ANTIQUITÉLe droit antique

Babylone

À la différence de l'Égypte, la Mésopotamie Babylone a fourni une documentation juridique considérable, qui s'échelonne sur une période aussi longue que celle de l'histoire de l'Égypte ancienne. Ce droit, conservé par des textes en écriture cunéiforme, est pour cette raison souvent appelé « droit cunéiforme ». L'aire géographique du droit cunéiforme dépasse d'ailleurs très largement la Babylonie et même la Mésopotamie. Elle s'étend jusqu'à l'Asie Mineure et aux côtes orientales de la Méditerranée. Par suite du hasard des fouilles, notre information est très inégale selon les régions et les époques. La Mésopotamie et surtout Babylone bénéficient, ici, d'une situation privilégiée.

On dispose en effet pour Babylone et, de façon plus limitée, pour certaines cités de la basse Mésopotamie de deux catégories de documents juridiques : des textes législatifs qualifiés traditionnellement, mais un peu abusivement, de codes (fragments du « code » d'Ur-Nammu, fondateur de la IIIe dynastie d'Ur vers 2080 ; fragments de la législation de la ville d'Ešnunna, vers 1950-1900 ; fragments du « code » de Lipit-Ištar, roi d'Isin vers 1875, et surtout stèle du Louvre conservant le « code » d'Hammourabi, 1728-1686) et d'innombrables tablettes dont le déchiffrement est loin d'être achevé, et qui font connaître des actes de la pratique, ventes, donations, contrats de prêt, de louage, décisions judiciaires. Cette documentation se poursuit, non sans lacunes, depuis la Ire dynastie babylonienne (1810 env.) jusqu'au ve siècle avant notre ère. Elle témoigne, compte tenu d'inévitables différences de détail au cours de cette longue période, d'une remarquable stabilité de l'organisation sociale et des règles de droit.

Les rois législateurs (Ur-Nammu, Lipit-Ištar, Hammourabi) invoquent le patronage des dieux. Il est possible que, dans la conception la plus ancienne, la loi soit apparue comme l'œuvre des dieux. À l'époque historique, c'est le roi qui « exerce » le pouvoir législatif, mais so[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ANTIQUITÉ  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Définition

  • Écrit par 
  • Pierre JUDET DE LA COMBE
  •  • 1 960 mots

Spontanément, ou presque, on associe au mot « Antiquité » la Grèce et la Rome anciennes. Parfois, pour préciser qu'il ne s'agit pas des Antiquités égyptiennes, juives, mésopotamiennes, ou encore hittites ou indiennes ou même « nationales », on ajoute l'adjectif « classique ». Cette précision est relative, « classique » exprimant que cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-definition/

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

On méconnaîtrait l'importance culturelle de la philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité , l'Antiquité, et singulièrement l'Antiquité grecque, est le lieu de naissance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

La question des rapports entre le christianisme primitif et l'Antiquité classique appelle un double travail de réflexion : on rencontre d'abord un problème préjudiciel et théorique, qui est de décider dans quel sens l'on peut envisager l'hypothèse d'une influence exercée sur les croyances et les pratiques chrétiennes par le paganisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-christianisme-primitif/

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

L'expression « Antiquité tardive » est d'usage plutôt récent en France alors que le mot Spätantike a été employé par l'historiographie allemande dès le début du xxe siècle pour définir une période, un goût, un style et que l'érudition anglo-saxonne s'est intéressée de tout temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-l-antiquite-tardive/

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 018 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cabinet d’étude  »  : […] majeure de la science de la Renaissance que de confronter les savoirs hérités de l’Antiquité à l’expérience, puis de relire les textes à la lumière des objets. Cette méthode a été initiée par les humanistes curieux d’histoire antique, comme le sera Nicolas Claude Fabri de Peiresc (1580-1637) : en exhumant des vestiges de l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabinet-de-curiosites-wunderkammer/#i_43512

L'ANTIQUITÉ RÊVÉE. INNOVATIONS ET RÉSISTANCES AU XVIIIe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 079 mots

C'est une exposition remarquable que le musée du Louvre a offerte à son public avec L'Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe siècle (2 décembre 2010-14 février 2011). À travers un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-antiquite-revee-innovations-et-resistances-au-xviiie-siecle/#i_43512

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Prostitution et citoyenneté dans l’Antiquité »  : […] Dans l’Antiquité, la relation entre prostitution et citoyenneté prédomine. Cette dernière repose sur l’autonomie intellectuelle et corporelle de la personne, tandis que la prostitution est considérée comme une soumission au plaisir d’autrui. Ainsi, le citoyen qui se prostitue, assimilé alors à un esclave, perd ses droits civiques. Au contraire, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-en-europe-histoire-de-la/#i_43512

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 518 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Postcolonialisme et transferts culturels »  : […] Les transferts culturels concernent également les périodes anciennes de l’histoire et peuvent s’appliquer à l’étude de l’Antiquité. Tout comme les mathématiques mésopotamiennes ont fécondé les mathématiques grecques, l’Égypte ou la Phénicie ont été des modèles dans l’histoire grecque. L’épopée de Gilgamesh a laissé des traces dans l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transferts-culturels/#i_43512

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GAUDEMET, « ANTIQUITÉ - Le droit antique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-droit-antique/