de défense. Au sommet, une plate-forme protégée par des mâchicoulis était destinée à recevoir des pièces d'artillerie. Charles V voulait, à l'intérieur de cette fortification, installer les manoirs des plus puissants seigneurs de l'époque. Il annonce par ce projet celui que réalisera Louis XIV à Versailles. En effet, comme plus tard Louis XIV, Charles V avait subi les assauts de son peuple et se méfiait des révoltes de la capitale. Le point final de c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VINCENNES CHÂTEAU DE  » est également traité dans :

CHÂTEAU FORT

  • Écrit par 
  • Michel BUR
  •  • 3 300 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Les événements militaires et les guerres civiles du bas Moyen Âge se sont traduits par des modifications significatives dans la silhouette des châteaux. Les progrès de l'échelade, c'est-à-dire de l'attaque au moyen d'échelles employées massivement et simultanément, ainsi que le tir parabolique de la primitive artillerie à feu, ont eu pour conséquence la surélévation des courtines qui ont bientôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-fort/#i_29884

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Considérations historiques »  : […] En 1740, le contrôleur général des Finances, Philibert Orry, qui cherchait à faire de la porcelaine afin de combattre l'importation orientale et saxonne, redoutable pour la France, accepta les offres de service de C. H. Gérin, inventeur du secret d'une pâte parfaitement blanche. Il concéda au petit groupe d'ouvriers venus avec celui-ci de Chantilly d'installer dans le château royal de Vincennes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/#i_29884

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « VINCENNES CHÂTEAU DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-vincennes/