Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMÉRIQUE LATINE La question indienne

Le recours aux armes : une exception

Comme d'autres mouvements sociaux paysans ou urbains, les mouvements indiens ont parfois basculé dans l'action armée. Souvent prises entre deux feux –  celui des guérillas marxistes-léninistes et celui des forces armées et de leurs alliés paramilitaires –, les organisations indiennes ont parfois eu recours aux armes pour se défendre, mais aussi pour s'allier à l'une des parties en conflit, le plus souvent aux rebelles. Tel est le cas de certains secteurs des communautés du Quiché, au Guatemala, dans les années 1980, qui rejoignent l'E.G.P. (Ejército Guerrillero de los Pobres), des Miskitos de la côte atlantique du Nicaragua qui font alliance avec les contras contre le premier gouvernement sandiniste, ou bien d'un secteur des Indiens Paez du Cauca, en Colombie, qui forment avec le soutien du M19 (l'une des guérillas marxistes-léninistes), le Quintin Lame, l'un des seuls cas de ce que l'on pourrait appeler une guérilla indienne, c'est-à-dire fondée et dirigée par des Indiens, avec l'objectif de défendre le mouvement indien et les communautés qui le soutiennent. Le dernier avatar d'une action armée proche du mouvement indien, l'E.Z.L.N. (Ejército Zapatista de Liberación Nacional), n'a pas encore disparu des montagnes du Chiapas, dans le sud-est du Mexique, où il a surgi en janvier 1994. Guérilla atypique s'il en est, puisque, après un premier affrontement avec l'armée, elle opte pour une stratégie de « réformisme radical », faisant usage des mots plutôt que des balles pour se faire entendre, ce qui amène plusieurs observateurs à la qualifier de « première guérilla cybernétique » du xxe siècle (en référence à l'usage que son porte-parole, le « sous-commandant » Marcos, fait d'Internet pour diffuser les déclarations et revendications du mouvement) ou bien encore d'antiguérilla, car les rebelles ne font qu'un usage dissuasif ou défensif de leurs armes et déclarent ne pas vouloir prendre le pouvoir.

Ces guérillas à base indienne constituent néanmoins une exception, plutôt qu'une règle. Elles apparaissent plutôt comme un échec de l'action collective pacifique que comme son prolongement. À chaque fois, le recours aux armes est justifié comme une nécessité de nature défensive (se protéger tant des exactions des guérillas non indiennes que des forces armées de l'État) plutôt que comme une stratégie offensive délibérément choisie pour atteindre les objectifs ultimes du mouvement. En ce sens, il est significatif que, le plus souvent, à l'origine de ces guérillas se trouvent des groupes d'autodéfense constitués par les communautés pour se protéger de la violence « importée » par les révolutionnaires et leurs ennemis.

La lutte armée atteste souvent d'une décomposition du mouvement indien, pris dans une spirale de violence dont les tenants et les aboutissants (prise du pouvoir d'État, instauration d'un régime socialiste) sont étrangers aux objectifs de l'action collective initiale. Le plus souvent aussi, ce sont des agents extérieurs à la société indigène qui opèrent la jonction entre un mouvement communautaire affaibli et les guérillas dont les cadres sont presque toujours d'origine urbaine et non indienne. Dans les cas extrêmes, l'indianité est totalement instrumentalisée, sous forme de vagues symboles empruntés à une cosmologie andine et plaqués sur un discours d'essence crypto-marxiste et sur une stratégie de destruction systématique de toute forme de sociabilité et d'action collective pacifique et autonome. Ce fut le cas en particulier du Sentier lumineux (P.C.P.-S.L. : Partido communista del Perú Sendero Luminoso), scission maoïste du Parti communiste péruvien qui mena une sanglante guérilla entre 1980 et l'arrestation de son chef Abimael Cuzmán, en 1992.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Femmes quechua, Équateur

Femmes quechua, Équateur

Indiens Cuna (Panamá)

Indiens Cuna (Panamá)

Autres références

  • ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

    • Écrit par Universalis
    • 928 mots

    Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors...

  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    Quant aux Ibériques, nombreux furent les chefs militaires, les administrateurs et les religieux qui gagnèrent les rives de l'Amérique centrale et de l'Amérique méridionale : ils furent accompagnés d'un certain nombre de paysans qui arrivèrent, eux aussi, très tôt. De pauvres cultivateurs, rudes et privés...
  • AMAZONE, fleuve

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE
    • 2 326 mots
    • 2 médias

    Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus...

  • ANARCHISME

    • Écrit par Henri ARVON, Universalis, Jean MAITRON, Robert PARIS
    • 13 391 mots
    • 7 médias
    L'influence des idées anarchistes en Amérique latine, principalement en Argentine, s'est fait sentir avec la pénétration des théories bakouniniennes. Un centre de propagande ouvrière édita en 1879 un opuscule, Una idea, exposant les conceptions de Bakounine. Les journaux El Descamisado...
  • Afficher les 53 références

Voir aussi