GALILÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région du nord d'Israël, la Galilée est située entre la frontière du Liban et la plaine de Yizréel, et s'étend du Jourdain, à l'est, à la plaine côtière méditerranéenne, à l'ouest. Région de collines plus élevées au nord (haute Galilée) qu'au sud (basse Galilée), elle est assez propice à l'agriculture traditionnelle (céréales, vergers, oliviers).

Le nom de Galilée vient du mot hébreu gālīl (« district »), dont l'emploi a été spécialement attaché à cette province du nord de la Palestine. Lors de l'entrée des Israélites en Canaan, le territoire galiléen est réparti entre quatre tribus : Asher, Zabulon, Nephtali et Issachar. Ces tribus s'affranchissent du joug cananéen par la victoire des eaux de Mérom, où ils défont une coalition dirigée par Yabin roi de Hazor (Jos., xi). Un peu plus tard, Zabulon et Nephtali, avec l'aide d'autres tribus et sous l'impulsion de Débora et de Baraq, réussissent à repousser les Peuples de la mer en battant Sisara au torrent de Qishon (Jug., iv-v).

À la fin de son règne, Salomon cède à Hiram, roi de Tyr, une partie de la Galilée, le « pays de Kābul » (non loin d'Akko), en échange d'avantages commerciaux et économiques (I Rois, ix, 10-14). Après la division du royaume de Salomon, la Galilée est rattachée au royaume du Nord (royaume d'Israël) ; elle est alors plusieurs fois dévastée par les guerres entre ce dernier et le royaume araméen de Damas, qui parvient à lui imposer partiellement son contrôle. En ~ 734, répondant à l'appel d'Achaz, roi de Jérusalem, Téglatphalasar III s'empare de la Galilée qui devient une province assyrienne avec pour capitale Megiddo ; à la suite du transfert de populations qui est alors effectué, Isaïe appelle cette région : « Galilée [district] des nations » (Is., viii, 23). Jusqu'à l'époque des Séleucides, la population galiléenne reste très mélangée (Phéniciens, Araméens) avec une forte minorité de population i [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Autres références

«  GALILÉE  » est également traité dans :

ACRE ou AKKA, anc. SAINT-JEAN-D'ACRE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 336 mots

Ville et port de Palestine, qui apparaît dans l'Ancien Testament sous le nom de ‘Acco et au temps des Ptolémées d'Égypte sous celui de Ptolemaïs, époque où elle connut une certaine prospérité. Conquise par les Arabes en 636, elle fut reconstruite peu après et son port réaménagé à la fin du ix e siècle. Mais c'est durant les croisades qu'elle atteignit son apogée : prise par les croisés en 1104, e […] Lire la suite

BETH ALPHA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 330 mots

La synagogue galiléenne de Beth Alpha, découverte en 1929 (E. L. Sukenik, The Ancient Synagogue of Beth Alpha , Jérusalem, 1932), possède un pavement de mosaïque intégralement conservé. La construction appartient au troisième type des synagogues, celui dont le plan à triple nef — une nef centrale séparée des bas-côtés par deux rangées de colonnes, et terminée en une abside hémisphérique — reprend […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce intimement solidaire. Il faut noter la participation […] Lire la suite

HAÏFA

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 709 mots
  •  • 2 médias

Troisième agglomération urbaine et port principal de l'État d'Israël, Haïfa associe le destin de deux cités : Acre (Akko en hébreu) et Haïfa. La première, centre urbain traditionnel de la Galilée, s'efface avec le renouveau de la présence juive devant la seconde, centre urbain moderne. Acre bénéficiait de la convergence des routes continentales traversant la Galilée : la voie la plus courte vers D […] Lire la suite

HÉRODE AGRIPPA II (27-env. 93) roi de Chalcis (50-env. 60)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 384 mots

Roi de Chalcis à partir de 50, né en 27, mort vers 93. Arrière-petit-fils d’Hérode I er le Grand (73 av. J.-C.-4 av. J.-C.), Agrippa II grandit à la cour impériale de Rome où il fait aussi ses études. En raison de sa jeunesse à la mort de son père, Agrippa I er (10 av. J.-C.-44 apr. J.-C.), l’empereur Claude redonne à la Judée son statut de province romaine. Le jeune prince, cependant, s’int […] Lire la suite

HÉRODE ANTIPAS (21 av. J.-C. env.-39) tétrarque de Galilée et de Pérée (4 av. J.-C. - 39 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 604 mots

Tétrarque de Galilée et de Pérée à l’époque de Jésus de Nazareth (4 av. J.-C. -39 apr. J.-C.), né en 21 av. J.-C. env., mort en 39 apr. J.-C. Fils d’Hérode I er le Grand (73 av. J.-C. -4 av. J.−C.) et de sa quatrième femme, Malthace (Samaritaine), Hérode Antipas hérite, en l’an 4 av. J.-C., d’une partie du royaume de son père après que l’empereur romain Auguste a ratifié le testament de son père. […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'organisation régionale »  : […] Malgré sa petite dimension, l'espace israélien peut être lu suivant le modèle centre-périphérie : un centre urbain bicéphale exerce une attraction d'intensité décroissante sur la plaine centrale, sur les périphéries intégrées du nord et du Néguev et sur les périphéries dominées que sont les territoires occupés, dont des fragments sont pourtant directement incorporés au centre par l'extension du Gr […] Lire la suite

JEAN DE GISCALA (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 457 mots

Un des chefs de la guerre des Juifs contre les Romains (66-70). Son action n'est connue que par ce qu'en relate son adversaire Flavius Josèphe dans La Guerre des Juifs et dans l' Autobiographie . Natif de Giscala en Galilée (aujourd'hui al-Jish), Jean est d'abord partisan de la soumission à Rome, jusqu'à la destruction de Giscala par les Tyriens et les Gadariens. Il adopte dès lors une attitude d […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 45 219 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Jésus et son ministère »  : […] La date et le lieu de la naissance de Jésus ne sont pas connus avec une grande précision. Les nombreux problèmes posés par les Évangiles de l'enfance laissent bien des incertitudes. La tradition le fait naître « dans les jours d'Hérode », c'est-à-dire quelques années avant notre ère, dont le point de départ ne fut fixé qu'au vi e  siècle. Ses contemporains le connaissaient comme Galiléen, origina […] Lire la suite

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 855 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La synagogue : peintures murales et mosaïques »  : […] La destruction du Temple entraîna une transformation en profondeur des institutions du judaïsme. Le culte sacrificiel, limité au Temple et réservé aux seuls prêtres, fut remplacé par une liturgie composée de prières et de lectures, accessible à tous les fidèles. Les salles où se déroulaient ces cérémonies étaient conçues pour recevoir l'ensemble de la communauté. Alors que, selon la tradition, il […] Lire la suite

Les derniers événements

Israël. Arrestation d’activistes juifs radicaux. 3-9 août 2015

d’être le commanditaire de l’incendie, en juin, de l’église de la Multiplication des pains de Tabgha, en Galilée. Meir Ettinger est le petit-fils de Meir Kahane, le rabbin fondateur du mouvement antiarabe Kach – aujourd’hui interdit –, assassiné à New York en 1990. Deux autres extrémistes sont arrêtés […] Lire la suite

Israël – Autorité palestinienne. Libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit. 3-26 octobre 2011

Le 3, une mosquée est incendiée dans le village bédouin de Touba Zangaria, en Galilée, en représailles à la mort d'un colon tué par des jets de pierre palestiniens, en Cisjordanie, le 23 septembre. Les incidents opposant colons extrémistes et Palestiniens se multiplient les semaines suivantes […] Lire la suite

Vatican. Voyage du pape Benoît XVI au Proche-Orient. 8-15 mai 2009

israélien Benyamin Nétanyahou et, à la suite des discours de l'ensemble des chefs religieux de Galilée, il plaide pour la réconciliation entre les peuples et les religions. Le 15, dans son discours d'adieu prononcé à l'aéroport Ben-Gourion, près de Tel-Aviv, Benoît XVI lance un appel […] Lire la suite

Vatican – Jordanie – Israël – Autorité palestinienne. Visite du pape Jean-Paul II en Terre sainte. 20-26 mars 2000

religieux musulman et juif, dans la soirée, tourne au débat politique sur la souveraineté de Jérusalem. Le 24, Jean-Paul II visite les lieux saints proches du lac de Tibériade, en Galilée. De nombreux chrétiens libanais pro-israéliens manifestent, lors de la messe célébrée sur le mont Korazim, contre […] Lire la suite

Israël. Accident meurtrier d'hélicoptères militaires. 4-11 février 1997

Le 4, la collision de deux hélicoptères de l'armée en haute Galilée provoque la mort de soixante-treize militaires qui se rendaient dans le sud du Liban. Cet accident, le plus meurtrier de l'histoire du pays, relance le débat sur le prix de l'occupation, par Tsahal et sa milice de l'Armée du Liban […] Lire la suite

Pour citer l’article

André LEMAIRE, « GALILÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/galilee/