Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

Les différents groupes d'araignées

L'ordre des aranéides se subdivise en deux groupes qui se différencient par la segmentation de l'abdomen : les mésothèles où elle est bien visible ; les opisthothèles sans segmentation. Les mésothèles sont des araignées archaïques (la segmentation étant considérée comme un caractère primitif observé sur les plus anciens fossiles) qui comprennent un seul sous-ordre, les liphistiomorphes, représenté par quelques espèces vivant uniquement en Extrême-Orient. Parmi les opisthothèles, on distingue deux sous-ordres qui ont tous deux une répartition mondiale : les mygalomorphes (communément appelés « mygales »), renfermant environ 2 700 espèces ; les aranéomorphes, représentés par plus de 40 000 espèces.

Chélicères des araignées - crédits : Encyclopædia Universalis France

Chélicères des araignées

Les araignées se distinguent également selon la position de leurs chélicères. Les orthognathes présentent les tiges de leurs chélicères dans le prolongement du corps avec des crochets repliés dessous au repos et plus ou moins parallèles. Chez les labidognathes, ces tiges sont plus perpendiculaires à l'axe du corps et portent des crochets qui se croisent comme des lames de ciseaux (fig. 5). Le mouvement d'action des crochets se fait de haut en bas pour les orthognathes (liphistiomorphes et mygalomorphes) et latéralement pour les labidognathes (aranéomorphes).

La détermination des araignées (c'est-à-dire l'identification de la famille, puis du genre et de l'espèce) est encore le plus souvent fondée sur l'observation d'un ensemble de caractères morphologiques (position des yeux, forme des filières, nombre de griffes au bout des pattes...) visibles sur les différentes parties du corps mais les organes génitaux des deux sexes sont essentiels pour définir l'espèce, tout du moins pour la majorité des aranéomorphes ; pour celles – mygales incluses – qui possèdent des organes génitaux simples non distinctifs pour l'identification du spécimen, d'autres caractères sont pris en compte.

La distinction du sexe se fait grâce aux pédipalpes : chez le mâle, les extrémités de ces appendices présentent un renflement, appelé bulbe copulateur, qui sert lors de l'accouplement ; chez la femelle, elles sont fines, tout comme les extrémités des autres paires de pattes. Il existe souvent un dimorphisme sexuel de taille, les mâles étant généralement plus petits que les femelles, voire jusqu'à une longueur de corps de 5 à 10 fois inférieure.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en sciences biologiques, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, enseignant-chercheur

Classification

Pour citer cet article

Christine ROLLARD. ARAIGNÉES ou ARANÉIDES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Patte ambulatoire d'une araignée - crédits : Encyclopædia Universalis France

Patte ambulatoire d'une araignée

Araignée vue ventrale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Araignée vue ventrale

Coupe d’une araignée - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coupe d’une araignée

Autres références

  • ARACHNIDES

    • Écrit par Christine ROLLARD
    • 3 671 mots
    • 12 médias
    Des fossiles d’araignées ont ensuite été mis au jour. Bien que leur corps relativement mou se prête mal à une bonne conservation, des fragments remontent à la période dévonienne (autour de — 390 millions d’années). La plus ancienne de ces araignées est l’espèce Attercopusfimbriunguis...
  • CHÉLICÉRATES

    • Écrit par Roland LEGENDRE, Max VACHON
    • 2 480 mots
    • 6 médias
    ...abdomen, est toujours privé de pattes, mais il possède des appendices transformés et ne servant pas à la marche (peignes de Scorpions, filières des Araignées, pattes branchifères des Limules) ; il se prolonge postérieurement par une formation impaire simple, ou formée d'articles, communément qualifiée...
  • CONSTRUCTIONS ANIMALES

    • Écrit par Rémy CHAUVIN
    • 7 164 mots
    • 7 médias
    La toile des araignées n'a pas été aussi bien étudiée qu'on pourrait le croire, bien qu'il s'agisse d'un objet des plus communs ; ou plus exactement elle a été décrite, on a analysé la physiologie des filières, on a même essayé l'influence des drogues sur le comportement de filage (il est possible...
  • FANTASTIQUE

    • Écrit par Roger CAILLOIS, Éric DUFOUR, Jean-Claude ROMER
    • 21 027 mots
    • 17 médias
    ...ceux des ouvrages humains, mais portée à quel paroxysme, au-delà même des équivoques du fulgore et de la taupe Condylura, se laisse constater chez une araignée de Floride, Cyclocosmiatruncata photographiée par Andreas Feininger. La face supérieure de son abdomen est aplatie en une sorte de bouclier...

Voir aussi