Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

Rôle des araignées

Dans des milieux propices comme les prairies, les araignées peuvent être présentes en très grand nombre (parfois plus de mille individus recensés par mètre carré). Tout en étant solitaires, elles ne vivent donc pas isolées les unes des autres mais par peuplements, chacune des espèces occupant son espace dans le milieu. Leur densité varie dans une zone donnée en fonction de leurs exigences écologiques et des relations avec les autres groupes zoologiques présents, l'ensemble étant en équilibre dans l'écosystème. Les conditions extérieures (comme la température, l'hygrométrie, le type de supports) interviennent également fortement sur cette densité ainsi que la présence de proies dans le biotope puisque les araignées (en tant que prédateurs) sont tributaires de ces ressources alimentaires.

Les araignées sont des animaux carnivores qui se nourrissent principalement d'insectes, certaines grosses mygales pouvant aller jusqu'à capturer des petits rongeurs ou oiseaux. Elles sont capables de consommer, en moyenne, de 10 à 20 p. 100 de leur propre poids chaque jour. En France, le nombre d'insectes mangés par les araignées sur un hectare en une année peut dépasser 400 millions. Leur rôle écologique est, de ce fait, primordial car elles sont très efficaces en tant que régulatrices de populations de certains insectes ravageurs de culture ( emploi en lutte biologique intégrée en Israël, en Asie et aux États-Unis) et fonctionnent comme de très bons insecticides naturels dans la nature (tout comme dans les habitations).

D'autres potentialités d'utilisation des capacités des araignées sont à l'étude depuis de nombreuses années en particulier la soie et le venin.

La soie présente des propriétés exceptionnelles, à la fois résistante, solide, légère, élastique et totalement biodégradable. Les Grecs et les aborigènes d'Australie utilisent depuis très longtemps des fils de soie d'araignées, les premiers pour des pansements ou des fils de suture, les seconds pour des filets de pêche. Des essais d'élevage à des fins de production ont été tentés à Madagascar à partir de 1896 (école d'aranéiculture de Tananarive) avec des néphiles, grandes araignées à toile géométrique. Un missionnaire français, le père Camboué, récolta à l'époque, à partir d'une seule araignée, en un mois de prélèvement, environ quatre mille mètres de soie dorée. Quelques pièces de tissus furent confectionnées mais la production – insuffisamment rentable comparée à celle du ver à soie et trop contraignante sur le plan de l'élevage – s'est arrêtée au début du xxe siècle. Aujourd'hui, des chercheurs tentent d'obtenir de la soie synthétique, à partir des protéines de base qui ont été isolées, notamment en faisant produire cette matière par d'autres organismes vivants (en y introduisant les gènes responsables de la production de ces protéines) comme des plantes, des bactéries, des chèvres...

Quant au venin, il a déjà été considéré dans d'anciennes pratiques comme un remède à divers maux (certains troubles céphaliques ou digestifs). En séparant les divers composants des venins, des chercheurs espèrent découvrir des substances susceptibles d'être intégrées dans la fabrication de médicaments, par exemple pour soigner des insuffisances cardiaques ou encore l'épilepsie. Peu d'espèces sont utilisées car la récupération des gouttelettes de poison à l'extrémité des crochets n'est pas chose aisée, en particulier pour les araignées de petite taille. De plus, la quantité obtenue est très faible.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en sciences biologiques, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, enseignant-chercheur

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Araignée vue ventrale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Araignée vue ventrale

Patte ambulatoire d'une araignée - crédits : Encyclopædia Universalis France

Patte ambulatoire d'une araignée

Coupe d’une araignée - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coupe d’une araignée

Autres références

  • ARACHNIDES

    • Écrit par Christine ROLLARD
    • 3 671 mots
    • 12 médias
    Des fossiles d’araignées ont ensuite été mis au jour. Bien que leur corps relativement mou se prête mal à une bonne conservation, des fragments remontent à la période dévonienne (autour de — 390 millions d’années). La plus ancienne de ces araignées est l’espèce Attercopusfimbriunguis...
  • CHÉLICÉRATES

    • Écrit par Roland LEGENDRE, Max VACHON
    • 2 480 mots
    • 6 médias
    ...abdomen, est toujours privé de pattes, mais il possède des appendices transformés et ne servant pas à la marche (peignes de Scorpions, filières des Araignées, pattes branchifères des Limules) ; il se prolonge postérieurement par une formation impaire simple, ou formée d'articles, communément qualifiée...
  • CONSTRUCTIONS ANIMALES

    • Écrit par Rémy CHAUVIN
    • 7 164 mots
    • 7 médias
    La toile des araignées n'a pas été aussi bien étudiée qu'on pourrait le croire, bien qu'il s'agisse d'un objet des plus communs ; ou plus exactement elle a été décrite, on a analysé la physiologie des filières, on a même essayé l'influence des drogues sur le comportement de filage (il est possible...
  • FANTASTIQUE

    • Écrit par Roger CAILLOIS, Éric DUFOUR, Jean-Claude ROMER
    • 21 027 mots
    • 17 médias
    ...ceux des ouvrages humains, mais portée à quel paroxysme, au-delà même des équivoques du fulgore et de la taupe Condylura, se laisse constater chez une araignée de Floride, Cyclocosmiatruncata photographiée par Andreas Feininger. La face supérieure de son abdomen est aplatie en une sorte de bouclier...

Voir aussi