Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) Enjeux de politiques publiques

Nouvelle politique pour les pays riches

Divergence sur le rôle de la puissance publique

Dans les pays où l'autosuffisance alimentaire paraît installée durablement, deux courants de pensée distincts se sont développés en ce qui concerne les politiques publiques et plus largement le rôle que doit jouer la puissance publique dans le secteur alimentaire : le premier prône la responsabilité de l'individu et milite pour la liberté du marché ; le second réclame la protection des individus compte tenu des risques de toute nature qui les menacent, incluant la publicité, une présentation sans cesse plus attractive des aliments dans les linéaires de la grande distribution, à laquelle il serait impossible de résister. Il en appelle à la force contraignante de la loi et de la réglementation.

Ce second courant est plus développé en France que dans d'autres pays, en raison d'une culture étatique qui conduit à légiférer quand d'autres sociétés résolvent leurs difficultés par la voie contractuelle. Certaines personnalités, notamment des médecins, demandent donc, pour lutter contre la prévalence croissante de l'obésité infantile, d'encadrer strictement la publicité ; d'interdire toute publicité par l'image pour les produits alimentaires transformés ; d'instaurer pour les produits riches en sucres, en sel ou en graisses, un taux de T.V.A. plus élevé ; de mettre en place des programmes de dépistage précoce et systématique ; de prise en charge obligatoire des individus concernés.

Le premier courant avance que le contexte est celui d'une surenchère de la demande sociale pour une intervention renforcée de la puissance publique parce que les individus guidés par leurs désirs et leurs appétits n'ont plus la volonté de se diriger par eux-mêmes. Ses tenants considèrent que la réponse aux dérives du comportement alimentaire se trouve dans la restauration des rapports de civilité, comme se tenir à table, savoir se modérer. Cela s'apprend à l'école, dans la famille, mais ne procède pas de la loi. Ils sont strictement défavorables à l'instauration de mesures qui auraient pour objectifs de normaliser les conduites alimentaires et de remédier aux défaillances individuelles.

Une réponse par la gouvernance

Une politique de l'alimentation n'a pas de véritable existence formelle en Europe précisément parce que ces deux courants de pensée s'opposent et se neutralisent. En substance, les mesures ou actions des collectivités publiques consistent plutôt à bâtir une stratégie équilibrée tenant compte des relations existant à la fois au sein de la chaîne alimentaire et entre ce secteur et le reste de l'économie. Ainsi, la seule politique de l'alimentation ébauchée s'est située à la confluence des politiques agricoles, éducatives, de protection des consommateurs, de santé publique et d'aménagement du territoire, comme le montre la déclaration commune des ministres de la Santé en 2000.

Parmi les pays développés, seuls les États-Unis ont élaboré une politique alimentaire proprement dite, comprenant plusieurs programmes dont un dédié à l'allocation de coupons alimentaires en fonction des revenus.

En Europe, le poids des traditions et les systèmes de représentation de l'alimentation sont tels que ce type de politique interventionniste n'a jamais vu le jour. Il n'est en effet pas envisageable de « prescrire » les choix alimentaires, le premier paradigme alimentaire restant la liberté. Sur le plan général, les consommations alimentaires ne peuvent pas être placées sous contrôle.

Pour autant, les diverses politiques précitées font une place croissante aux préoccupations liées à l'alimentation, notamment aux besoins et aux attentes des consommateurs. Dès lors :

– Chaque politique publique susceptible d'exercer une influence sur l'alimentation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : secrétaire général du Conseil national de l'alimentation, inspecteur de la santé publique vétérinaire

Classification

Pour citer cet article

Daniel NAIRAUD. ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Enjeux de politiques publiques [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CONTRÔLE CENTRAL DE L'APPÉTIT

    • Écrit par Serge LUQUET
    • 5 946 mots
    • 6 médias

    Tous les organismes ont besoin d’un apport en calories qui s’équilibre avec leurs besoins énergétiques pour assurer leur survie. Ainsi des mécanismes sophistiqués et redondants se sont-ils mis en place au cours de l’évolution afin d’optimiser la capacité d’un organisme à s’adapter à ses besoins...

  • CRISES D'ACCÈS À L'ALIMENTATION

    • Écrit par Laurence ROUDART
    • 5 698 mots
    • 6 médias

    Les crises d’accès à l’alimentation constituent l’une des deux grandes catégories des crises alimentaires. Très répandues dans le monde contemporain, elles sont classées en différentes phases selon leur gravité. Leurs causes immédiates sont soit une insuffisance des disponibilités vivrières, soit une...

  • TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES

    • Écrit par Martine FLAMENT
    • 7 265 mots
    • 2 médias

    Les troubles des conduites alimentaires (TCA) regroupent principalement l’anorexie mentale, la boulimie et l’hyperphagie boulimique.

    Les conduites anorexiques sont décrites comme des conduites de restriction alimentaire extrême dès l’Antiquité. Elles revêtent un caractère mystique au Moyen...

  • AGRICULTURE URBAINE

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET, Xavier LAUREAU
    • 6 273 mots
    • 8 médias
    Le modèle alimentaire français, que l’on retrouve avec des nuances plus ou moins sensibles dans la plupart des pays industrialisés, a été globalement marqué par un ensemble d’évolutions comparables depuis les années 1990. Les principales sont liées au développement de certains comportements alimentaires :...
  • CHASSEURS-CUEILLEURS (archéologie)

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 727 mots
    • 3 médias

    Que l’on remonte aux premières formes humaines identifiées, il y a près de 7 millions d’années, ou seulement à l’apparition d’Homo sapiens, il y a quelque 300 000 ans, l’humanité a pour l’essentiel vécu de chasse, de pêche et de cueillette. Les premières sociétés agricoles ne...

  • ZOONOSES

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 4 529 mots
    • 4 médias
    ...de décisions et de normes cruciales en matière de santé publique nationale comme internationale. Ce sous-ensemble des zoonoses défini par le lien avec l’alimentation humaine (et animale) évolue sans cesse, comme le montrent l’histoire de la « vache folle » des années 1990 et les poussées de fièvre Ebola....

Voir aussi