BLOIS CHÂTEAU DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Résidence princière, puis royale, notamment sous les Valois, le château de Blois, resté à ce titre dans les mémoires pour divers épisodes majeurs de l'histoire de France comme l'assassinat du duc de Guise en 1588, est aussi l'un des monuments où se traduit le mieux l'évolution des différents styles architecturaux du Moyen Âge au xixe siècle. Aussi fait-il partie des tout premiers édifices protégés comme monuments historiques, puisqu'il fut classé dès 1841, avant Chambord ou Fontainebleau.

L'emplacement, un promontoire dominant le fleuve, facile à isoler par un fossé, était particulièrement favorable à la mise en défense. Attestés depuis le vie siècle, les comtes de Blois, qui comptent, quatre cents ans plus tard, parmi les principaux féodaux du royaume, y bâtirent très tôt un château, plusieurs fois transformé, notamment par le comte Thibaud le Tricheur, vers 950, et surtout aux xiiie et xive siècles, quand la puissance des comtes se renforça par l'acquisition de la Champagne. C'est alors que fut construite l'enceinte, dont subsistent quelques vestiges, ainsi que la partie la plus ancienne de l'édifice actuel, la grande salle dite des États généraux, probablement bâtie par Thibaud VI (mort en 1218). Il s'agit d'ailleurs de l'une des plus anciennes « salles de gouvernement » de style gothique, antérieure à celle du palais de Justice à Paris.

L'accession au trône, en 1498, de Louis d'Orléans qui, par le jeu des apanages, était alors comte de Blois, allait donner au château un éclat nouveau. Louis XII, le nouveau souverain, y était né, en avait fait sa résidence habituelle et continua à y demeurer. Il lui ôta son aspect militaire : les fortifications cessèrent alors d'être entretenues, d'autres éléments de défense étant détruits, et un logis fut construit, dont reste, à l'entrée, le bâtiment central, l'actuelle aile Louis XII, en brique et pierre, pourvue d'un abondant décor sculpté. Si l'inspiration reste celle du gothique finissant, commence toutefois à s'y manifester une certaine influence italienne. Il en va de même dans la chapelle Saint-Calais (dont ne subsiste aujourd'hui que le chœur, la nef ayant été détruite au xviie siècle). Au moment où François Ier accède au trône, le château a ainsi changé d'aspect dans sa destination, résidentielle et non plus militaire, un peu moins dans le style, qui reste encore dans la tradition française. C'est à Blois que le nouveau souverain va, en quelques années (probablement de 1518 à 1524) profondément laisser sa marque, avec l'aile qui porte son nom (amputée d'un tiers au xviie siècle par l'aile Gaston d'Orléans). Elle ne fut pas édifiée à partir de rien, des constructions antérieures ayant été remaniées, ni en une seule fois, plusieurs projets successifs s'étant succédé, à chaque fois en partie réalisés. En résulte une disposition intérieure peu rationnelle, ainsi que la différence entre les deux façades, celle des Loges, tournée vers la ville, et celle de la cour intérieure, sur laquelle se détache le célèbre et spectaculaire escalier extérieur. L'influence italienne est évidente sur l'une comme sur l'autre. Ainsi, pour les Loges, a-t-on pu évoquer les réalisations de Bramante au Vatican.

Château de Blois, 2

Photographie : Château de Blois, 2

Dressé sur un promontoire au cœur de la ville, le château de Blois présente les différents styles de l'architecture française, du Moyen Âge au XIXe siècle; l'aile Gaston d'Orléans a été édifiée par François Mansart en 1635. 

Crédits : De Agostini Picture Library/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Blois atteint alors un certain équilibre, que ne modifient ni les quelques transformations des derniers Valois ni les travaux plus importants entamés sur les ordres d'Henri IV. La royauté s'était éloignée de la Loire, et si Marie de Médicis réside au château, c'est parce qu'elle a été exilée de Paris (1617-1619). Il faut attendre le nouveau duc d'Orléans, Gaston, frère de Louis XIII, qui a reçu Blois en apanage et en fait sa résidence habituelle à partir de 1634, pour que débutent à nouveau de grands travaux. Gaston d'Orléans confie à un jeune architecte, François Mansart, la reconstruction totale du château, nécessitant la destruction de tous les bâtiments antérieurs. On commença par élever l'actuelle aile Gaston d'Orléans (1635-1638), qui resta cependant en partie inachevée (planchers, escaliers), lorsque tout fut interrompu. Le château avait alors acquis à peu près sa physionomie définitive, un quadrilatère irrégulier formé de trois ailes homogènes, mais de styles différents, et d'une quatrième encore plus hétéroclite, les constructions de Louis XII, terminées par la chapelle, y rejoignant celles de Gaston d'Orléans. Il connaît, après la mort de celui-ci, une longue période de déclin, puis d'abandon : cloisonnement des intérieurs, bûchage des ornements royaux à la Révolution, délabrement par manque d'entretien, transformation en caserne. Acquis par la municipalité, il retrouve tout son éclat grâce à son classement et aux travaux qui s'ensuivent. Ceux-ci, dus à l'architecte Félix Duban, en font un monument caractéristique du xixe siècle, à tel point que les actuelles restaurations visent le plus souvent à préserver les réalisations de Duban (1843-1870), et non à retrouver un hypothétique état antérieur que rien ne permet de connaître avec certitude. On lui doit ainsi le sauvetage et la restauration du gros œuvre et des façades, et la restitution de l'essentiel du décor sculpté extérieur. S'y ajoute la distribution des intérieurs, ainsi que le riche décor polychrome, visant à évoquer la demeure royale de la Renaissance, complètement inventé mais, comme d'ailleurs le reste des interventions de Duban, dans un réel souci de véracité ou de vraisemblance, appuyé par de méthodiques recherches documentaires ou archéologiques. Les éléments sculptés remplacés sous ses ordres ont d'ailleurs été conservés et forment aujourd'hui un « musée de l'œuvre » présenté sur place, qui permet de comprendre les restaurations et d'apprécier leur fidélité sinon totalement à la lettre, du moins à l'esprit d'origine. On s'est essentiellement consacré, depuis Duban, à préserver l'état général, et à mettre en valeur le bâtiment, les seules interventions notables ayant été, dans l'aile Gaston d'Orléans, celles de son assistant, Jules de la Morandière pour la salle des fêtes avec décor néo-Louis XIII-Louis XIV (1875), puis d'Anatole de Baudot pour la bibliothèque (1890-1900). En s'inspirant de l'escalier du château de Maisons, également de Mansart, l'architecte Goubert, en 1932, y réalisa enfin le grand escalier attendu depuis trois cents ans.

Le château de Blois, qui est aussi un château-musée (on notera, dans l'aile Louis XII, la reconstitution d'un musée des Beaux-Arts, formé à partir des collections municipales et restitué dans son état originel du xixe siècle) et l'un des monuments de France les plus visités, est ainsi le fruit d'une histoire complexe. Qu'il ait, par-delà la diversité des styles qui le composent, une unité certaine, est bien la marque d'un véritable génie du lieu.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BLOIS CHÂTEAU DE  » est également traité dans :

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'époque moderne »  : […] Les livres commençaient à se trouver répandus chez les particuliers à la fin du Moyen Âge, et les collections de beaucoup d'établissements connurent au xv e siècle un accroissement considérable, notamment en Allemagne. Ce qui contribue à expliquer l'invention de l'imprimerie dans ce pays. Cependant, la découverte de l'Italie incita les rois de France à créer, au début du xvi e  siècle, une grande […] Lire la suite

CHAMBORD

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 826 mots
  •  • 1 média

Demeure étrange, édifiée dans une plaine assez désolée, Chambord est un château, à la fois prodigieux et inhabitable, créé par François I er en 1519. La construction se prolongea jusqu'à la mort du roi pour ne prendre fin que sous Henri II. La grande activité du chantier se situe entre 1520 et 1536 ; mais François I er , d'abord impatient, paraît s'être désintéressé assez vite de son œuvre et, ve […] Lire la suite

DUBAN FÉLIX (1798-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 1 230 mots

La Sainte-Chapelle, le Louvre ou l'école des Beaux-Arts suffiraient à eux seuls pour assurer gloire et immortalité à Félix Duban. Dans le grand mouvement de restauration monumentale du xix e  siècle, Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc attache son nom à l'art médiéval gothique, et Duban, son aîné de seize ans, est indissolublement lié à la Renaissance. Jacques Félix Duban est né à Paris le 14 octobre 1 […] Lire la suite

MANSART FRANÇOIS (1598-1666)

  • Écrit par 
  • William Peter Jackson SMITH
  •  • 2 785 mots

Dans le chapitre « Les grandes réalisations »  : […] En 1635, Mansart reçut deux commandes qui lui donnèrent enfin l'occasion d'exercer son pouvoir créateur à grande échelle. Pour le secrétaire d'État Louis Phélypeaux de La Vrillière, il construisit l'une des plus grandes résidences de Paris, et pour le frère du roi, Gaston d'Orléans, il dessina un somptueux palais aux proportions grandioses, qui aurait probablement été l'un des plus grands monumen […] Lire la suite

NINI JEAN-BAPTISTE (1717-1786)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST, 
  • Barbara SIBILLE-PUCCINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « Postérité de Nini »  : […] Le 2 mai 1786 Nini meurt à Chaumont, mais l'histoire de ses médaillons ne s'arrête pas là. À la fin du xix e  siècle, le céramiste blésois Émile Balon (1859-1929) retrouve les moules de Nini et se met à reproduire parfaitement les modèles, d'où la difficulté actuelle de reconnaître les « vrais » Nini de leurs contrefaçons. Le bord droit est cependant une caractéristique que l'on ne rencontre que c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « BLOIS CHÂTEAU DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-blois/