ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors de la première conférence panaméricaine de Washington et prolongée juridiquement par l'adoption en avril 1948 de la charte de l'Organisation des États américains (O.E.A.).

Cette initiative a été provoquée par la démarche du président brésilien Kubitschek qui lança l'idée d'une collaboration économique interaméricaine et, l'exposant en 1958 dans un mémoire transmis à vingt et un gouvernements, provoqua la réunion du « comité des 21 » à Washington en novembre 1958. Après un temps de réticence, mais prenant en considération la menace (et l'attrait pour certains pays) que représentait la révolution réussie de Cuba en 1959, Washington prit à son tour l'initiative. En 1959 est créée la Banque interaméricaine de développement (B.I.D.) — au capital de 1 milliard de dollars dont 450 millions souscrits par les États-Unis — puis annoncé l'acte de Bogotá, programme d'amélioration sociale plus que de développement économique. Mais ce n'est qu'avec le président Kennedy qu'est envisagée une véritable coopération économique des États d'Amérique : le 5 août 1961, à Punta del Este, se réunit le Conseil interaméricain économique et social (C.I.E.S.). Le secrétaire d'État américain au Trésor, Douglas Dillon, expose un plan de financement s'élevant à 20 milliards de dollars dont l'attribution des fonds passe par le canal de la B.I.D. ; 53 p. 100 des crédits de financement viendront des fonds publics américains, 15 p. 100 d'agences telles que le Fonds monétaire international et la B.I.D., 15 p. 100 de sources privées et publiques européennes et japonaises, le solde des pays intéressés. Ainsi se concrétise l'Alliance pour le progrès. Le représentant de Cuba à la conférence du C.I.E.S., le ministre de l'Économie, Ernesto Che Guevara, voit dans l'Alliance un plan dirigé contre le régime cubain, aussi préconise-t-il, dans son discours à la conférence, « la nationalisation de toutes les entreprises étrangères s'occupant d'agriculture et de commercialisation de produits agricoles en Amérique latine ». Le 17 août, est élaborée la Déclaration des peuples d'Amérique et la charte de Punta del Este. Celle-ci, signée par vingt et un pays — Cuba étant exclu —, est un ensemble de déclarations d'intentions mais elle n'établit guère de règles définissant la procédure de mise en œuvre de la coopération. La Déclaration des peuples affirme la nécessité de rendre en Amérique les institutions plus démocratiques par un développement économique et social effectif, de réaliser de véritables réformes agraires, d'élever le revenu moyen, de supprimer l'analphabétisme, de réformer les fiscalités et surtout d'imposer un effort général d'intégration économique ; quant à la charte, elle prévoit un accroissement annuel du revenu par habitant de 2,5 p. 100 et stipule que les plans nationaux seront soumis à un comité international qui formulera ses recommandations.

Dès 1962 apparaissent les premières difficultés. Tout d'abord, depuis août 1961, l'Alliance n'a reçu que 225 millions de dollars. S'ajoutent à cela les effets d'une conjoncture commerciale internationale défavorable : baisse des prix des matières premières ; fuite des capitaux étrangers, les investisseurs privés craignant que les réformes fiscales envisagées leur portent préjudice ; utilisation des crédits de l'Alliance pour remplacer certains prêts venant à échéance. En octobre 1962, au conseil de l'O.E.A. réuni à Mexico, il apparaît que le revenu per capita des pays bénéficiaires de l'aide n'a crû que de 1 p. 100 par an. En 1963, les capitaux distribués sont absorbés par des projets sociaux mis en œuvre par le Corps of Peace (habitation, alimentation, hôpitaux).

L'échec politique, par-delà les faibles succès économiques, apparaît manifeste dès la fin de 1963, lorsque le président Johnson remet en cause la fin « démocratique » de l'aide économique ; en effet, le président nord-américain reconnaît les juntes militaires de la République dominicaine et du Honduras [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  ALLIANCE POUR LE PROGRÈS  » est également traité dans :

COLOMBIE

  • Écrit par 
  • Marcel NIEDERGANG, 
  • Olivier PISSOAT, 
  • Clément THIBAUD
  • , Universalis
  •  • 13 651 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du monde agraire à la prédominance urbaine »  : […] Le FN renforça un type d'autorité fondé sur le patronage et la cooptation clientéliste des secteurs populaires. Ces réseaux de pouvoir, souvent appuyés sur les liens familiaux, organisaient la sphère économique, notamment au sein des corporations patronales (Association nationale des chefs d'entreprise de Colombie, Association bancaire et d'organismes financiers de Colombie, etc.). Parallèlement, […] Lire la suite

PANAMÉRICANISME

  • Écrit par 
  • René Jean DUPUY
  •  • 4 056 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dissensions interaméricaines »  : […] Les institutions panaméricaines n'ont pas toutes fonctionné avec un égal bonheur. Certes, sur le plan administratif, une œuvre non négligeable a été accomplie, particulièrement au niveau de la qualification du droit international privé. Les rouages et procédures mis en place à Rio et à Bogotá ont permis de résoudre pacifiquement divers conflits survenus, notamment, entre pays d'Amérique centrale. […] Lire la suite

PARAGUAY

  • Écrit par 
  • Rubén BAREIRO-SAGUIER, 
  • Renée FREGOSI, 
  • Sylvain SOUCHAUD
  •  • 13 247 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Guerre du Chaco et régimes militaires »  : […] Une vieille querelle de frontières est à l'origine de l'affrontement, mais celui-ci n'eut lieu qu'au moment où deux compagnies internationales entrèrent en compétition pour l'exploitation de gisements pétrolifères situés dans le territoire disputé. Il en résulta trois années de guerre, 80 000 à 100 000 morts pour les deux camps et une campagne militaire, victorieuse pour le Paraguay avant que l'ar […] Lire la suite

PUNTA DEL ESTE CONFÉRENCES DE (1961 et 1967)

  • Écrit par 
  • Jean MAILLET
  •  • 319 mots

La première Conférence de Punta del Este (Uruguay), qui réunit en 1961 les États membres de l'Organisation des États américains, fut marquée par la signature de la Charte créant l'Alliance pour le progrès. Ce pacte fut présenté par le président Kennedy comme l'instrument de nouveaux rapports, fondés sur une coopération plus efficace, entre les États-Unis et les États latino-américains. La Charte s […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Le communiqué américain de l’entretien indique que « des progrès substantiels dans ces dialogues ne peuvent se produire que dans un environnement de désescalade plutôt que d’escalade ». Le président américain menace de réagir « de manière décisive si la Russie envahissait davantage l’Ukraine » ; son homologue russe met en garde contre le risque de « rupture complète des relations russo-américaines » en cas de « sanctions à grande échelle contre la Russie ». […] Lire la suite

19 décembre 2021 Chine. Élections législatives à Hong Kong.

L’Alliance démocratique pour l’amélioration et le progrès de Hong Kong, (DAB, conservateur) remporte 19 sièges sur 90, la Fédération des syndicats de Hong Kong 8, l’Alliance des entreprises et des professionnels pour Hong Kong 7, le Parti du nouveau peuple (NPP, conservateur) 5 et le Parti libéral (LP, centre droit) 4. Tous les élus de ces partis sont des candidats pro-Pékin. […] Lire la suite

11 avril 2021 Pérou. Premier tour de l'élection présidentielle.

Aux élections législatives qui se déroulent le même jour, Pérou libre obtient 11 % des suffrages et 37 sièges sur 130, Force populaire 11,3 % des voix et 24 élus, Action populaire (centre droit) 9 % des suffrages et 16 députés, Rénovation populaire 9,3 % des voix et 13 sièges, Alliance pour le progrès (centre droit) 7,5 % des voix et 15 élus. […] Lire la suite

14 février 2021 Kosovo. Élections législatives.

En fort progrès, la liste conduite par Vetëvendosje l’emporte largement, avec 50 % des suffrages et 58 sièges sur 120. Albin Kurti s’est à cette occasion allié avec la présidente par intérim Vjosa Osmani (Guxo!, « Oser ! », centre gauche). Le Parti démocratique du Kosovo (PDK, centre droit), formation de l’ancien président Hashim Thaçi qui a démissionné en novembre 2020 à la suite de son inculpation devant la Cour pénale internationale (CPI), enregistre un revers avec 16,9 % des voix et 19 élus. […] Lire la suite

19 avril 2020 Mali. Élections législatives.

L’Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma) du ministre de la Défense Tiémoko Sangaré, membre du gouvernement d’ouverture formé en mai 2019, est en progrès avec 24 élus. L’URD progresse également avec 19 députés. Le taux de participation est de 35,3 p. 100.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ALLIANCE POUR LE PROGRÈS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alliance-pour-le-progres/