MARC saint (mort en 67 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon la tradition, l'auteur du deuxième Évangile synoptique, serait né à Jérusalem à une date inconnue et mort vers l'an 67 à Alexandrie. Le Nouveau Testament nous renseigne sur la vie de Marc de manière fragmentaire et l’historicité des données fournies se trouve largement mise en cause par la critique exégétique. L’unique élément incontestablement digne de foi figure dans l’Épître à Philémon (xxiv) : il y est fait mention d’un certain Marc, qui est l’un des compagnons de travaux de saint Paul et qui se joint à lui pour saluer, depuis Rome, les chrétiens de Colosses (près de la ville actuelle de Denizli, en Turquie), sans autres précisions sur son identité. L’authenticité du lien de cousinage entre Marc et Barnabé, dont fait état l’Épître aux Colossiens (iv, 10), est également vraisemblable.

En dehors des Actes des Apôtres où il est prénommé Jean (xii, 25 ; xiii, 5 et 13 ; xv, 37), ce personnage est systématiquement désigné dans le Nouveau Testament par son surnom latin Marc. D’après les Actes, la maison de sa mère à Jérusalem est un lieu de vie chrétienne (xii, 12). En outre, il accompagne Barnabé et l’apôtre Paul à Antioche (xii, 25), l’actuelle Antakya (Turquie). De là, il les suit à Salamine pour les aider dans leur voyage missionnaire (xiii, 5). Mais une fois les compagnons arrivés à Pergé (aujourd’hui Ihsaniye, Turquie), Marc décide de retourner seul à Jérusalem (xiii, 13). Son départ provoque la séparation de Barnabé et Paul, ce dernier opposant une fin de non-recevoir à la demande pressante de Barnabé d’offrir une seconde chance à Marc (xv, 37-39). Marc partira finalement évangéliser Chypre avec Barnabé, et son personnage disparaîtra des Actes. La fiabilité du récit des Actes est sujette à caution, tant leur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  MARC saint (mort en 67 env.)  » est également traité dans :

ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Xavier LÉON-DUFOUR
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évangile selon saint Marc »  : […] La théologie de Marc a été interprétée en fonction de tel ou tel de ses aspects, jugé fondamental : préface au récit de la Passion et de la Résurrection, livre des épiphanies secrètes du Messie, description du triomphe de Jésus sur Satan, secret messianique... Ces différentes perspectives peuvent s'unifier dans l'intention principale que Marc manifeste au début de son livret : écrire un évangile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangiles/#i_3925

RÉDACTION DES QUATRE ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 206 mots

Jésus n'ayant laissé aucun écrit, son enseignement fut transmis oralement par ses disciples qui le relirent en fonction de leur expérience et de leur situation historique. Ces traditions orales ou catéchèses, mises par écrit dans un premier temps sous des formes pour lesquelles nous sommes réduits à des hypothèses, sont rassemblées et publiées dans la seconde moitié du i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/redaction-des-quatre-evangiles/#i_3925

SYNOPTIQUES ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 1 030 mots

Les trois premiers des quatre évangiles, ceux de Matthieu, de Marc et de Luc, ont tant de ressemblances entre eux que certains éditeurs ont mis les trois textes côte à côte pour faire apparaître au seul coup d'œil — d'où le terme de « synopse » — ces similitudes, ainsi que les différences éventuelles. La tradition chrétienne a respecté ces trois textes sans chercher à les fusionner et les a intégr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangiles-synoptiques/#i_3925

Pour citer l’article

« MARC saint (mort en 67 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc/