APÔTRES & APOSTOLAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nature de l'apostolat

L'apostolat est autre chose qu'une propagande et plus encore que la publicité. La propagande vise seulement à répandre des idées, à gagner des adhérents ; pour cela, elle emploie des moyens d'efficacité plus ou moins mécaniques, plus ou moins massifs, comportant des éléments de pression, de conditionnement psychologique. La propagande considère le résultat matériel, chiffrable. Quand elle s'exerce ainsi dans le domaine religieux et surtout dans un climat de gains numériques ou d'accroissements confessionnels, on parle de « prosélytisme ». Mais le concept de prosélytisme est ambigu. Il n'était pas péjoratif au début du xixe siècle. Bientôt cependant il a pris une nuance dépréciative et polémique. Très significatif est à cet égard le titre d'un ouvrage de G. Perrone, daté de 1862, L'Apostolato cattolico e il proselitismo protestante, ossia l'opera di Dio e l'opera dell'uomo. De nos jours, en particulier dans l'usage du Conseil œcuménique des Églises, « prosélytisme » est franchement péjoratif. C'est l'usage qui le veut ainsi. À le considérer en lui-même, prosélytisme pourrait se rapprocher d'apostolat qui, lui, reste pur. L'apostolat a cependant aussi ses dangers dans la mesure, précisément, où il s'apparente au prosélytisme.

L'objet et la source

On définira positivement l'apostolat par son objet, par son origine ou sa source, enfin par sa forme et sa loi interne.

Il s'agit toujours, de façon plus ou moins immédiate, du bien total et absolu de la personne humaine et de l'humanité, puisqu'il s'agit toujours, de façon plus ou moins immédiate, de l'accomplissement par l'homme de sa destinée dernière et totale, de son « avenir absolu » en Jésus-Christ. Il faut cependant noter deux points. D'abord, il y a les moyens de l'apostolat ; il y a même les moyens du salut : celui-ci se poursuit dans une Église qui a ses organisations, ses traditions, sa vie historique, ses ressources matérielles, etc. Ensuite, l'apostolat, étant co-extensif et pratiquement identique à la mission de l'Église, comporte, comme celle-ci, deux domaines : non seulement convertir les hommes à la foi et les faire entrer dans le peuple de Dieu-Corps mystique du Christ (c'est l'objet premier et principal) ; mais, en second lieu, influer sur le temporel en cela même où il reste temporel et Monde (non Église), de façon qu'il soit plus conforme à Dieu, qu'il reflète mieux le visage de celui-ci tel qu'il s'est manifesté en Jésus-Christ, qu'ainsi il réalise mieux sa propre nature profonde et qu'enfin il rende gloire à Dieu. C'est ce qu'on appelle parfois la « consécration du monde » (Pie XII ; Vatican II), qu'il ne faut pas concevoir comme une sacralisation de type ecclésiastique ou liturgique, mais comme la réalisation de la volonté de Dieu dans les structures du monde demeurant profanes, laïques, autonomes dans leur vérité séculière ou mondaine (car Dieu les a voulues telles). Texte classique : « Tout restaurer dans le Christ. Restaurer dans le Christ non seulement ce qui incombe directement à l'Église en vertu de sa divine mission qui est de conduire les âmes à Dieu, mais encore ce qui découle spontanément de cette divine mission, la civilisation chrétienne dans l'ensemble de tous et de chacun des éléments qui la constituent. » (Pie X, encyclique Certum propositum du 11 juin 1905 ; cf. Ap. Act., nos 6 et 7).

Bien que l'apostolat vise des résultats, sa loi n'est pas celle de la rentabilité. Il vise à changer quelque chose dans la vie des hommes, mais pas de façon mécanique : il s'adresse à leur liberté. Et, surtout, il est déterminé de façon décisive par la source qui suscite son dynamisme. On a montré (A. Nygren) que l'agapê, ou charité, est un amour qui se pose par lui-même et qui rayonne parce que, étant amour, il veut donner : il n'est pas captatif, il ne cherche pas à gagner quelque chose, il donne, parce qu'il aime. La mission et l'apostolat viennent de cette source-là. Ils découlent de l'envoi de Jésus-Christ et de son Saint-Esprit (Pentecôte) par le Père, qui est le Principe sans principe (cf. Vatican II, décret Ad gentes sur les missions, nos 2-5). L'apostolat procède de l'amour que Dieu a pour les hommes et pour leur salut, par une sorte de cascade q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  APÔTRES & APOSTOLAT  » est également traité dans :

ACTION CATHOLIQUE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 454 mots

Trop multiforme et trop étendue pour constituer une véritable organisation, l'Action catholique est plutôt un ensemble de mouvements obéissant à une sorte d'idée-force ou de loi-cadre qui consiste, dans l'Église contemporaine, à faire participer les laïcs à l'apostolat dont le pape et les évêques sont les premiers responsables. Les mouvements très variés qui ont tenté de mettre en œuvre ce dessein […] Lire la suite

ANDRÉ saint (mort vers 60-70)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 345 mots

Né à Bethsaïde Julia en Galilée, mort vers 60-70 à Patras, dans la région d'Achaïe (Grèce), saint André est l'un des douze apôtres de Jésus, frère de Simon (qui deviendra l'apôtre Pierre). Dans les Évangiles synoptiques (Évangiles selon saint Matthieu, saint Marc et saint Luc), il est rapporté que Pierre et André sont appelés par Jésus alors qu'ils jettent leurs filets dans la mer. Le Christ le […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'Église primitive »  : […] La période de l'histoire du christianisme qui va de la Pentecôte (30 apr. J.-C.) à la prise de Jérusalem par Titus (70 apr. J.-C.) constitue une unité déterminée. Elle est caractérisée à la fois par l'importance qu'y occupent les Apôtres, d'où son nom d'Église apostolique, et par le fait qu'elle se recrute essentiellement en milieu juif. Le principal document concernant cette époque est constitu […] Lire la suite

CHANOINES RÉGULIERS

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 611 mots
  •  • 1 média

Dès les premiers siècles de l'Église, certains évêques, soucieux de mener avec leur clergé une vie de renoncement et de perfection évangéliques, groupèrent autour d'eux les clercs attachés au service de leur église. Dans la pauvreté volontaire, ils célébraient la liturgie et s'adonnaient au ministère pastoral. Ainsi saint Augustin (mort en 431), devenu évêque d'Hippone, voulut-il « avoir avec lu […] Lire la suite

DIDACHÈ ou DIDAKHÈ

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 627 mots

La Doctrine des Apôtres , ou Didachè , n'est connue dans son texte original que depuis 1873 (par la découverte à Constantinople d'un manuscrit du xi e siècle, maintenant à la bibliothèque du patriarcat grec de Jérusalem). Dès la publication de ce texte (1883), la Didachè a suscité la plus vive curiosité à cause de sa haute antiquité et des questions qu'elle pose et qui ne sont pas encore résolue […] Lire la suite

DOUZE LES

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 313 mots

L'appellation « les Douze » a été conférée de façon elliptique par les Évangiles à douze disciples privilégiés de Jésus-Christ, que Luc a appelés Apôtres (Luc, vi , 13). Leur liste nominative est donnée quatre fois dans le Nouveau Testament, de deux façons légèrement différentes. Pour Matthieu, x , 1-4, et Marc, iii , 3-19, les Douze sont Simon, dit Pierre, André, son frère, Jacques, fils de Zébé […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « La source de la foi chrétienne »  : […] Le christianisme, à la différence de l'islam, s'est formé lentement. Jésus n'a pas fondé d'Église, il fallait attendre la venue de l'Esprit sur les Apôtres, ainsi que le rappelle la liturgie de la Pentecôte. Au cours du i er siècle se sont affrontées, puis mêlées, des tendances judaïsantes et hellénisantes. Le résultat de cette évolution complexe a été en quelque sorte résumé dans l'idée de « la […] Lire la suite

FONDATION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

La Compagnie de Jésus s'inscrit dans le mouvement de fondation des sociétés de clercs réguliers qui associent l'apostolat de tous les jours à la régularité de la vie religieuse encadrée par des vœux mais sans les obligations de la vie conventuelle. Ignace de Loyola transcrit son expérience personnelle dans ses Exercices spirituels qu'il propose aux compagnons rassemblés à Paris en 1534 (vœu de Mo […] Lire la suite

IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Traditions gnostiques et tradition apostolique »  : […] La Pseudo-Gnose démasquée et réfutée , tel est le titre de l'ouvrage en cinq livres (écrit vers 180-185) dans lequel Irénée réfute le gnosticisme. Appelé traditionnellement Adversus haereses , il ne nous est parvenu que dans des traductions latine et arménienne. Le premier intérêt de cette œuvre est de conserver des documents gnostiques authentiques, cités scrupuleusement, comme on peut s'en rendr […] Lire la suite

JACQUES LE MINEUR saint (Ier s.)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 209 mots

L'un des « frères du Seigneur » (Matthieu, xxvii , 56), Jacques le Mineur est probablement l'un des douze apôtres ; on l'appelle ainsi pour le distinguer de Jacques le Majeur, choisi avant lui. La plupart des exégètes protestants le distinguent cependant de l'apôtre Jacques, fils d'Alphée (Matthieu, x , 3), tandis que, généralement, les exégètes catholiques identifient les deux personnages. Selon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves CONGAR, « APÔTRES & APOSTOLAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/apotres-et-apostolat/